’’Il est encore trop tôt pour se prononcer sur les Jeux olympiques’’, Marc Boblet

Crédit : Scoopdyga (archives)

Mercredi 11 mai - 18h15 | Camille Judet-Chéret

’’Il est encore trop tôt pour se prononcer sur les Jeux olympiques’’, Marc Boblet

En ce début de saison, Marc Boblet a signé de très beaux résultats. Deuxième du Grand National de Jardy et meilleur Tricolore lors du CDI 3* de Saumur avec Whitni Star, l’Eurélien aborde maintenant le CDIO 5* de Compiègne, où il retrouvera sa fidèle Noble Dream*Concept Sol-Biolight, qui fera sa rentrée le week-end prochain. Dans son joli piquet, il peut également compter sur Soliman de Hus, qui déroulera son premier Grand Prix dans quelques jours. Avant de poursuivre sur la route des concours, Marc Boblet a accepté de faire le point pour GrandPrix-Replay.

Meilleur cavalier tricolore au CDI 3* de Saumur le mois dernier, Marc Boblet s’adjugeait la septième place dans le Grand Prix en selle sur Whitni Star. Avec une moyenne de 68.560%, le cheval de dix-sept ans, qui a participé aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, remportait par la même occasion l’étape du Dress’Tour récompensant le plus performant des Français.  Après sa deuxième place dans le Grand National de Jardy, début avril, grâce à une belle moyenne de 69.240%, Marc Boblet reste lucide. ’’Whitni Star a indéniablement un beau travail au galop. C’est un cheval extraordinaire que je connais par cœur mais nous ne courrons en aucun cas dans l’espoir de participer aux Jeux olympiques de Rio. Il est convenu avec sa propriétaire, Isabelle Chraibi, qu’il ne s’agit que de prendre du plaisir à concourir ensemble. Si nous sommes performants comme cela a été le cas depuis le début de la saison, tant mieux. Mais nos ambitions s’arrêtent là. Whitni n’a pas vocation à redevenir mon cheval de tête. Il va continuer de s’entrainer très légèrement et d’alterner compétition avec vacances. Depuis son retour de Saumur, il ne fait que des balades et ce pour encore une dizaine de jours. Nous prévoyons de participer, s’il en montre l’envie, à quelques concours supplémentaires en 2016, simplement pour le plaisir.’’
Le cavalier du groupe JO/JEM se réjouit d’avoir profité d’un début de saison tranquille, sans souffrir d’aucune pression. ’’Le fait de n’avoir aucun objectif de sélection a rendu ces quelques mois très agréables. Je prévois de ressortir avec ma jument de tête, Noble Dream, au CDIO 5* de Compiègne la semaine prochaine. Ensuite, je serai plus à même d’annoncer si oui ou non les Jeux olympiques sont en ligne de mire. Elle n’est pas sortie depuis le CDI 3* de Deauville, en juillet dernier, et il est encore trop tôt pour se prononcer. Bien que satisfait de son évolution à la maison, je m’accorde du temps pour établir un objectif ainsi qu’un programme au retour de Compiègne. Peut-être faudra-t-il lui accorder un second concours pour se remettre dans le bain de la compétition. En ce qui me concerne, Whitni m’a permis de rester dans le coup, de ne pas perdre la main en terme de présentation. Je lui en suis infiniment reconnaissant.’’
Associé depuis peu à Soliman, Marc a décidé d’engagé l’étalon dans le Grand Prix de Sandillon ce week-end. En plus d’un grand retour à la compétition après trois ans d’absence, Soliman va faire ses premiers pas à ce niveau de compétition. ’’J’ai emmené Soliman à Saumur uniquement pour l’entrainement en vue d’évaluer son comportement à l’extérieur. Aujourd’hui, il s’agit de le mettre en situation d’épreuve. L’objectif est de dérouler une reprise propre, sans fautes et avec sérénité.’’ Interrogé au sujet du carton jaune qui lui a été attribué durant le CDI3 * de Saumur pour non-port du casque, utilisation d’une piste fermée et violence sur un cheval, Marc Boblet a également réagi. ’’Je tiens à m’excuser d’avoir un instant ôté mon casque à cheval. C’était un geste irréfléchi que je regrette sincèrement. En ce qui concerne le reste, je crains que les conclusions n’aient été hâtives mais je ne tiens pas à alimenter une quelconque polémique.’’
Bien entouré par une équipe enthousiaste et dévouée, Marc a la chance de compter plusieurs autres jeunes chevaux dans son piquet pour préparer l’avenir dont Special Agent, demi-frère de Soliman de seulement deux ans son cadet. ’’Il maitrise déjà tous les mouvements du Grand Prix mais je dois gérer son stress avant d’envisager de le sortir à ce niveau car c’est un cheval très peureux en piste.’’

À lire également...

Réagissez