“J’avais à cœur d’enfoncer le clou”, Mathieu Lemoine

Mathieu Lemoine et Bart L ont déroulé une superbe reprise de dressage cet après-midi à Rio.
Crédit : Scoopdyga

Dimanche 07 août - 19h56 | Propos recueillis à Rio par Sébastien Roullier

“J’avais à cœur d’enfoncer le clou”, Mathieu Lemoine

Quatrième et dernier complétiste français à entrer en lice aux Jeux olympiques de Rio, Mathieu Lemoine a livré une superbe reprise de dressage qui lui a valu 39,20 points de pénalité sur son KWPN Bart L. Hormis une note un peu faible sur le galop à faux que le cavalier n’a pas pleinement demandé, Mathieu s’estime légitimement satisfait de sa performance qui conforte la place de leader provisoire de la France. Pour l’heure, la paire tricolore est troisième au classement individuel.

“Je suis content, satisfait de mon cheval. Évidemment, le score me fait plaisir, même si j’ai quelques petits regrets sur ma reprise. Quand on est compétiteur, on veut toujours faire mieux. Je pense que j’ai laissé filer quelques points dans le galop à faux que j’avais raté plusieurs fois à l’échauffement. Du coup, j’ai préféré assurer un peu en freinant mon cheval pour aborder cette figure au lieu de monter à fond. Il y a aussi eu deux ou trois petits problèmes de rectitude par-ci par-là. Mais c’est une bonne performance d’ensemble.
Ce matin, je me suis levé très tôt et j’ai pris la même navette que Thibaut (Vallette). Je voulais rester avec lui et l’accompagner avant sa reprise. J’ai beaucoup stressé pour lui, comme pour les autres, plus que pour moi d’ailleurs. C’est ça l’esprit d’équipe, je crois. Quant à moi, après une première séance dans le manège avec Serge Cornut (entraîneur national adjoint en charge du dressage), les feux étaient au vert, tout allait bien. Je me demandais juste comment doser ma détente en fonction de la température. Finalement, le temps s’est un peu couvert et il fait un peu plus frais. Je ne vois pas trop ce que nous aurions pu faire de mieux. Après la belle reprise de Thibaut, la pression est montée un peu, car j’avais à cœur d’enfoncer le clou pour ne pas saboter le beau travail de mes coéquipiers. On a toujours un peu la peur de mal faire dans ces situations-là…
Pour l’instant, une belle performance de l’équipe se profile sur ce test. C’est agréable de débuter la compétition de cette manière. Maintenant, rien n’est joué. Le podium final est encore très loin. On n’a rien gagné, mais on n’a rien perdu non plus.

“Je m’en tiendrai évidemment aux consignes de Thierry”

Demain, le cross sera corsé et difficile contrairement à ce qu’on me disait du cross des JO. Il va sûrement chambouler assez largement le classement. Techniquement, je crois que nous avons déjà été confrontés à toutes les difficultés, mais ici, il faudra toutes les enchaîner: les cotes, le dénivelé, la technicité, et probablement la chaleur. Tous ces paramètres qui s’additionnent vont en faire un gros cross. Pour le moment, Bart n’a jamais été embêté sur ses parcours. Pourvu que ça dure! Nous avons tiré le deuxième numéro de départ par équipes, ce qui ne nous facilite pas la tâche. Heureusement, je crois que nous avons pris la bonne décision en plaçant Astier en ouvreur. C’est le couple le plus expérimenté de l’équipe avec un super cheval (Piaf de B’Neville, vainqueur notamment du dernier CCI 4* de Pau, ndlr) et le sang froid d’Astier. Cela devait nous rendre service.
L’an passé, j’étais déjà le quatrième de l’équipe aux championnats d’Europe. À Blair Castle, il s’agissait de sécuriser la qualification pour ces JO, et éventuellement d’aller chercher la médaille par équipes, que nous avions finalement réussi à obtenir (le bronze, ndlr). Il n’était pas question de parler de performances individuelles. Là, on choisira au dernier moment en fonction des résultats de mes trois coéquipiers. Si Thierry (Touzaint) me dit de tenter le tout pour le tout et de jouer ma carte en individuel, je le ferai. S’il me dit d’assurer pour l’équipe, je le ferai aussi. Je m’en tiendrai évidemment à ses consignes.”
 
Le classement individuel en direct
Le classement par équipes en direct

À lire également...

Réagissez