''L’objectif est d’atteindre la sixième place'', Jan Bemelmans

Crédit : Scoopdyga

Vendredi 29 avril - 16h00 | Léa Errigo

''L’objectif est d’atteindre la sixième place'', Jan Bemelmans

Ce week-end, Jan Bemelmans, entraineur et sélectionneur de l’équipe de France de dressage, est au CDI 3* de Saumur auprès des dresseurs tricolores. Le Germano-Belge suit avec attention chaque reprise. Pour GrandPrix-Replay, il expose le programme de ses cavaliers et évoque leurs objectifs pour les Jeux olympiques de Rio cet été.

GrandPrix-Replay : Ce week-end, les Tricolores sont à Saumur pour le CDI 3*, étape de la sélection olympique, quelles sont vos attentes?
Jan Bemelmans : Le week-end dernier, nous étions à Hagen pour le CDI 4* et cela s’est très bien passé. Ici à Saumur, tous les cavaliers participent au Grand Prix qui a lieu en ce moment, l’épreuve n’est pas encore finie mais pour le moment cela se passe bien et tout le monde fait de son mieux.
J’avais déjà vu certains cavaliers au CDI 5* de Dortmund et au CDI 4* de Lier. Mais à Saumur, il y a de nouveaux couples que je n’avais pas vus depuis longtemps. Pour l’instant c’est pas mal, aujourd’hui je suis avec attention le Grand Prix et dimanche, le Grand Prix Special.
 
GPR. : Sur quels couples comptez-vous vous appuyer pour la sélection des Jeux olympiques de Rio cet été ?
J. B. : Une chose est sûre, nous avons quatre places, mais nous ne savons pas encore exactement qui ira à Rio. Il y a encore plusieurs concours. Nous attendons jusqu’au dernier moment, à Vierzon, car on ne sait jamais ce qu’il peut se passer. C’est encore trop tôt pour décider.
 
GPR. : Y a-t-il de nouveaux couples que vous espérez voir émerger à haut niveau cette année ?
J. B. : Il y a de nouveaux couples mais également de jeunes cavaliers comme Maxime Collard qui a déroulé son premier Grand Prix à Jardy, où il s’est bien débrouillé. Aujourd’hui, le cheval était nerveux et un peu regardant mais c’est un nouveau couple. Il y a également Pierre Volla qui fait de belles choses même s’il faut encore améliorer certains points. C’est comme une soupe qui n’est pas encore prête, on est en train de la cuisiner ! Bien entendu, certains cavaliers comme Karen Tebar ou Ludovic Henry sont dans la cible, ils obtiennent de bons résultats et ils ne lâchent rien.
Pour le moment, il ne se passe pas grand-chose, tout est calme et normal. Le seul point négatif et c’est malheureux, c’est que Robinson (de Lafont*de Massa, disparu prématurément en mars dernier, ndlr) ne soit plus là.
 
GPR. : Cette échéance nécessite un programme spécifique de préparation, quels seront les concours qui en feront partie ?
J. B. : Il y a plusieurs concours obligatoires, tous les cavaliers doivent s’y rendre, j’y serai aussi. Tout d’abord, il y avait le CDI 4* d’Hagen et en ce moment, le CDI 3* Saumur. Ensuite, nous participerons aux CDIO 5* de Compiègne et de Rotterdam, puis au Master Pro de Vierzon. Entre temps, les cavaliers pourront également participer aux concours qu’ils souhaitent.
 
GPR. : Quels sont vos objectifs pour les Jeux ?
J. B. : Pour le moment, l’objectif est d’atteindre la sixième place, sous réserve de ce qu’il peut se passer car on ne sait jamais ce qui peut arriver. Bien entendu, nous aimerions aller un peu plus loin mais si nous sommes réalistes, cela tourne autour de la sixième place. Je serai content si nous y parvenons! Et avec un peu de chance, peut-être la cinquième ! (rires)

À lire également...

Réagissez