''Nous sommes enragés !'', Ludovic Henry

Ludovic Henry et After ont lancé l'équipe de France!
Crédit : Scoopdyga

Mercredi 10 août - 15h56 | À Rio, Yeelen Ravier

''Nous sommes enragés !'', Ludovic Henry

Ouvreur de l'équipe de France, Ludovic Henry vient de sortir de son Grand Prix olympique. Associé à son fidèle After You, le Tricolore a écopé d'une bonne note de 69.214 %, pénalisé notamment d'une faute lors des changements de pieds au temps et de quelques irrégularités.

Même si certaines erreurs, entre autres au trot et au pas allongé, ont légèrement entâché la reprise olympique de Ludovic Henry et After You, des progrès sont incontestablement à relever pour le duo. "Je n'ai rien lâché, à ce niveau là on ne peut pas de toute manière ! Ce n'était pas trop difficile, mais il faut monter. Je n'ai pas vraiment compris ma faute aux changements de pieds au temps. Le cheval était bien rentré dans la reprise. Peut-être me suis-je trop relâché ou anticipé le mouvement d'après. Franchement, je ne sais pas... Pour le reste, le cheval était très relaxé, très souple. Il a bien réalisé son piaffer-passage, cela s'est bien passé."

Comme dit précédemment, le couple a tout de même réalisé d'excellents progrès. "Il y a un an, nous termions dans des moyennes de 67 à 69 %. Là, nous tournons autour des 69 et 72%. À Dortmund, j'ai frolé les 72 % ! After You est un cheval régulier, c'est d'ailleurs pour ça je pense que Jan a choisi de me faire partir en premier. Il savait que ça n'allait pas faire 75 ou 76 %, il faut être réaliste, mais nous pouvions espérer être entre 69 et 71 %. Le cheval a fait son travail. Je suis satisfait. J'étais déjà passé en ouvreur à Aix-la-Chapelle, et les notes sont souvent plus basses au début. C'est le jeu !"

Avec déjà des participations aux championnats d'Europe et championnats du monde au compteur, Ludovic Henry prend tout de même part à sa toute premèière olympiade. "Depuis deux ans, je fais énormément de concours importants. Je trouve qu'ici, c'est moins stressant comme à des concours tel que Dortmund. Là-bas, il y a énormément de monde, très près des rectangles. Le voyage s'est très bien passé, j'avais toute ma confiance dans la groom de Karen qui a accompagné les chevaux. C'était très bien organisé, tout le monde avait structuré leur arrivée. After You est arrivé très en forme. Pendant les deux premiers jours, il était un tout petit peu moins énergique, mais je pense qu'il a bien récupéré. Il se sent très bien. De toute manière, du moment que ma femme et moi sommes là avec lui, le monde peut s'écrouler ! Comme ce sont mes premiers Jeux, je m'attendais à quelque chose ! Mon cheval n'est pas très sensible donc ça va bien de ce côté-là. J'avais un peu peur des caméras, que cela fasse des effets miroirs et effraie les chevaux. Finalement, elles sont assez loin et assez discrètes. J'étais et je suis bien dans ma tête, je me suis vidé de tout. Je me suis beaucoup consacré aux épreuves et concentré. C'est d'ailleurs ce que l'on me dit souvent, que je suis des fois trop fermé sur les paddocks. En fait, je n'entends plus que Jan Bemelmans et mon épouse. Le reste n'existe plus.

Concernant l'équipe de France médaillée d'or de complet hier, ça eu un impact, bien sûr. Nous sommes dans les écuries avec eux depuis une semaine. Astier qui décroche deux médailles c'est incroyable ! Cela nous fait rêver. Peut-être que ce sera pour nous en 2020 ou en 2024 à Paris ! Nous avons envie, cela nosu booste. Mais une fois que la joie était passée, il a fallu tout de suite se reconcentrer, parce qu'on peut vite glisser dans l'euphorie. Pour nous, tout commençait ce matin ! Il fallait vite se concentrer."

À lire également...

Réagissez