L’Irlande triomphe, la France tient le choc à Saint Gall

Crédit : Katja Stuppia/FEI

Vendredi 03 juin - 18h50 | Johanna Zilberstein

L’Irlande triomphe, la France tient le choc à Saint Gall

La troisième étape du circuit Coupe des nations s’est tenu cet après-midi à St Gall, en Suisse. Si le circuit était en ligne de mire de la République Tchèque, la Belgique, l’Irlande, la Suède et la Suisse, qui marquaient toutes des points, les Jeux olympiques ne sont pas sortis des esprits des cavaliers qui doivent lutter pour accrocher l’une des places individuelles. De quoi assurer du beau sport, sur un parcours technique mais fair-play.

L’ESSENTIEL
En première manche, les couples des huit nations engagées dans cette troisième étape du circuit ont dû composer avec un parcours plutôt technique, composé d’une rivière en sortie de virage suivie d’un vertical, ainsi que d’un oxer blanc avec une palanque au premier plan placé en avant-dernier, véritable juge de paix de ce parcours.
Si l’Allemagne a mené la danse en première manche, portée par les parcours parfaits de Marcus Ehning, sur Prêt À Tout, et de Hans-Dieter Dreher, sur Cool And Easy, les trois sans-faute alignés par l’Irlande en seconde manche ont fait basculer la balance en faveur des vestes vertes, qui terminent avec un score total de huit points. Ainsi, la faute de Denis Lynch et All Star en première puis en seconde manche se fait vite oublier. D’abord grâce à Greg Patrick Broderik qui signe un magnifique double sans-faute avec l’excellente MHS Going Global, loin d’être à la peine sur les deux parcours. Ensuite, grâce au parcours parfait de Bertram Allen en seconde manche, qui vient barrer les dix points de première manche, accumulés avec Molly Malone V après une grosse incompréhension en milieu de triple qui a entraîné une faute puis un refus sur la sortie. Enfin, grâce à la démonstration de Cian O’Connor et son puissant Good Luck qui, après une malheureuse faute en première manche signent un parcours parfait en seconde.
Derrière, quatre équipes se partagent la deuxième place avec un total de douze points. Les Américains, qui ont pu compter sur la très bonne forme de Lauren Hough et Ohlala, double sans-faute, ont livré une prestation d’ensemble plutôt bonne, sans grande catastrophe, profitant du parcours parfait de Lucy Davis et Barron en seconde manche. Todd Minikus, lui, a aligné deux parcours à quatre points avec la vaillante Babalou tandis que Margie Engle a emmené son Royce jusqu’au bout, malgré deux puis une faute. Les Allemands, eux, ont peut-être de quoi se mordre un peu les doigts. Malgré l’excellente performance de Marcus Ehning et Prêt À Tout (lire plus bas), la petite faute de trop de Ludger Beerbaum et Casello dans les deux manches ont coûté cher à l’équipe, sans compter sur la faute un peu bête de Hans-Dieter Dreher. Dernier cavalier en piste, ultime espoir pour la Mannschaft de barrer contre l’Irlande, Hansi et son gris se sont fait avoir sur le tout premier obstacle du parcours -seul couple à l’avoir fait tomber – laissant le champ libre à l’Irlande. La belle surprise vient également de la Suède, elle aussi titulaire de la deuxième place, bien méritée. Malgré la disqualification de Rolf-Göran Bengtsson, Peder Fredricson, Malin Baryard-Johnsson et Helena Persson ont su faire face, signant chacun un parcours parfait en seconde manche. Enfin, la France a, elle aussi, livré une belle performance (lire plus bas).
 
LES BLEUS
Dans l’ensemble, la France peut être fière de l’équipe présentée aujourd’hui. Malgré l’inexpérience des couples sur des Coupes des nations de première division, Cédric Angot et Saxo de la Cour, Fabrice Dumartin et Cannavaro, Timothée Anciaume et Kiamon ainsi que Roger-Yves Bost et Qoud’Cœur de la Loge se sont bien défendus, tirant même leur épingle du jeu parmi de belles équipes. Ouvreur de l’équipe, Cédric Angot a déroulé une prometteuse première manche avec Saxo de la Cour, fautant sur le milieu de triple mais démontrant de belles choses à venir. Fabrice Dumartin, lui, doit composer avec un Cannavaro toujours aussi brillant mais un peu nerveux, et écope de trois fautes. Quant à Timothée Anciaume, malgré une faute, il semble avoir trouvé l’entente parfaite avec Kiamon, que l’on a rarement vu aussi bien sauté depuis qu’il est passé sous la selle du Normand. De quoi prouver que le travail entamé depuis l’année dernière porte enfin ses fruits, alors que la saison se déroule très bien pour le couple depuis le début de l’année. Dernier à partir, Roger-Yves Bost se fait piéger sur l’oxer à palanque et rentre avec quatre points au compteur.
De retour en seconde manche, Cédric Angot et son alezan ont déroulé un magnifique parcours sans-faute, le premier d’une belle série puisqu’ils sont ensuite imités par Fabrice Dumartin et Roger-Yves Bost, qui montre encore une fois ses nerfs fabuleux, ne craquant pas malgré l’éventualité d’un barrage. De quoi permettre à la France de s’aligner sur les meilleures équipes présentées aujourd’hui, à l’instar de l’Allemagne ou des Etats-Unis.
 
LES TOPS
Les bonnes notes vont en partie aux Suédois aujourd’hui, qui en ont sans doute surpris plus d’un. Privés de leur leaders, ils ont prouvé qu’ils pouvaient tout de même s’en sortir. Ainsi, avec H&M All In, Peder Fredricson a signé l’un des quatre double sans-faute de cette Coupe des nations. Quant à Malin Baryard-Johnsson, elle a démontré l’incroyable rebond dont elle était capable après la vente de Rêveur de Hurtebise et le départ en retraite de Tornesch, signant un parcours à quatre points (avec tout de même une grosse faute) en première manche puis un sans-faute facile en seconde.
La bonne note suivante revient à Marcus Ehning. Après avoir emporté le Global Champions Tour de Madrid, il y a deux semaines, l’Allemand a frappé un nouveau coup avec Prêt À Tout, alignant deux parcours sans-faute et parfaits avec une facilité déconcertante.
Mention également pour l’Américaine Lauren Hough, elle aussi double sans-faute, avec la courageuse Ohlala, ainsi que pour l’Irlandais Greg Patrick Broderick, de retour au top du top avec son excellentissime MHS Going Global.
 
LES FLOPS
Quelques mauvais points sont également à distribuer aujourd’hui. Le premier va au Tchèque Ales Opatrny qui, sur son bon Acovaro, nous avait habitués à mieux, écopant de seize points en première manche avant d’abandonner en seconde. Théorique leader de la délégation tchèque, il a écopé des deux scores ’’oubliés’’.
Ça n’était pas non plus le jour de Gudrun Patteet. Associée à Sea Coast Pebbles Z, la Belge s’est littéralement faite promenée en première manche, où elle écope de douze points, avant de d’enchaîner dans un relatif calme une seconde manche où elle rentre avec vingt-huit points compteur. Bien insuffisant pour épauler ses coéquipiers et rattraper par exemple les deux parcours à huit points d’Olivier Philippaerts et H&M Cabrio van de Heffinck.
Enfin, dernière mauvaise note pour Janne-Fredierike Meyer. Avec Goja, l’Allemande, inscrite dans le cadre olympique A, n’a pas tout à fait montré l’étoffe d’un couple olympique, écopant de douze puis quatre points.
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez