’’Après le Pin, il faudra que je fasse mes choix’’, Thierry Touzaint

Crédit : Scoopdyga

Mardi 21 juin - 14h05 | Léa Errigo

’’Après le Pin, il faudra que je fasse mes choix’’, Thierry Touzaint

Ce week-end, Thierry Touzaint va avoir fort à faire. Et pour cause, l’étape du Grand National du Haras du Pin va avoir le difficile rôle d’être sélective en vue des Jeux olympiques de Rio, dont le coup d’envoi va être donné dans un peu moins de deux mois. Entre le CCI 4* de Luhmühlen, et sa bonne surprise nommée Livio, et le Grand National du Haras du Pin, on ne peut plus décisif, le sélectionneur national livre ses impressions à GrandPrix-Replay.

GrandPrix-Replay : Trois Tricolores étaient au CCI 4* de Luhmühlen, ce week-end : Geoffroy Soullez sur Madiran du Liot, Arnaud Boiteau sur Quoriano*ENE-HN et Maxime Livio sur Qalao des Mers. Quel bilan global faîtes-vous de leurs performances ?
Thierry Touzaint : Geoffroy Soullez a malheureusement un peu loupé son entrée en matière. Le transport du cheval était sûrement un peu trop tardif, ce qui a fait qu’il est arrivé en toussant et n’a donc pas pu courir. C’est bien dommage parce que c’est un bon cheval. En ce qui concerne Arnaud Boiteau, il n’a pas pu aller jusqu’au bout de la compétition. Quoriano*ENE-HN est un cheval un peu coquin, Arnaud ne s’est peut-être pas assez méfié et il a fait un petit refus. Quant à Maxime Livio, il s’agissait de son grand retour au plus haut niveau. Il a formidablement bien couru, j’étais même déçu qu’il ne gagne pas ce CCI 4*. Maxime a beaucoup d’expérience. Nous y allions avec des ambitions pour ce cheval, il s’est vraiment bien comporté et j’en suis ravi pour eux !
 
GPR. : Vous le disiez, Madiran du Liot est arrivé malade à Luhmühlen. Comment va-t-il aujourd’hui ?
T. T. : Le vétérinaire sur place à Luhmühlen a jeté l’éponge tout de suite parce que le cheval est arrivé un petit peu éprouvé par le transport. Mais quarante-huit heures après, il allait beaucoup mieux. Je pense que la peur de l’accident est telle que c’est une décision compréhensible. C’est tout de même dommage parce que c’est un cheval qui aurait pu être performant dans cette épreuve.
 
GPR. : La très bonne nouvelle est évidemment la deuxième place de Maxime Livio et Qalao des Mers. Vous attendiez-vous à d’aussi bons résultats de la part de ce couple qui revient très fort ?
T. T. : C’est bien pour Maxime de revenir à très haut niveau par la grande porte. Je m’attendais à d’aussi bons résultats, Qalao est performant. Même s’il a eu un an d’arrêt, il l’était déjà avant cela. Nous avons bien vu que, depuis le début de la saison, il revient à son meilleur niveau. Il est toujours un peu compliqué sur le plat mais le cross et l’hippique sont ses points forts. Ils auraient mérité de gagner mais cela fait partie du sport !
 
GPR. : Même si Maxime et Qalao ne seront pas au Pin ce week-end, peuvent-ils prétendre à une sélection olympique ?
T. T. : Désormais, ils sont qualifiés pour les Jeux olympiques. En ce qui concerne la sélection, nous verrons après le Pin.
 
GPR. : Justement, le Grand National du Pin va être l’étape clé pour les couples prétendants à une sélection olympique. Quelles sont vos attentes ?
T. T. : J’espère que tous les couples vont bien courir et qu’il n’y aura pas d’incident. Je souhaite que chaque couple coure à sa valeur. Pour moi, les étapes du Grand National font partie de la préparation des couples. Ensuite, il faudra que je fasse mes choix. Il faudra voir selon différents facteurs tels que le physique.
 
GPR. : Quand comptez-vous donner votre sélection et quel va être le programme pour les couples sélectionnés ?
T. T. : Officiellement, la fédération doit transmettre cela au ministère le 13 juillet, l’information devrait donc être rendue publique à cette date.
En ce qui concerne le programme des cavaliers sélectionnés, nous partirons en Normandie pour deux semaines de stage, comme nous avons l’habitude de le faire. Nous commencerons par deux jours au Mans, où nous ferons du dressage et du saut d’obstacles les 14 et 15 juillet. Après cela, nous irons à Saint-Martin-de-Bréhal jusqu’au départ des chevaux et des cavaliers.

À lire également...

Réagissez