’’À ce stade de la saison, nous misons sur tout le monde’’, Jan Bemelmans

Crédit : Scoopdyga (archives)

Vendredi 20 mai - 16h07 | Charlotte Marichal (avec Johanna Zilberstein)

’’À ce stade de la saison, nous misons sur tout le monde’’, Jan Bemelmans

À la tête de l’équipe de France, Jan Bemelmans aura les yeux rivés sur les quatre couples qui défendront les couleurs tricolores lors du CDIO 5* de Compiègne. Pour ce premier grand rendez-vous avant les Jeux olympiques de Rio, le chef d’équipe espère bien voir ses cavaliers monter sur le podium. Pour GrandPrix-Replay, il a accepté de dévoiler ses objectifs et de faire le point sur les forces en présence.

GrandPrix-Replay : Ce week-end, la France courra à domicile au CDIO 5* de Compiègne, quels sont les objectifs des Français ?
Jan Bemelmans : Monter le mieux possible ! Nous avons quelques chevaux dans le CDI 3*, dont Karen Tebar qui a obtenu des notes à 70% avec Ricardo, son deuxième cheval, (elle termine d’ailleurs sixième du Grand Prix hier, ndlr) donc c’est bien. Demain, nous allons courir le Grand Prix par équipes avec quatre cavaliers. Nous espérons faire le mieux possible et monter sur le podium. Les Américains sont là avec une équipe très forte et les Néerlandais ont une bonne équipe également. Cela ne va pas être facile et être deuxième ou troisième serait top !
 
GPR. : Locomotive de l’équipe de France avec Don Luis, Karen Tebar présente Ricardo pour la première fois sur un CDI ce week-end. Avez-vous des attentes particulières concernant ce couple ?
J. B. : Karen a déjà fait un concours national en Allemagne, mais c’est effectivement leur premier international ensemble. C’est un couple qui sait très bien faire. Le cheval a déjà gagné des Grands Prix avant qu’elle ne l’achète. Elle doit encore se mettre avec lui et trouver un peu son fonctionnement. Je crois qu’elle est sur la bonne voie. Pour nous, c’était important qu’elle ait un deuxième cheval parce qu’on ne sait jamais, avec les chevaux il peut toujours se passer quelque chose donc il vaut mieux avoir une deuxième option.
 
GPR. : Noble Dream, qui devait reprendre la compétition ce week-end, n’est finalement pas présente. Pensez-vous qu’elle puisse revenir à son meilleur niveau avant les Jeux ?
J. B. : Nous ne savons pas. Cela fait longtemps que Marc ne l’a pas ressortie. Il faut vraiment attendre son retour en compétition pour se prononcer.
 
GPR. : La semaine dernière, Soliman a réalisé une première sortie convaincante avec Marc Boblet en remportant le Grand Prix Pro Élite de Sandillon avec une moyenne de 69.770%. L’avez-vous suivi ? Pensez-vous qu’ils forment un couple d’avenir ?
J. B. : Je n’ai pas encore vu ce couple et je ne peux donc pas encore me prononcer. J’attends de le voir en action. À ce stade de la saison, nous misons sur tout le monde.
 
GPR. : En plus du CDIO, beaucoup de couples tricolores sont engagés dans le CDI 3*. Y a-t-il des couples que vous allez regarder avec une attention particulière ?
J. B. : Ce week-end, nous regardons tout le monde, nous sommes calmes. Concernant Rio, nous attendons vraiment d’être à Vierzon (où se tiendront les Master Pro, dernier rendez-vous avant les sélections olympiques, le 18 juillet, ndlr) pour avoir la meilleure vue d’ensemble sur tous les chevaux. Le but est de choisir ceux qui sont dans la meilleure forme et qui ont une bonne constance dans la performance. C’est pour ça que tous les concours sont importants. Nous sommes observateurs. La stratégie est donc de trouver les cinq couples qui sont dans la meilleure santé possible pour aller aux Jeux olympiques. 

À lire également...

Réagissez