Je suis fan de Cliffton, Marc Dilasser

Crédit : PSV Morel

Dimanche 26 juin - 21h42 | Propos recueillis à Fontainebleau par Sébastien Roullier

"Je suis fan de Cliffton", Marc Dilasser

Voici la réaction de Marc Dilasser, heureux champion de France Pro Élite avec Cliffton (KWPN, Clinton x Hallando II van de Watering) cet après-midi à Fontainebleau. Le Breton installé en Normandie évoque ce Master Pro, mais aussi sa relation avec son nouveau cheval de tête, ses propriétaires et son nouveau système.

Émotion et satisfaction
 
"D’abord, ayant perdu mon papa en février dernier, j’ai évidemment une pensée émue pour lui aujourd’hui.
Ce titre est une vraie récompense et une victoire très importante pour moi. C’est toujours beau d’être le champion de son pays pendant un an. Cela va me permettre d’être automatiquement qualifié dans tous les Grands Prix internationaux disputés en France et m’ouvrir de belles opportunités. Je vais discuter avec Philippe Guerdat afin de faire en sorte d’accompagner aussi bien que possible la montée en puissance de mon cheval. Ceci dit, il n’a que neuf ans, donc je vais prendre mon temps."
 
Cliffton
 
"Cliffton est très généreux, un peu atypique, je l’aime beaucoup. J’ai vraiment confiance en lui. Il saute de mieux en mieux à chaque parcours. Il a une telle intelligence et une telle volonté que je ne l’ai pas du tout senti peiner sur ces parcours, y compris sur le double d’oxers de la dernière ligne de la seconde manche, cet après-midi. Il s’est vraiment bien donné. Je suis fan de lui! Gagner avec plus d’une barre d’avance, c’est vraiment très positif. Avoir droit à une faute m’a aussi permis d’aborder plus sereinement la seconde manche.
En début d’année, j’ai pris le temps de bien le comprendre pour bien le contrôler. Comme tous les produits de Clinton, il a un tempérament un peu spécial qu’il faut apprivoiser. Une fois qu’on y parvient, c’est tout bénéfice. J’avais déjà connu cela avec Dame Blanche van Arenberg (revendue en 2013 à Geneviève Mégret pour être confiée à Pénélope Leprevost, ndlr). Avec lui, le déclic s’est produit au début du printemps à Cagnes. Depuis, il n’a plus rien raté. Sa régularité est incroyable!
Je remercie très chaleureusement Françoise et Francis Houdré (vétérinaires et éleveurs sous l’affixe de Latour, ndlr), les propriétaires de Cliffton, qui ont vibré dans les tribunes cet après-midi. L’an passé, je leur avais fait acheter Uxellhus, un fils de Lamm de Fétan et de la sœur de l’étalon Quite Easy, que nous avons revendu à Oleksandr Onyshchenko quelques mois plus tard. Du coup, nous cherchions un cheval et nous avons acheté Cliffton à Thibault Pomares en octobre dernier après l’avoir repéré au Grand National de Barbaste. J’ai eu le coup de foudre pour lui. Thibault, qui était ici ce week-end, me disait d’ailleurs que beaucoup de gens ne comprenaient pas pourquoi nous avions acheté ce cheval qu’ils imaginaient plutôt voir évoluer à 1,40m ou 1,45m…
Là, Je vais le laisser un peu tranquille pendant trois semaines. Je pense qu’il reprendra au CSI 3* de Vichy, un bon concours pour faire évoluer les chevaux. Ce ne sera que son premier Grand Prix CSI 3*! Si tout se passe bien, pourquoi pas tenter notre chance au CSI 4* de Valence, fin août. Je veux vraiment rester à l’écoute du cheval et ne pas lui mettre trop de pression sur les épaules.
Ses propriétaires l’ont acheté avec des objectifs commerciaux, mais je ne suis pas certain qu’ils aient envie de le vendre aujourd’hui, d’autant plus après ce qu’il vient de nous offrir. Ils m’ont dit qu’ils attendaient cela depuis vingt-ans! Ils sont très émus par ce titre."
 
Un nouveau système qui porte ses fruits
 
"J’avais commencé l’année 2013 avec Qamaïeu de Montsec, Obiwan de Pilière et Dame Blanche van Arenberg. J’ai vendu Dame Blanche en mai 2013, Qamaïeu en septembre et Obiwan en janvier 2014. J’ai alors perdu quatre étoiles d’un seul coup. Cela m’a conduit à remettre totalement en question mon système, qui n’était pas suffisamment bon. En 2013, j’ai également acheté une structure installée au Merlerault dans l’Orne. Il y avait vingt boxes. Nous en avons construit dix de plus et j’ai engagé un cavalier pour s’occuper de mes jeunes chevaux. L’idée est de ne plus connaître de tels creux dans le futur. Il faut sans cesse former des jeunes pour assurer son avenir, mais d’un autre côté, les propriétaires sont de plus en plus exigeants, à juste titre d’ailleurs, quant au travail des chevaux. Désormais, entouré d’une équipe de cinq personnes, je peux davantage me consacrer à mes chevaux d’âge au lieu de courir partout avec les plus jeunes. J’aimerais d’ailleurs saluer toute mon équipe : Laetitia Soca, ma groom, Benjamin Jegousso, le cavalier de mes jeunes chevaux, Romane, ma cavalière maison, ainsi que Louisa et Jérôme qui s’occupent de l’entretien de la structure."
 
L’avenir
 
"J’ai la chance d’avoir un piquet fantastique pour l’avenir. Je compte évidemment sur Siamoise Minotière (Calvaro x Ithuriel, AA) qui a beaucoup gagné et se repose un peu actuellement. Elle sautera le Grand National de Lure dans deux semaines. J’ai récupéré Air Corrado VO (sBs, Corrado x Mister Blue), un cheval qui a passé deux ans chez Johannes Ehning après avoir longtemps évolué en France (chez Jeroen Zwartjes notamment, ndlr). Il sautera à Lure aussi. Je compte également sur Ramona Robinz (Robin II Z, Urbain du Monnai), une petite-fille d’Électre appartenant à Marcelle Chanu et qui gagne à 1,45m. Sans oublier Utah van de Rock (Limbo x Mozart des Hayettes), l’étalon bai que je possède en copropriété avec Caroline Bou, qui débute à 1,45m. Ce titre avec les portes qui devraient s’ouvrir à moi tombe donc à point nommé!"

À lire également...

Réagissez