‘’Il faut bien se lancer un jour, ce sera donc ce week-end’’, Harold Boisset

Crédit : Scoopdyga (Archives)

Mardi 28 juin - 16h41 | Léa Errigo

‘’Il faut bien se lancer un jour, ce sera donc ce week-end’’, Harold Boisset

Il y a presque deux mois, Harold Boisset signait sa première victoire en 3* avec Quolita Z à Maubeuge. Fin mai, tous deux se classaient huitièmes du Grand Prix CSIO 3* de Lisbonne. Parti sur le bon pied depuis le début de la saison, le Tricolore s’apprête donc à courir son premier CSI 5*, après sa participation au Master Pro, puisqu’il sera à Paris ce week-end pour le Paris Eiffel Jumping. Pour GrandPrix-Replay, il revient sur ses championnats et évoque ses objectifs pour la saison.

GrandPrix-Replay : Vous rentrez tout juste du Master Pro de Fontainebleau où vous vous êtes classé douzième avec Quolita Z. Quel bilan tirez-vous de ce championnat ?
Harold Boisset : C’est la troisième année que j’y participe et seulement la deuxième année en Pro Elite. Je suis quand même un peu déçu du résultat, je suis parti doucement dans la chasse et nous sortons de piste avec quatre points, je n’ai pas réellement cherché à accélérer. Pourtant, depuis le début de la saison je suis compétitif et rapide mais là, j’étais un peu à contrecourant de l’épreuve. Je termine vingt-troisième de la première manche. Nous sortons sans faute de la deuxième manche ce qui nous a permis de remonter dans le classement. Quolita a bien sauté durant la finale même si nous sortons deux fois avec quatre points, ce sont des fautes de concours. C’est donc une petite déception mais je n’ai pas toute l’expérience des championnats car je n’en ai pas couru beaucoup et nous apprenons encore.

GPR. : Comment va Quolita ?
H. B. : Elle va très bien, elle est en pleine forme. Je suis resté à Fontainebleau après le Master Pro puisque nous serons au CSI 5* de Paris, à Bagatelle, ce week-end.

GPR. : Vous serez tous les deux au CSI 5* de Paris, ce week-end. Quels sont vos objectifs pour ce concours à haut niveau ?
H. B. : C’est une grande découverte pour moi, je n’ai jamais participé à un 5* et celui-ci est réputé puisqu’il fait partie du circuit du Global Champions Tour. Je vais prendre de l’expérience et essayer de faire du mieux que je peux mais la concurrence va être rude.
Philippe Guerdat m’a proposé de faire ce concours et bien entendu, mon objectif reste sportif. Même si je trouve que c’est encore un tout petit peu tôt pour m’exposer à un plateau aussi conséquent, il faut bien se lancer un jour, ce sera donc ce week-end ! C’est une opportunité qu’il faut saisir.

GPR. : Vous évoluez depuis quelques semaines avec Tara de Bacon, anciennement sous la selle de Michel Robert, comment se passe le travail ?
H. B. : Le travail se passe très bien, je trouve qu’elle évolue vite. Il y a trois semaines nous étions au CSI 3* de Lons le Saunier mais le Grand Prix a été annulé, elle a donc participé à un concours national le week-end suivant. Elle sort deux fois sans faute dans les parcours à 1,35m et 1,40m. Dans quinze jours, nous irons sûrement au CSI 3* de Megève et à celui Vichy afin d’essayer de courir un des deux Grands Prix. C’est une jument qui a de gros moyens, Michel (Robert, ndlr) me l’avait dit. Elle a envie de bien faire, elle est respectueuse mais elle a du mal à gérer son corps, malgré tout, cela commence à aller de mieux en mieux. Ce serait un bon cheval pour épauler Quolita. C’est une jument qui est à commercialiser, même si ce n’est pas urgent. Nous allons donc faire un bout de chemin ensemble.

GPR. : Alors que la saison extérieure bat son plein, quel regard avez-vous sur votre début de saison ?
H. B. : Chaque année, je commence la saison à Oliva en février. J’ai emmené treize chevaux, des jeunes et des plus âgés. La tournée avec les jeunes chevaux s’est vraiment passée. Dans l’ensemble, je suis assez satisfait de mon début de saison. Ce qui est difficile à gérer pour moi c’est que j’ai pas mal d’autres chevaux qui sautent de parcours entre 1,35m et 1,45m et en ce moment, ils sont un tout petit peu mis de côté. Ils sortent quand même en concours toutes les trois semaines mais c’est cela que j’ai encore un peu de mal à gérer.

GPR. : Avez-vous un objectif particulier cette année ?
H. B. : On se fixe toujours des objectifs mais pas forcément sur une seule et même année, j’avais vraiment envie de participer à des Coupes de nations, c’est un objectif atteint (Harold Boisset a participé au CSIO 3* de Lisbonne fin mai, avec Quolita Z. Le couple sort de piste sans encombre en première manche et écope de huit points dans la seconde, ndlr). Nous terminons cinquième sur huit équipes, ce n’est pas vraiment une performance mais c’était une bonne expérience et cela c’est vraiment bien passé. L’objectif serait donc de participer de nouveau à des Coupes de nations et d’améliorer le résultat. J’aimerais également essayer de participer plus régulièrement à des CSI 4 et 5*, en fonction des chevaux et de leur évolution.

GPR. : Quel est votre programme pour les semaines à venir ?
H. B. : Après Paris, je participerai à deux CSI 3*, celui de Megève puis celui de Vichy. Ensuite, il y aura peut-être la Coupe des nations à Budapest, c’est une étape de seconde league mais cela va me permettre de prendre de l’expérience, ce qui fait partie de mes objectifs. Je vais donc faire en sorte de faire de mon mieux pour ce genre d’événement. 
 

À lire également...

Réagissez