Mathieu Lemoine, joie de vivre et application sans faille

Crédit : Scoopdyga

Lundi 18 avril - 14h27

Mathieu Lemoine, joie de vivre et application sans faille

Entré dans la lumière en remplaçant Karim Laghouag au sein de l’écurie Pierre Defrance, Mathieu Lemoine fait partie de cette nouvelle génération décomplexée du complet français. Même s’il n’a accédé au haut niveau qu’en 2012, le Landais ne manque pas d’expérience. Sélectionné pour la première fois en équipe de France l’été dernier aux championnats d’Europe de Blair Castle, il y a pleinement contribué à la médaille de bronze tricolore avec Bart L. A quatre mois des Jeux olympiques, ce jeune trentenaire aussi joyeux à la ville que sérieux en scène ne rêve plus que de Rio.

Originaire des Landes, Mathieu Lemoine est né dans un univers dédié au cheval et au concours complet. Cavalier chevronné, Michel, son père, tenait le centre équestre de Bellefontaine, à Campet-et-Lamolère près de Mont-de-Marsan. Comme son frère Nicolas, Mathieu y fait ses armes à poney et y apprend les bases de l’équitation et du complet, discipline reine de la structure. Très vite, il embrasse une carrière de cavalier et obtient son monitorat. En 2003, à dix-neuf ans, ses premières bonnes performances en Jeunes Chevaux lui ouvrent déjà les portes du Mondial du Lion-d’Angers, où il termine troisième du championnat des sept ans avec Caprice du Berlais (AA, Albert du Berlais x Plouk Vergoignan).
Avant de décrocher son instructorat (BEES 2) deux ans plus tard à Saumur, il passe une saison en Corrèze chez Sébastien Monteil pour le compte duquel il monte des champions confirmés ou en herbe comme Tunes of Glory (AA, Poetic Justice, Ps x Scindian Magic, PsA), Nagaïka de la Gane (AA, Walnut de Pétra x Arpad II), Lytchie de la Gane (Yarlands Summer Song x Xénophon A) ou encore Fantomatique (AA, Albert du Berlais x Cafettot) et Walnut de Pétra (Fast x Fayriland II), puis il commence à gagner sa vie en officiant le matin dans une écurie de courses de plat et d'obstacles, et l'après-midi chez son père où il monte de chevaux de propriétaires.

La suite de ce portrait richement illustré est à lire dans le Grand Prix Magazine d'avril.

Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici
Ou achetez le numéro d'avril ici

À lire également...

Réagissez