Emanuele Gaudiano s'offre le joyau monégasque

Emanuele Gaudiano et son Caspar ont remporté le trophée.
Crédit : Stefano Grasso/LGCT

Dimanche 26 juin - 00h45 | À Monaco, Yeelen Ravier

Emanuele Gaudiano s'offre le joyau monégasque

Emanuele Gaudiano a remporté ce soir, sur le rocher, le Grand Prix 5* de Monaco, neuvième étape du Global Champions Tour, associé à Caspar. L'Italien a devancé son compatriote Piergiorgio Bucci sur l'exceptionnel Casallo Z, et Rolf-Göran Bengtsson avec Casall. 

Même si une large partie du gratin mondial s'était réunie au CSIO 5* de Rotterdam, de jolis noms du sport étaient présents au CSI 5* de Monte-Carlo, neuvième étape du Global Champions Tour. À dix-huit heures trente, quarante-deux couples ont été au départ de ce Grand Prix concocté par le célèbre et fin chef de piste Luc Musette. La première partie de l'épreuve a vu des cavaliers peu habitués des grosses épreuves s’enchaîner. À relever par exemple, le bon parcours de l'Allemand Philip Houston, dix-huit ans, dont le Loexenherz a malheureusement mis à terre les deux derniers obstacles, un vertical puis un oxer. Repassée sous le même drapeau en début d'année, Katharina Offel a présenté le prometteur Umeunig, âgé de dix ans. Après plusieurs fautes dès l'oxer huit, l'amazone s'est finalement retirée. Le premier sans-faute est finalement revenu à Audrey Coulter. L'Américaine, qui avait choisi le beau Capital Colnardo pour l'occasion, a déroulé un joli tour. Une petite faute malgré beaucoup d'application et d'implication pour Athina Onassis et la bonne Contanga 3. Habillé d'une nouvelle veste grise, Bassem Hassan Mohammed a lui aussi écopé d'une barre malgré un bon parcours aux rênes de Cliff Z, jeune hongre de huit ans qui disputait son premier Grand Prix 5*. Pénalités évitables également pour le Colombien Daniel Bluman, enchaînant les classements sur le circuit ces derniers mois, dont l'Apardi, fils de Corland, a renvoyé la barre du vertical numéro douze. 

À sa suite, Janne Friederike Meyer a signé le deuxième score parfait, associée à l'excellent Chuck, un hongre de neuf ans. Christina Liebherr a également automatiquement rejoint sa camarade pour la seconde manche après un bon tour de L.B. Eagle Eye. Une petite réunion de famille a alors eu lieu. Toujours ou presque sans-faute, Casall Ask a bouclé un sublime tour, piloté par Rolf-Göran Bengtsson. Casallo Z, Alicante et Caracas, tous fils du H olsteiner, se sont hissés en seconde manche, sous les selles de Piergiorgio Bucci, Jérome Guéry et Jos Verlooy. Cristallo A LM, également descendant de Casall et monture de Julien Epaillard, n'a malheureusement pu éviter une faute sur l'oxer numéro neuf, malgré beaucoup d'application du Français. Nicola Philippaerts, Denis Lynch, Scott Brash, Cassio Rivetti et Laura Renwick ont aussi bouclé le score parfait. Pas de sursis non plus pour David Will et la toujours débordante Mic Mac du Tillard, tout comme John Whitaker et la très étonnante Ornellaia.

Un barrage à neuf se dessine

La seconde manche a débuté à la tombée de la nuit, après l'habituel hymne monégasque entonné en l'honneur de la présence de la famille princière. Le jeu des lumières a posé quelques problèmes à certains chevaux, notamment Quattro Z, celui de Denis Lynch, refusant sur le numéro un puis le numéro huit. Déception pour Bertram Allen, repêché avec une faute en première manche, qui a fait chuter l'ultime obstacle, une palanque en vertical. Seul autre couple récupéré pour ce tour, Marlon Modolo Zanotelli et Extra van Essene, de retour sous sa selle après un passage chez Victoria Vargas qui l'avait acheté, ont accusé seize points. Janne Friederike Meyer a relancé les sans-faute, gagnant son ticket pour le barrage. Rolf-Göran Bengtsson, Emanuele Gaudiano, Christina Liebherr et Piergiorgio Bucci ont également confirmé.

Une petite faute pour Jos Verlooy et Caracas, non pré-sélectionnés pour les Jeux olympiques malgré une bonne régularité. Chez elle comme elle le dit, Edwina Tops-Alexander a failli sortir indemne mais a malheureusement fait tomber le vertical numéro six. Cassio Rivetti a réitéré sa précédente performance avec un superbe score vierge, associé à Coleman. Le très en forme Jérome Guéry, Nicola Philippaerts et John Whitaker ont complété ce groupe de barragistes à neuf.

Emanuele Gaudiano y va avec le culot

Les sans-faute se sont enchaînés et le chronomètre a vite baissé. Janne Friederike Meyer a bouclé le score parfait en 40''51, mais son temps fut vite rattrapé par Rolf-Göran Bengtsson et Casall Ask, sans-faute en 37''95. Emanuele Gaudiano, vainqueur du Grand Prix de Londres l'hiver dernier et très en forme, n'a pas laissé passer sa chance et a franchi la ligne d'arrivée en 36''64. Aucun n'est parvenu à le devancer par la suite. Piergiorgio Bucci, galopant et déroulant une sublime dernière ligne avec Casallo Z, a tout de même réussi à s'intercaler entre son coéquipier et Rolf-Göran Bengtsson, réalisant son premier podium dans un Grand Prix 5*. Jolie performance pour John Whitaker qui a assuré son tour en engrangeant un triple sans-faute.

Emanuele Gaudiano a donc remporté son premier Grand Prix du circuit, accompagné du phénoménal Caspar.

À lire également...

Réagissez