Dans l’œil de Jean-Marc Nicolas : ’’Le point de temps ne nous retire aucune chance de médaille, mais peut en déterminer la couleur’’

Crédit : Sportfot

Mardi 16 août - 21h58 | Salim Ejnaini

Dans l’œil de Jean-Marc Nicolas : ’’Le point de temps ne nous retire aucune chance de médaille, mais peut en déterminer la couleur’’

Chaque soir, un expert analyse pour GrandPrix-Replay la compétition de la journée aux Jeux olympiques de Rio. En saut d'obstacles, c'est Jean-Marc Nicolas qui partage son expertise. Ce mardi, il revient sur la qualification de la France pour la seconde manche de la finale par équipes de demain et les quelques rebondissements de ce premier tour.

Des équipes au rendez-vous
’’En lui-même, je n’ai pas trouvé ce parcours particulièrement effrayant. On peut dire que dans l’ensemble, c’est la pression qui fait la différence dans le haut du classement. Du côté des équipes sans-faute, on a peu de surprises. L’Allemagne a démontré sa régularité habituelle, les Pays-Bas ont également su répondre présents, tout comme les États-Unis. Du côté brésilien, je ne peux pas m’empêcher de regretter l’absence de Rodrigo (Pessoa, ndlr), qui est un vrai pilote.
Il faut rappeler que la France, qui est à un point derrière, n’a fait tomber aucune barre, ce qui n’est pas le cas d’une équipe comme l’Allemagne par exemple (les quatre points de pénalité de Philippe Rozier sont dus à une faute sur la rivière, ndlr), et je pense que c’est significatif. Le point de temps ne nous retire aucune chance de médaille, mais peut en déterminer la couleur.’’

Les Bleus au rendez-vous
’’Philippe, Kevin, Bosty et Pénélope fonctionnent en vraie équipe, et se répartissent la pression en donnant le meilleur d’eux-mêmes pour aller le plus loin possible. La chance n’a pas été avec eux mais ils ont su agir en champions, et faire de ces difficultés une force pour faire mieux par la suite. Je suis très heureux de voir que Pénélope a su trouver la force de porter son équipe. J’espérais aussi que Flora ne se soit pas fait mal samedi, mais j’ai été rassuré en la voyant sauter si bien. Philippe est très impliqué dans son rôle de remplaçant, et il nous montre bien qu’il a sa place dans l’équipe. D’autant plus qu’il n’y a pas de rivière demain. Kevin est motivé, il a été excellent en restant concentré sur la suite, et Bosty… a fait du Bosty ! En bouclant un tour spectaculaire et efficace. Il a malheureusement voulu épargner Sydney Une Prince après un gros saut, et a un peu perdu du temps en ouvrant sa trajectoire sur la fin. Mais il en est parfaitement conscient, et saura être fidèle à sa réputation de cavalier rapide. Il ne faut pas oublier qu’à ce stade, il n’est pas négligeable d’être toujours quatre cavaliers en compétition. Cela donne un gros avantage sur les équipes comme les Pays-Bas et le Brésil qui ne peuvent plus se permettre de faire de faute s’ils veulent rester dans la course.’’
 
Quelques surprises
’’Je suis très étonné de voir une équipe comme la Grande-Bretagne sortir des huit qualifiés, On se serait attendu à les voir de la partie. Je suis très déçu de la contre-performance de John (Whitaker sort de piste avec vingt-trois points de pénalité, ndlr). Les Suisses ont manqué de réussite, et n’ont peut-être pas eu de chance aujourd’hui.
Ce sont les Allemands qui m’ont vraiment bluffés. Ils ont tous abordé l’épreuve sans pression, avec calme et la tête froide. J’ai trouvé Meredith Michaels-Beerbaum excellente, Christian Ahlmann précis et efficace.
Le point de temps de Bosty est surprenant lui aussi. C’est une faute surprenante quand on sait que la vitesse est son point fort d’ordinaire. Mais comme je le disais il saura gommer ce défaut demain, ce qui devrait nous rapprocher de cette médaille en laquelle je crois totalement, compte tenu de la disponibilité et de la fraicheur des chevaux qu’on a pu observer aujourd’hui.’’
 
Le règlement, à la lettre
’’Cela fait deux jours que les juges se montrent intraitables sur l’usage des éperons et la blessure des chevaux. C’est important de penser au bien-être des montures, mais je trouve dommage que la démarche ne soit pas complète, et que le règlement autorise encore certaines guêtres dont on sait qu’elles modifient les performances des chevaux. Si les choses sont tombées aujourd’hui sur Cassio Rivetti et Stephan de Freitas Barcha (disqualifiés pour des traces de sang découvertes sur les flancs de Fine Fleur du Marais et Landpeter do Ferolato, ndlr), je pense qu’il ne faut pas les blâmer à tout prix. On ne peut pas arriver à ce niveau sans se soucier un minimum du bien-être de sa monture, et le règlement est intraitable.’’

À lire également...

Réagissez