''Je n'ai aucun regret'', Kevin Staut

Kevin Staut aura réussi à tirer le meilleur de Rêveur de Hurtebise*HDC à ces Jeux de Rio.
Crédit : Scoopdyga

Vendredi 19 août - 21h45 | À Rio, par Yeelen Ravier

''Je n'ai aucun regret'', Kevin Staut

À l'issue de la finale individuelle de ces Jeux olympiques, et de trois jours de compétition de longue haleine, Kevin Staut a dressé le bilan. Associé à un Rêveur de Hurtebise*HDC concentré dans l'enjeu et en grande forme, le champion olympique par équipes s'avoue très heureux.

Dernière compétition de cette semaine olympique, la finale individuelle s'est terminée aujourd'hui pour Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise*HDC par un quatre points en première manche, puis huit en seconde. "Rêveur était encore superbe dans ce dernier tour. J'ai eu un cheval qui n'a pas lâché. Je pense que les deux fautes étaient liées à la fatigue. Les chevaux sont à l'effort, avec de gros obstacles. Je n'ai aucun regret. De toute manière, même avec un sans-faute, je n'avais pas de chance de médaille. Je l'ai monté avec le même mors qu'à la Coupe des nations de La Baule. C'est un mors très bon pour avoir le cheval plus disponible et rectifier un peu ses problèmes d'équilibre. Du coup, je n'ai pas à me battre avec lui et je lui laisse plus de liberté dans le mouvement.

Ce bilan est complètement positif. De toute façon, nous étions venus ici pour une médaille. Nous avons eu la plus belle, celle de l'équipe. C'est super. Et surtout, je suis satisfait que Rêveur ait participé grandement à cette médaille (double sans-faute dans la Coupe des nations, ndlr). C'est un cheval en qui j'ai toujours cru. Il y a eu des moments où l'on s'est moins bien entendus tous les deux, où c'était compliqué. Il a fallu que j'attende ce championnat pour me rendre compte aujourd'hui qu'il fait partie des chevaux de légende. C'est dommage que j'arrive à bien le monter à quinze ans ! Il est en pleine forme en tout cas.

La suite du programme pour nous c'est la finale de Coupe des nations de Barcelone. Nous allons aligner l'équipe olympique là-bas. En attendant, il va se reposer, aller à la plage et à la piscine ! Tout ce qu'il aime faire. 

Si je devais retenir un moment de ces Jeux, ce serait la reconnaissance de la première épreuve. Parce que nous nous sommes dit, après tout ce qui nous est arrivé, c'est parti. Cela faisait dix jours que nous attendions de commencer, et avec tous les incidents qu'il y a eu, il était temps ! Cela a été le soulagement et sûrement le déclic."

À lire également...

Réagissez