Des médailles et des propriétaires

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 10 août - 13h11 | Salim Ejnaini et Johanna Zilberstein

Des médailles et des propriétaires

Hier, l’équipe de France de concours complet a décroché l’or olympique. Une sacrée performance, rendue possible grâce à Astier Nicolas, Karim Laghouag, Mathieu Lemoine et Thibaut Vallette, mais aussi grâce à leurs chevaux, Piaf de B’Neville, Entebbe de Hus, Bart L et Qing du Briot. En coulisses, les propriétaires aussi ont vécu cet instant historique. Pour Pierre Defrance, propriétaire de Bart L, et Michel de Chateauvieux, propriétaire de Piaf de B’Neville (également vice-champion olympique en individuel), ce mardi 9 août restera gravé dans leur mémoire.

Pierre Defrance : "Mission accomplie"

Aux écuries Pierre Defrance, situées à Sandillon, tout le monde a tremblé. Pour Mathieu Lemoine et Bart L, dont le maître des lieux est propriétaire, mais également pour Karim Laghouag, qui est le neveu de Pierre Defrance et qui a fait ses premiers pas de complétistes là-bas. ’’Ici, nous étions concernés par deux hommes !’’, sourit ainsi Pierre Defrance. ’’Nous sommes pleinement satisfaits, pour ne pas dire euphoriques, en cet instant où l’équipe de France décroche la médaille d’or. On y croyait, maintenant c’est réalisé. Cela aura demandé beaucoup de travail, beaucoup de temps, et du talent de la part de Mathieu.’’ Mais la médaille d’or, on y croit depuis le début aux écuries Pierre Defrance. ’’Pour nous, l’équipe de France avait toutes ses chances de podium. La grande surprise a été ce cross assez copieux auquel personne ne s’attendait, qui nous a un peu inquiété sachant que tous les chevaux de l’équipe n’avaient pas été préparés à un niveau 4*, même si ce sont tous des chevaux de métier. La stratégie de l’entraineur s’est révélée payante. Même chose pour Serge Cornut, dont le travail a été sacré par le très beau dressage que nous ont offert nos cavaliers. L’hippique nous a fait la preuve de la grande fraicheur des chevaux, et de toute l’expérience des cavaliers.’’ Malgré tout, avant le soulagement et la joie, il y eu quelques tremblements. ’’J’ai eu un peu peur pour Bart L qui a une petite sensibilité à un pied. Je l’ai trouvé un peu moins bondissant que d’habitude. Mais Mathieu a su en tirer le meilleur, comme toujours.’’

Michel De Chateauvieux : ’’Je suis bon pour un casse-croûte’’

Du côté de Michel de Chateauvieux, propriétaire de Piaf de B’Neville, les trois tests ont été à chaque fois l’occasion d’un ascenseur émotionnel, qui s’est terminé hier soir sur une médaille d’or par équipes et une médaille d’argent individuelle. ’’J’ai suivi ces Jeux à côté du défibrillateur ! C’est un bel aboutissement, j’espère pour les équipes de France que ça n’est pas terminé.’’ Il faut dire que le couple formé par Astier et Piaf a été le véritable héros tricolore de ces JO, signant l’un des seuls cross maxi lundi avant d’offrir un magnifique sans-faute lors de la finale par équipes, ne se laissant pas non plus démonter sur la finale individuelle. ’’C’est magnifique de voir combien tous les acteurs de l’aventure sont soudés, même bien avant Rio, qu’il s’agisse des cavaliers sélectionnés ou des quelques-uns qui n’ont pas eu cette chance. Ils ont tous formé une vraie équipe de bout en bout. Le staff a été présent, et Thierry (Touzaint, le sélectionneur national, ndlr) a vraiment tenu compte de la spécificité de chaque couple cheval/cavalier. Le travail a été plus individualisé, plus adapté par binôme, tout en gardant le groupe en objectif. Le travail de Serge (Cornut, ndlr) a permis cette deuxième place après le dressage.’’ Finalement, tout cela n’est que l’aboutissement d’un travail d’équipe mis en place depuis plusieurs mois, né d’une parfaite entente entre Astier et Michel. ’’Pour Astier et nous, être à Rio était l’objectif que l’on s’était fixé dès l’arrivée de Ben (surnom de Piaf, ndlr). En partant je lui ai dit : ’’Vas-y, mon grand ! Une médaille par équipes, et je te paye le casse-croûte si tu nous ramène une médaille individuelle !’’… Je crois que je suis bon pour un casse-croute !’’

À lire également...

Réagissez