“Je n’aurais pas pu faire beaucoup mieux”, Thibaut Vallette

Thibaut Vallette a déroulé une très belle reprise de dressage avec Qing du Briot*ENE-HN ce matin à Rio.
Crédit : Scoopdyga

Dimanche 07 août - 16h36 | Propos recueillis à Rio par Sébastien Roullier

“Je n’aurais pas pu faire beaucoup mieux”, Thibaut Vallette

Troisième complétiste français à entrer en lice aux Jeux olympiques de Rio, Thibaut Vallette a déroulé une très belle reprise de dressage, qu’il a terminée avec 41 points de pénalité sur Qing du Briot*ENE-HN. Hormis le mouvement de recul de son cheval après le salut, le lieutenant-colonel du Cadre noir de Saumur ne voit pas où il aurait pu grappiller davantage de points.

“Je suis un peu déçu de ma note finale dans la mesure où, d’habitude, nous, Français, dressons tous en-dessous des 40 points. Ceci dit, j’ai le sentiment que, depuis hier, les juges ne donnent pas beaucoup de points puisque seuls deux couples pointent sous les 40 (le Britannique William Fox-Pitt avec Chilli Morning et l’Australien Christopher Burton avec Santano II, ndlr). C’est un peu surprenant, mais si le jury se montre sévère avec tout le monde, cela ne pose pas de problème. Au-delà de ce premier sentiment, j’ai l’impression que je n’aurais pas pu faire beaucoup mieux. Mon cheval ne commet pas de fautes, si ce n’est ce léger reculer après le salut initial. Je n’aurais pas pu lui en demander beaucoup plus. Il reste toujours des points de détail à régler en termes de flexion et d’incurvation dans les mouvements latéraux. Son travail au galop s’est bien arrangé. Je dois toujours conserver l’activité pour garder la stabilité et l’équilibre. Mais globalement, je n’aurais pas pu grappiller énormément de points de plus.
La chaleur est une donnée importante à prendre en compte. Qing est un cheval que je ne détends jamais très longtemps. Il est doté d’une grosse locomotion au trot, mais il peut se renfermer dans sa petite coquille et me lâcher. Dans ce cas, je n’arrive pas à montrer cette belle locomotion, au trot et surtout au galop. Normalement, je le fais travailler une petite demi-heure. Là, je me suis mis à cheval à la même heure que d’habitude, mais j’ai davantage séquencé ma détente. J’ai commencé plus bas et je l’ai régulièrement laissé souffler. Pour le dressage, on se permettre ça. Pour le cross, on verra. J’espère qu’il fera un peu moins chaud.
 
« Rien n’est gagné ni perdu pour personne »
 
Pour l’instant, notre performance collective dans ce premier test est bonne. Après, nous avons des chevaux calés de façon homogène entre 37 et 39 points habituellement, donc nous sommes un peu en-dessous. Le classement par équipes est très serré. Rien n’est gagné ni perdu pour personne. On comptera les points à la fin de concours! Depuis deux ou trois ans, nous avons la chance d’avoir un lot de chevaux vraiment performants dans les trois tests. Il est donc plus facile d’ambitionner quelque chose dans ces conditions. Mais il va falloir rester concentrés jusqu’à la fin.
Le cross de demain sera compliqué. Il est long et présente à la fois beaucoup de dénivelé et de problèmes techniques à résoudre. Le dernier gué en quatre éléments, en tournant et avec des directionnels partout ne sera pas simple à gérer. Les angles ne sont pas faciles à aborder. Il reste encore pas mal de questions sur des combinaisons, notamment le double de pointes numéro 6. L’angle n’est vraiment pas très pratique et le contrat de foulées non plus! Il faut faire attention partout, il n’y a aucun saut gratuit. Même les obstacles isolés sont soit aux cotes, soit non appelés. Il faudra bien écouter les chevaux pour les garder frais et finir dans de bonnes conditions.
Le cross des championnats d’Europe de Blair Castle (dont Thibaut et Qing étaient revenus avec des médailles de bronze autour du cou) avait été rendu difficile par les conditions climatiques et le terrain qui s’était dégradé au fil de la journée. Là, ça n’a rien à voir. En Angleterre, les parcours sont sans doute plus durs dans les cotes, mais généralement plus clairs techniquement. Là, il faut tourner tout le temps sans surprendre les chevaux dans nos demandes pour éviter qu’ils ne viennent s’accrocher sur une rêne. À Blair Castle, il y avait peut-être encore plus de dénivelé, mais la chaleur rendra les choses plus difficiles ici. En revanche, le terrain devrait être très bon. Il ne sera pas profond en tout cas, j’espère même qu’il va s’assouplir un peu. C’est un cross qui convient normalement bien à nos chevaux qui sont habitués à concourir en CCI 3* et/ou 4*. D’habitude, nous, cavaliers français, avons la réputation de nous refaire sur le cross, donc ça peut nous servir, mais nous ne sommes pas plus à l’abri que les autres. Je vais essayer de me concentrer au maximum. Je vais aller reconnaître encore un ou deux fois le parcours. En tout, je l’aurais parcouru six ou sept fois avant d’entrer en piste. J’ai besoin de ça, sans doute plus que les autres, parce que je fonctionne par visualisation. J’ai besoin de me familiariser au maximum avec l’environnement et de visualiser dans quel galop et dans quelle amplitude je vais aborder chaque portion du parcours.
 
« Chacun s’efface pour servir l’équipe »
 
Pour les nations plus modestes, ce cross sera forcément compliqué, mais il y a des options sur toutes les difficultés, ce qui permettra à tous les cavaliers de boucler leur parcours en toute sécurité. C’est évidemment l’essentiel pour notre discipline et ce qu’elle montrera aux JO. Nous aussi pourrons être amenés à prendre des options si nous nous retrouvons en difficulté quelque part, en fonction des décisions des coaches.
Très sincèrement, pour le moment, je ne pense pas du tout à l’individuel. Notre sport est individuel, mais dans ces grands championnats, chacun s’efface pour servir l’équipe. Je suis fier de représenter mon pays dans ces grands rendez-vous, et notamment aux JO. C’est merveilleux. Nous sommes tous ensemble depuis le stage de préparation de Granville. Nous nous observons, nous donnons des conseils, nous rassurons et nous donnons du courage quand c’est nécessaire. C’est une belle aventure. La performance individuelle, c’est du bonus, c’est magique, mais on y pense moins.”
 
Le classement individuel en direct
Le classement par équipes en direct

À lire également...

Réagissez