’’Gagner un majeur est déjà fou’’, Steve Guerdat

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 06 juillet - 09h38 | Léa Errigo (avec communiqué)

’’Gagner un majeur est déjà fou’’, Steve Guerdat

En route pour la deuxième étape du Rolex Grand Slam, le cavalier suisse Steve Guerdat aura à coeur de bien faire après sa victoire à Genève avec son fidèle Nino des Buissonnets. Dernière étape avant Calgary, Aix-la-Chapelle est l'une des plus mythiques du circuit.

Quels sont vos objectifs lors du CHIO d’Aix-la-Chapelle?
Steve Guerdat:
Aix-la-Chapelle est absolument incontournable chaque année. Le stade, la foule et l’intérêt des médias sont uniques. Rien que cela représente déjà une énorme motivation. Chaque cavalier aimerait gagner ici. Bien sûr, ayant déjà remporté Genève, une victoire cette année serait particulière.
 
Et vous auriez ainsi franchi une nouvelle étape vers le Rolex Grand Slam ...
S. G. :
Oui, et pourtant il m’est encore difficile de considérer le Grand Slam comme un objectif concret, tant que je n’aurai pas atteint la deuxième étape. C’est un rêve pour moi, mais il est encore trop lointain pour être tangible. Gagner un Majeur est déjà  fou! J’ai eu cette chance trois fois à  Genève, été deux fois deuxième à Calgary et cinquième à Aix-la-Chapelle. Je suis très fier de ces résultats. Le Grand Slam est simplement incroyable, et peu de cavaliers y parviendront.
 
Quelle est l’importance de cette compétition pour votre sport?
S. G. :
Pour nous, cavaliers, Aix-la-Chapelle, Genève et Calgary sont toujours les concours principaux de la saison. Ils représentent le meilleur du sport et disposent de la plus grande visibilité. Le Rolex Grand Slam a encore augmenté le niveau. C’est un format unique, également pour le spectateur, promis à plus de suspens, car il peut encourager les cavaliers pour la victoire suivante. On l’a bien vu l’an dernier à Calgary. Le public entier se tenait derrière Scott et ce fut un moment très spécial, lorsqu’il a remporté le Grand Slam. L’attention des médias a été énorme. Je pense que l’on peut affirmer que tout notre sport tire profit du Rolex Grand Slam.
 

À lire également...

Réagissez