''Je suis fier de mes cavaliers'', Thierry Touzaint

Thierry Touzaint s'avoue plus que satisfait de l'avancée de l'équipe de France après le cross.
Crédit : Scoopdyga

Lundi 08 août - 21h43 | Propos recueillis à Rio par Sébastien Roullier

''Je suis fier de mes cavaliers'', Thierry Touzaint

À l'issue de la troisième journée de compétition de concours complet des Jeux olympiques de Rio, et quelques minutes après la fin de l'épreuve de cross, la France pointe en troisième position. Thierry Touzaint, entraîneur national, a livré son sentiment, ne cachant pas un grand sourire de soulagement et de bonheur.

Une stratégie qui a payé

Troisième à 10.70 points de l'Australie, l'équipe de France semble bien lancée dans la compétition olympique. Et Thierry Touzaint, entraîneur des Vestes Bleues, ne cache pas sa joie. "Pour le moment, nous sommes plutôt satisfaits. Nous étions venus ici avec des ambitions, tout le monde le savait, donc j'espère que cela va aller au bout. Nous privilégions une médaille par équipes, donc c'est pour ça que nous n'avons pas pris trop de risques sur le parcours de cross. Deux médailles, cela nous irait bien aussi ! Les chevaux ont tous bien couru dans l'ensemble. 

Nous avons fait le choix d'être prudents, parce que nous avons vu des chevaux très fatigués, pas très frais, terminer leur parcours. Il ne fallait pas qu'il y ait un problème en fin de tour à l'un de nos chevaux parce qu'il était trop émoussé. Les Français ont tous bien monté aux ordres et ont respecté leurs chevaux, et c'était quelque chose de très important. Nous aurions peut-être pu aller un peu plus vite, notamment dans le cas du cheval de Thibaut Vallette (Qing du Briot, ndlr), mais il n'avait pas assez de contrôle. Je lui avais dit d'aller à sa main, et je n'aurais peut-être pas dû, comme ça nous aurions pu avoir quinze ou vingt secondes de moins. Cela aurait été mieux pour le score. En tout cas, nous sommes satisfaits de nous ce soir ! Je suis très fier d'eux.

Pour Astier, c'était assez drôle, parce que quand je lui avais dit qu'il partirait en ouvreur, il avait été un peu contrarié. Après coup, il a vu qu'il était fier de l'être, parce qu'il s'est rendu compte que dans les grandes nations il faut un bon ouvreur. Il a tout de suite bien compris son rôle. Juste après sa sortie de piste, il m'a dit que je pouvais le choisir en ouvreur quand je voulais ! (rires) En plus, je sais que Piaf peut avoir quelques fois des problèmes respiratoires donc nous voulions le faire partir à la fraîche. C'était important de bien commencer l'épreuve, sans risquer d'avoir un refus ou autre. J'ai préféré partir du bon pied et c'est ce qui m'a donné les clés de l'épreuve. C'était très tactique. On parle souvent de chance et de malchance, et je dois dire que nous avons quand même eu la malchance d'avoir un très mauvais tirage (la France partant en numéro deux, ndlr). Quand on passe derrière les autres, tout est plus facile. Pour les derniers, je ne savais plus vraiment quoi leur dire parce que les Allemands et les Néozélandais n'étaient pas encore passés. Nous avons décidé de jouer la prudence. La preuve, Ingrid Klimke a voulu prendre un petit peu de risques et elle s'est retrouvée avec une faute. Les chevaux fatigués fautaient beaucoup plus facilement. 

Un parcours difficile, la petite déception pour Entebbe de Hus

Au fur et à mesure de l'épreuve, j'ai voyais les contre-performances des autres s'aligner. Je savais que le parcours était dur mais je ne pensais pas que les cavaliers auraient autant d'ennuis. Nous avions marché le parcours à maintes reprises, on le savait très difficile, notamment le double de pointes. Nous l'avons risqué avec Piaf, parce qu'il est le plus expérimenté en ayant gagné le CCI 4* de Pau et participé à Badmington, mais nous n'avons pas osé avec les autres. Il y avait des erreurs et des accidents un peu partout, contrairement à d'habitude où il y a des juges de paix. 

Concernant le cheval de Karim, nous étions un peu déçus. Karim est un cavalier très efficace, qui sait le porter ! Dès le début, le cheval était un peu parti en rechignant. Il n'est pas rentré dans les contrats de foulées qui avait été décidés, il était un peu derrière. C'est un petit jour sans mais demain sera meilleur !

Et la suite ?

C'est une très grande satisfaction d'être la seule équipe qui a encore ses quatre cavaliers en course. Nos chevaux ne sont pas éprouvés et c'était important pour moi. J'aime mes chevaux et mes cavaliers. J'adore les médailles, mais la santé de mes chevaux et cavaliers passe avant tout. On l'a bien mérité !
Cela va se jouer entre quatre équipes. Les fautes vont coûter cher, et je souhaite ne pas rentrer bredouille ! Nous sommes en bonne posture pour, mais comme tout le monde le sait, le sport reste le sport. Tout est encore possible. On peut aussi bien rentrer sans médaille que remporter l'argent ! 
Pour demain, j'espère que cela va aller. J'espère ne pas avoir de mauvaise surprise. 

À lire également...

Réagissez

  • ALLALONG - le 09/08

    Un cross riche en émotions grâce à cette Equipe de France de Complet ! Autant vous dire que étions parmi les plus fervents supporters au passage de Bart L (http://www.horsetelex.fr/horses/pedigree/405504)