“La déception prédomine”, Astier Nicolas

Crédit : Scoopdyga

Samedi 06 août - 16h07 | Propos recueillis à Rio par Sébastien Roullier

“La déception prédomine”, Astier Nicolas

Premier complétiste français à entrer en lice dans ces Jeux olympiques de Rio, Astier Nicolas a déroulé une bonne reprise de dressage, qu’il a terminée avec 42 points de pénalité sur Piaf de B’Neville. Après un très bon début de test, des fautes sont intervenues lors des changements de pied, point faible de Piaf, d’où une légitime déception du cavalier.

“J’ai déroulé une bonne reprise, mais le sentiment qui prédomine est la déception avec ces changements de pied de droite à gauche qui ne sont pas passés. Ce n’est pas comme si j’avais commis une erreur en entrant et déroulé une superbe reprise ensuite… C’est arrivé vers la fin donc ce feeling-là me reste un peu en travers de la gorge. C’est une difficulté pour lui depuis toujours. Il est capable de très bien changer de pied, mais physiquement, il peut redouter ce mouvement. Il m’a d’ailleurs fallu deux ans pour le lui apprendre. Il y a deux jours, il le faisait sans effort, je pouvais même lâcher les rênes… Sans cette faute, nous aurions terminé sous la barre des quarante points, ce qui fait une grosse différence, d’autant plus que je passais en numéro deux sur la liste de départ.
Thierry m’a désigné ouvreur parce qu’il avait besoin de fiabilité avec le premier cheval et c’est en Piaf qu’il a placé sa confiance. Je ne peux pas lui donner tort. Je joue le rôle du vieux! C’est nouveau pour moi, mais je vais essayer d’assurer. Aujourd’hui, je voulais lancer l’équipe le mieux possible et essayer d’avoir un score utile à la fin, car je pense que notre quatuor est assez homogène avec quatre couples de qualité. J’avais à cœur de bien tenir ce rôle-là, mais pour l’instant, on ne peut pas dire que j’ai réussi à 100%.
En ce qui concerne le cross, je m’attendais à moins difficile puisque les JO sont considérés normalement comme un concours 3*, mais là ce n’est pas le cas. Il y a largement de quoi faire. À mon goût, c’est du niveau 4*. Disons qu’en termes de cotes, c’est plutôt 3* au début et 4* vers la fin. Le vallonnement est très important, ce à quoi le staff s’attendait après avoir découvert le terrain l’an passé. Nous espérons qu’il fera moins chaud lundi qu’aujourd’hui (25°C sont annoncés, donc a priori oui, ndlr) parce que ce sera éprouvant pour les chevaux. Certains vont sérieusement tirer la langue! Il faudra les garder bien jusqu’au bout. Le vallonnement est constant. De plus, le seul moment où l’on peut souffler, dans une descente, ça tourne, donc on ne pourra pas lâcher les rênes et laisser les chevaux respirer. On s’attendait un peu à cela avec Pierre Michelet, mais c’est encore un peu plus que ce que je pensais.
Dans la mesure où j’entrais en lice ce matin, je n’ai pas pu participer à la cérémonie d’ouverture hier soir. J’aurais bien aimé, ça avait l’air fantastique. J’aurais peut-être été meilleur ce matin (rires). Nous avons tranquillement dîné avec Thierry (Touzaint) et Karim (Laghouag) et sommes rentrés pour voir la délégation française traverser le stade. Ensuite, je me suis endormi très vite.”

Les résultats en direct ici

À lire également...

Réagissez