‘‘Quand on rate une échéance, il faut rebondir le week-end suivant’’, Patrice Delaveau

Crédit : Scoopdyga

Mardi 12 avril - 16h37 | Léa Errigo et Sébastien Roullier

‘‘Quand on rate une échéance, il faut rebondir le week-end suivant’’, Patrice Delaveau

Victorieux du Grand Prix CSI 5* du Longines Paris Masters mais aussi troisième, cinquième et neuvième des Grands Prix Coupe du monde d’Oslo, Stuttgart et Bordeaux, Patrice Delaveau a réussi une bonne saison hivernale avant de vivre une finale de Coupe du monde décevante, a priori liée à la blessure de Lacrimoso 3*HDC *. Dès la semaine suivante, le Normand a abordé la saison extérieure et retrouvé son fabuleux Orient Express*HDC avec ambition. Dimanche, cette tournée de préparation s’est achevée de la plus belle des manières avec une victoire dans le Grand Prix CSI 3* de ce GPA Jump Festival. Pour GrandPrix-Replay, il revient sur ses deux semaines au bord de la Méditerranée et évoque son programme pour les semaines à venir.

GrandPrix-Replay : Dimanche, vous avez remporté le Grand Prix du CSI 3* de Cagnes-sur-Mer avec Orient Express*HDC, ce qui marque un très bon retour pour votre crack. Quel bilan tirez-vous de ces deux dernières semaines ?
Patrice Delaveau : J’ai un très bon ressenti. Orient a vraiment très, très bien sauté là-bas. Il a couru cinq épreuves. Nous avons commencé par une épreuve à 1,30m pour le remettre en route et reprendre tranquillement la compétition. C’était nécessaire car il n’avait pas sauté en concours depuis sept mois. Deux jours plus tard, il s’est de nouveau très bien comporté dans une épreuve à 1,45m. Le dimanche, nous avons participé au Grand Prix du CSI 2* où il a encore très, très bien sauté. Avec Jean-Maurice Bonneau, nous avions décidé de ne pas courir le barrage, le but étant de le remettre en route gentiment sans lui provoquer trop de courbatures. Il s’est donc classé sixième de ce Grand Prix. La seconde semaine, dans le CSI 3*, nous avions attaqué avec une épreuve à 1,40m dans laquelle nous avons commis une petite faute dans un double. Le dimanche, il a réussi un double sans-faute dans le Grand Prix. Il s’est parfaitement bien comporté, je l’ai trouvé très à l’aise. J’ai un très bon sentiment, j’ai retrouvé mon cheval en pleine forme et je suis très content. Il a sauté comme quand il est en pleine forme et que tout va bien !

GPR. : Après une finale de Coupe du monde difficile, vous voilà donc reparti sur le bon pied !
P.D. : Le but n’était pas de gagner, mais de bien remettre en route Orient. J’ai eu la chance de passer en numéro un au barrage. Comme il est naturellement très rapide, nous avons réussi un bon barrage et avons un peu poussé nos concurrents à fauter.
Quoi qu’il en soit, je n’ai pas monté ce Grand Prix avec le moindre esprit de revanche ou quoi que ce soit par rapport à ma contre-performance de Göteborg. Nous sommes en concours tous les week-ends. En fin de course, on perd et puis on gagne. C’est le sport! Quand on rate une échéance, il faut rebondir le week-end suivant.

"Leontine nous prouve qu’elle est prête"

GPR. : Quel va être le programme d’Orient Express*HDC dans les semaines à venir?
P.D. : Du 21 au 24 avril, nous participerons au CSI 5* d’Anvers en Belgique. La prochaine étape sera sûrement le CSIO 5* de La Baule, en mai.

GPR. : À Cagnes, Leontine Ledimar Z*HDC a également réussi de bonnes choses, s’adjugeant notamment une belle épreuve à 1,45m. Où la monterez-vous prochainement?
P.D. : Leontine va sûrement suivre Orient à Anvers. Ensuite, je pense qu’elle participera au CSI 3* du Touquet, début mai. C’est un terrain en herbe où elle va pouvoir prendre un peu d’expérience. Aujourd’hui, elle nous prouve qu’elle est prête. Elle avait déjà fait ses preuves en fin de saison dernière (terminant notamment deuxième de la Gold Cup du Longines Paris Masters, début décembre, ndlr). Ensuite, elle a vécu un hiver très tranquille. Nous lui avons laissé le temps de décompresser. Avant de partir à Cagnes, je ne l’avais presque pas fait sauter. Là-bas, elle a participé à deux petites épreuves à 1,30m et j’ai très vite retrouvé la jument que j’avais en fin de saison dernière, ce qui est très encourageant. Je pense qu’elle ne devrait pas tarder à s’attaquer à de belles épreuves.

GPR. : Outre Anvers, Le Touquet et La Baule, où allez-vous concourir au printemps ?
P.D. : Après Anvers, j’ai prévu un ou deux CSI 2 ou 3* avant d’aller à La Baule. Ensuite, il y aura le CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Je participerai peut-être au CSIO 5* de Rome ou au CSI 5* de Saint-Tropez, je ne sais pas encore. Les CSI 5* ne manquent pas. Nous ferons le point après La Baule, surtout pour Orient.


*Entretien réalisé ce matin, en début d’après-midi les propriétaires de Lacrimoso 3*HDC ont annoncé que le hongre s’était blessé, lire ici.

À lire également...

Réagissez