Les Tricolores se font une place parmi les meilleurs à Rotterdam

Malgré quelques fautes, Ludovic Henry et After You ont poursuivi sur une bonne dynamique.
Crédit : Johanna Zilberstein

Jeudi 23 juin - 17h40 | À Rotterdam, Johanna Zilberstein

Les Tricolores se font une place parmi les meilleurs à Rotterdam

Cet après-midi, les dresseurs tricolores avaient un rendez-vous capital à Rotterdam. Car pour cette dernière confrontation internationale par équipes avant les Jeux olympiques de Rio, dans moins de deux mois, Stéphanie Brieussel, Ludovic Henry, Pierre Volla et Karen Tebar n’avaient pas le droit à l’erreur : il fallait être dans les cinq premiers pour repartir samedi dans le Grand Prix Spécial et la Reprise Libre en Musique. Mission accomplie pour les Tricolores, qui ont pris une belle quatrième place.

L’ESSENTIEL
On les attendait, ils ont répondu présents. Adelinde Cornelissen, Diederik van Silfhout et Hans-Peter Minderhoud, offrant une redoutable équipe sur le papier, n’ont pas failli devant leur public. Après les 70.780% de Danielle Heijkoop et Siro, repêchés en dernière minute après le forfait d’Edward Gal et Glock’s Undercover, les trois coéquipiers n’avaient plus le droit de faire une faute pour s’imposer avec la manière. Mais ils n’ont eu aucun souci dans cette entreprise. Ainsi, Adelinde Cornelissen et son expérimenté Parzival ont signé une belle reprise, ponctuée de magnifiques piaffers. Même si l’alezan de dix-huit ans a semblé un peu tendu, le duo a une nouvelle fois su séduire les juges, emportant la moyenne de 76.140%. Tout s’est également très bien passé pour Diederik van Silfhout, qui ne fait pas une faute avec Arlando (76.240%). Mais aujourd’hui, la star s’appelait Hans-Peter Minderhoud. Associé à Glock’s Johnson, le vainqueur de la finale Coupe du monde a déroulé une reprise parfaite, à l’issue de laquelle les juges les ont désignés gagnants à l’unanimité (79.240%). Brillants à Compiègne il y a un mois, les quatre équipiers américains n’ont rien pu faire. Grande gagnante du Grand Prix dans l’Oise, Kasey Perry-Glass a cette fois-ci laissé la vedette à deux autres coéquipiers avec Goerklintgaards Dublet (74.580%). Ainsi, Steffen Peters, sur Legolas 92 (76.040%), et Laura Graves, avec Verdades (76.300%) ont porté leur équipe vers une deuxième place au classement provisoire, devançant une équipe de Suède pourtant bien armée avec Juliette Ramel sur Buriel (73.880%), Patrik Kittel sur Deja (74.380%) et Tinne Vilhelmson-Silfvén sur Don Auriello (75.720%).
 
LES BLEUS
Il y eu surement quelques sueurs froides dans le clan tricolore aujourd’hui. Première à s’élancer, Stéphanie Brieussel déroule une reprise globalement en hausse, avec un Amorak qui rentre en piste moins tendu que d’habitude. Malgré tout, il ne peut éviter plusieurs fautes, dans le piaffer ou le reculer par exemple. Le couple ouvre le bal avec la moyenne de 67.740%, mieux que celle inscrite un mois plus tôt au CDIO de Compiègne. Ludovic Henry et After You, passés ensuite, restent sur une bonne dynamique (69.240%) même si leur reprise est entachée d’une grosse faute dans la transition piaffer-passage. Pour Pierre Volla, les choses semblent se passer de mieux en mieux et, même si Badinda Altena, que l’on sait pleine d’énergie, met une foulée de galop dans le premier doublé au trot, le couple inscrit la belle moyenne de 69.720. De bon augure pour la suite ! Quant à Karen Tebar, dernière cartouche mais surtout locomotive de cette équipe tricolore, elle poursuit sur le chemin du succès. Et, même s’il reste des fautes, elle décroche avec Don Luis la moyenne de 74.440%, qui propulse la France à la quatrième place du classement provisoire par équipes de cette Coupe des nations. Beau travail d’une équipe menée avec patience et persévérance par Jan Bemelmans, sélectionneur national, et Emmanuelle Schramm, Directrice technique nationale adjointe en charge du dressage.
 
LES TOPS
Il faut évidemment saluer les scores d’Adelinde Cornelissen, Diederik van Silfhout et Hans-Peter Minderhoud. La première, qui a su faire revenir son fidèle Parzival à temps, pourrait bien avoir composté aujourd’hui son ticket pour Rio, bien qu’une épreuve reste encore à courir samedi. Ses coéquipiers semblent être dans le même cas, tant leurs performances devraient sans problème s’aligner sur celles des meilleurs Allemands, qui reviennent très fort sur le devant de la scène. Bonne note collective également pour les trois meilleurs Suédois. Patrik Kittel a ainsi confirmé les bonnes dispositions de l’aérienne Deja, qu’il prépare depuis plusieurs mois à l’échéance olympique, tandis que Tinne Vilhelmson-Silfvén confirme un peu plus sa place parmi les leaders de la discipline dans son pays natal. Enfin, Juliette Ramel, dernière recrue, poursuit sa formation avec le parfois bouillant mais talentueux Buriel, avec lequel elle pourrait bien se faire une place jusqu’au Brésil.
 
LES FLOPS
Déception du côté de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne aujourd’hui. Si la première a clairement choisi d’emmener ses seconds couteaux pour y trouver un quatrième coéquipier en vue des Jeux olympiques, la seconde, elle, est venue avec une équipe qui ne semblait difficilement pouvoir rivaliser avec les trois meilleures nations de la journée. Mais le score est plutôt décevant pour le Britannique Michael Eilbeg, qui montait Woodlander Dornroschen (67.860%), sur la liste longue olympique en vue en guise de réserve. Côté allemand, la déception vient du côté de Bernadette Brune, qui a pourtant accusé une belle progression cette saison avec Spirit of the Age. Grand Prix Spécial et Reprise Libre en Musique se feront donc sans eux.
 

À lire également...

Réagissez