Irrésisitibles Charlotte Dujardin et Valegro !

Charlotte Dujardin a partagé sa joie avec Isabell Werth et Kristina Sprehe.
Crédit : Scoopdyga

Lundi 15 août - 20h15 | À Rio, Sébastien Roullier

Irrésisitibles Charlotte Dujardin et Valegro !

Comme mardi dernier lors de la finale individuelle du concours complet, la Reprise Libre en Musique, dernier test de dressage des Jeux olympiques de Rio, a vu les rois de Londres conserver leur titre. Ébranlée vendredi par le Grand Prix Spécial d’Isabell Werth et Weihegold, Charlotte Dujardin s’est offert un authentique triomphe romain cet après-midi à Deodoro. Après Rembrandt et Salinero, Valegro est le troisième cheval de l’histoire de la discipline à être sacré pour la seconde fois. La Britannique et son KWPN ont devancé Werth sur Weihegold et Kristina Sprehe sur Desperados FRH.

 - Irrésisitibles Charlotte Dujardin et Valegro !

Kristina Sprehe et Desperados auraient bien mérité l'argent...
Crédit : Scoopdyga

Lors de la conférence de presse suivant le Grand Prix Spécial, vendredi à Deodoro, Charlotte Dujardin, souriante malgré la victoire dans ce test d’Isabell Werth et Weihegold, n’avait rien voulu dévoiler de sa nouvelle Reprise Libre en Musique, étrennée en catimini le 9 juillet à Hartpury en Grande-Bretagne. "Vous découvrirez ça lundi. En tout cas, j’espère bien pouvoir prouver que Valegro est le meilleur, et décrocher une nouvelle médaille d’or!" Au vu des résultats du Grand Prix et du Spécial, les trois marches du podium individuel semblaient promises à la Britannique, à ses trois rivales allemandes : Isabell Werth bien sûr, mais aussi Dorothee Schneider sur Showtime FRH et Kristina Sprehe sur Desperados FRH, sans oublier la jeune Américaine Laura Graves avec Verdades. Le décor était planté. Tout se jouerait aujourd’hui dans la dernière poule de six couples programmés à partir de 12h30 sur le rectangle de Deodoro.
Sous un soleil de plomb, le public, malheureusement trop peu présent dans ce stade olympique, n’a pas été déçu. Première à revenir en piste, Kristina, médaillée d’argent l’an passé aux Européens d’Aix-la-Chapelle, a livré une prestation d’une grande finesse, sans faute et très propre qui lui permet de prendre la tête des opérations avec une moyenne de 87.142%. Même si elle aurait mérité l’argent, ce très bon score lui offrira le bronze.

Sept médailles d’or et deux finales de Coupe du monde

Sept médailles d’or et deux finales de Coupe du monde - Irrésisitibles Charlotte Dujardin et Valegro !

En cinq ans, Charlotte Dujardin et Valegro ont absolument tout gagné!
Crédit : Scoopdyga

Charlotte Dujardin lui succède en piste. Sur une musique agréable et variée, peut-être moins entraînante que la précédente sur le thème de "Pirates des Caraïbes", la Britannique présente une reprise absolument parfaite, d’une finesse et d’une légèreté rares. Les passages et piaffers de Valegro, y compris sa double pirouette au piaffer, parfaitement calés sur le rythme de la musique, laisseront sûrement un souvenir indélébile à ses fans. Définitivement, ce couple de légende n’a pas manqué sa sortie, récoltant une note toute proche de son record du monde (93.857% contre 94.300% le 17 décembre 2014 à Londres). Même si la retraite du hongre n’a pas encore sonné, sa cavalière a confirmé qu’on ne devrait pas le revoir dans un grand rendez-vous. Leur époustouflante moisson s’achève ainsi sur un bilan de sept médailles d’or individuelles (JO, Mondiaux et Européens confondus), plus deux finales de Coupe du monde. Chapeau, les artistes!
Troisième du Spécial, Dorothee Schneider abordait forcément cette Libre avec de grandes ambitions. Hélas pour elle, ce dernier test ne s’est pas aussi bien déroulé que le précédent, Showtime commettant plusieurs fautes dans ses appuyers à droite, sa pirouette au piaffer, et surtout dans sa dernière ligne avec un arrêt raté. Très déçue à sa sortie de piste, l’Allemande a dû se contenter de la sixième place (82.946%). L’opposition de style a été flagrante avec le concurrent suivant, Severo Jesus Jurado López, associé à Lorenzo. Sixième du Spécial, l’Espagnol a régalé le public d’un véritable spectacle sur une belle musique, bouclant sa dernière ligne à une main sur "It’s my Life" de Bon Jovi.  Il n’a pas non plus laissé la technique en route, à l’image d’une superbe transition du galop à la pirouette au piaffer! Plébiscitée par le public, sa reprise n’a pourtant obtenu "que" 83.625%, provoquant la bronca des tribunes. L’Ibère, révélation de ces JO, terminera cinquième.

Une dixième breloque olympique pour Werth

Une dixième breloque olympique pour Werth - Irrésisitibles Charlotte Dujardin et Valegro !

Isabell Werth a décroché la dixième médaille olympique de sa carrière. Un palmarès inégalé tous sports équestres confondus.
Crédit : Scoopdyga

Issue d’une culture encore différente, l’Américaine Laura Graves, déjà cinquième des Jeux équestres mondiaux de Normandie en 2014, délivre une prestation de très haute tenue, sans la moindre faute elle non plus, Verdades ayant su garder son calme même quand une lice s’est renversée sur le rectangle. Sa partition jouée sur un thème fleurant bon le cinéma américain a certes convaincu les juges, mais pas assez pour terminer sur le podium (85.196%). Nouvelle salve de sifflets, moins forts tout de même.
Le suspense prend fin dix minutes plus tard à l’issue de la reprise d’Isabelle Werth. En dépit de plusieurs fautes, dont une au début de sa diagonale de trot allongé et une autre dans l’entrée d’un piaffer, l’Allemande brille par sa technique. Pour ce qui est de l’artistique, son thème musical a visiblement enjoué le jury avec deux 9, deux 9,5 et trois 10… Très franchement, on se serait cru revenu dans les années 1980 voire 1970 dans une fête de village. Si la note de musique regroupe plusieurs critères, elle comprend aussi celui de l’originalité. Et là, quel que soit le goût de chacun, il n’y en avait aucune… Alors à quoi bon détailler les protocoles si les juges calent systématiquement leurs notes en fonction de la réputation ou de la "valeur habituelle" du client… Cette prestation aurait-elle obtenu 89.071% avec un autre cavalier? Il est permis d’en douter. Attention, Isabell Werth n’a nullement volé la dixième médaille olympique de son incroyable carrière, ce qui fait d’elle la cavalière la plus titrée de l’histoire des JO, mais le bronze aurait été plus juste que l’argent…
Pour autant, malgré ces éternelles questions sur la pertinence du jugement humain, ces JO s’achèvent sur une très belle image d’ensemble pour une discipline qui poursuit sa modernisation au fil du rajeunissement de ses acteurs.

À lire également...

Réagissez