''Le Grand Prix Spécial sera plus facile'', Karen Tebar

Karen Tebar et Don Luis ont réussi l'objectif en obtenant une bonne note de 75 %.
Crédit : Scoopdyga

Jeudi 11 août - 19h55 | À Rio, Yeelen Ravier

''Le Grand Prix Spécial sera plus facile'', Karen Tebar

Dernière Veste Bleue à prendre le départ dans ce Grand Prix olympique, la leader Karen Tebar a réalisé une superbe reprise. Sortant avec 75.029 %, la Française a fait grimper les scores de l'équipe de France, et s'est en plus pratiquement assurée d'une place dans le Grand Prix Spécial.

Malgré une petite faute, la reprise de Karen Tebar et Don Luis a été exceptionnelle. Les juges ont décidé de 75.029 %, l'objectif fixé était de 75 %, la dresseuse s'avoue ravie. "Moi aussi, j'ai eu les frissons ! Je suis heureuse d'avoir signé une reprise très propre. Malgré une petite faute, je suis contente de mon cheval. Au galop, nous avons vraiment eu bon contact, il était très bon dans son encolure. J'ai particulièrement aimé ce moment.", sourit-elle.
"Je n'avais pas vraiment de pression après ma faute, je me suis juste dit que je n'avais pas le droit de la faire ici et maintenant ! C'est encore un peu le point faible de Don Luis, il n'est pas très sûr dans ses trots allongés. Aujourd'hui, il y a malheureusement eu une petite faute. Globalement, je peux être très contente de mon cheval, qui est tout de même assez jeune. Il a très bien fait ses passages et piaffers. J'ai beaucoup aimé nos changements de pieds au temps également ! Il a été facile à gérer, très léger. 

Don Luis était un peu fatigué juste après être arrivé. Nous avons commencé doucement, avec deux jours de détente. Nous avons assez bien géré la chose je pense. Là, il est en forme ! Jusqu'à demain, cela va être facile pace qu'il n'aime pas être monté deux fois par jour ! Il va être marché. Pour nous, je pense que le Grand Prix Spécial sera plus facile que le Grand Prix. Le tracé est plus fluide et nous le préférons tous les deux ! 

Dans tous les concours que nous avons fait, il y a de la pression. Il faut essayer de vivre avec ça. Sinon, il faut faire d'autres concours ! Moi j'aime bien la pression. Cela me rend meilleure. Ce sont mes deuxièmes Jeux et les situations sont un peu similaires. Ma jument avait eu trois saisons avant d'aller à Athènes, Don Luis deux. En 2004, ce n'était pas prévu que nous allions aux Jeux. Ici, nous le savions. Don Luis est un petit professionnel, il est très bien. Cela me fait plaisir de faire des gros concours avec lui parce qu'il est toujours avec moi.  Il fait moins chaud qu'à Athènes (rires).

On se sent très bien ici. Je suis au village olympique cette année et cela fait une grosse différence. Cela me fait tellement plaisir d'être entouré de tous ces sportifs. En plus, nous avons décroché la médaille d'or en concours complet. C'était incroyable, cela nous a d'autant plus motivé ! Cela fait une semaine que nous vivons avec eux donc nous avons eu le plaisir de vivre ça. 

À lire également...

Réagissez

  • Christine Carre - le 11/08

    On en est tous convaincu!