''Je suis motivé et focalisé sur l'objectif'', Kevin Staut

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 27 avril - 15h38

L'INSTANT SPORT BY CWD :
''Je suis motivé et focalisé sur l'objectif'', Kevin Staut

A seulement quelques mois des Jeux olympiques de Rio, les meilleurs cavaliers mondiaux se préparent pour cette échéance clé. L’objectif, arriver au meilleur de sa forme et être le plus performant. Le Tricolore Kevin Staut se livre sur sa préparation.   

GrandPrix-Replay : À moins de quatre mois du coup d’envoi des Jeux olympiques de Rio, dans quel état d’esprit êtes-vous ?
Kevin Staut : Je suis motivé et focalisé sur l'objectif que représentent les Jeux olympiques.

GPR : Vous prévoyez de vous rendre à Rio avec Rêveur de Hurtebise*HDC. Comment va-t-il ?
K. S. : Rêveur va bien. Il a eu une pause après le CSI 5*-W de Bordeaux, début février, et a repris la saison extérieur lors du CSI 3* de Cagnes-sur-Mer, il y a quinze jours. Il a ensuite participé ce week-end au CSI 5* d’Anvers et se rendra ensuite aux CSIO 5* de La Baule, Rome et Rotterdam, sous réserve de sélection par Philippe Guerdat, bien entendu.

GPR : Allez-vous également vous préparer vous-même (physiquement, mentalement, etc.) ? De quelle manière ?
K. S. : Pas plus que d'habitude. Je fais quotidiennement des exercices d'assouplissement et de renforcement pour mon dos, j'essaye d'être suivi régulièrement par un kinésithérapeute. Pour la préparation mentale, je ne suis pas rattaché à une personne fixe. En revanche, je lis beaucoup et m'inspire de ce qui se fait dans les autres sports et même dans d'autres métiers où l'impératif de résultats est important.

GPR : Qu’allez-vous mettre en place en plus de tout cela pour être le plus performant possible à Rio ?
K. S. : Surtout ne pas changer la base et la manière actuelle de travailler. Sinon, cela révélerait un manque de rigueur pour les autres compétitions. Il faut seulement préserver l'intégrité physique de Rêveur, gérer son planning en fonction de Rio et en faire le seul objectif du cheval d'ici à la fin de l’année.
 

À lire également...

Réagissez