Mention assez bien pour les Bleus à La Baule

Philippe Rozier et Rahotep de Toscane ont montré de bien belles choses cet après-midi, même si une faute les a privés du barrage.
Crédit : Scoopdyga

Dimanche 15 mai - 17h43 | À La Baule, Sébastien Roullier

Mention assez bien pour les Bleus à La Baule

Douze Français ont pris part au Grand Prix CSIO 5* de La Baule, cet après-midi au stade François-André. Seuls Julien Gonin, Olivier Robert et Mathieu Billot n’étaient pas parvenus à se qualifier pour le disputer. Outre les trois barragistes, Pénélope Leprevost, deuxième avec l’exceptionnelle Flora de Mariposa, Cédric Angot, dixième sur le très prometteur Saxo de la Cour, et Kevin Staut, onzième sur la très vive et courageuse Elky van het Indihof*HDC, on a assisté à quelques beaux parcours, mais aussi à quelques performances moins rassurantes.

Philippe Rozier n’est passé loin d’un sans-faute avec Rahotep de Toscane, visiblement revenu à son meilleur niveau. Le couple n’a concédé qu’une petite faute sur l’oxer onze, à l’entrée de la dernière ligne. On attendait beaucoup du numéro un mondial, Simon Delestre, associé à Qlassic Bois Margot, très régulièrement sans faute depuis plusieurs mois. Hélas, le couple s’est laissé piéger par l’oxer six suivant la rivière, les antérieurs de l’étalon renversant la première barre. Un point de temps s’est ajouté au total du couple, que l’on devrait retrouver à Rome, dans la Coupe des nations ou le Grand Prix.
Pour cinq autres paires, on a compté deux fautes. La plus rapide, formée par Julien Épaillard et Quatrin de la Roque*LM s’est inclinée sur l’oxer sur bidet numéro huit en raison d’un saut un peu trop vertical, puis sur le dernier oxer du parcours. On ne sait pas encore s’ils pourront se produire en Coupe des nations, en sachant qu’ils étaient sélectionnés pour le CSIO 5* de Lummen, il y a deux semaines – lequel a été annulé. Parcours assez similaire pour Fabrice Dumartin et Cannavaro, pas très à l’aise à l’abord de l’oxer huit, et également fautifs sur le vertical douze. Huit points également pour Roger-Yves Bost et Sangria du Coty. Assez facile mais un peu lent en début de tour, Bosty a tenté d’accélérer dans la dernière ligne pour rentrer dans les temps. Hélas, il l’a payé en renversant les deux derniers obstacles. L’oxer six suivant la rivière et le vertical douze sont tombés au passage des champions de France, Alexandra Paillot et Polias de Blondel*Val Henry. Le duo a montré de belles choses, mais il lui reste encore un peu de travail pour briller dans une telle épreuve. Deux fautes, sur les oxers dix et onze pour Timothée Anciaume et Kiamon, l’ancienne monture olympique du Suisse Werner Muff qui semble toutefois en mesure de retrouver son niveau d’antan. À suivre.
Les choses se sont malheureusement moins bien passées pour deux couples pressentis pour représenter la France aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro. Patrice Delaveau et Orient Express*HDC, visiblement pas très à l’aise sur un terrain détérioré par le passage des trente-trois concurrents précédents, ont renversé le vertical trois, l’entrée du triple en numéro neuf et le vertical douze. Il leur reste donc encore un peu de travail, mais il n’y a rien d’alarmant si l’on considère les conditions, mais aussi qu’il s’agit de leur deuxième Grand Prix à ce niveau depuis leur reprise. On les retrouvera début juin au CSI 5* de Saint-Tropez, disputé sur une carrière de sable. Enfin, quatre fautes sont venues sanctionner le parcours de Jérôme Hurel et Quartz Rouge, pénalisés eux aussi dans leur préparation par l’annulation du CSIO 5* de Lummen. L’oxer deux, le vertical trois et l’entrée du double d’oxers numéro quatre sont tombés. La suite du parcours s’est mieux déroulée, même si l’oxer treize et un point de temps ont alourdi leur total. Du coup, on ne les retrouvera pas au CSIO 5* de Rome comme initialement prévu, mais plus probablement au CSI 5* de Chantilly qui se tient également dans deux semaines.

À lire également...

Réagissez