Remco Been crée la surprise à Neufchâtel-Hardelot

Loin de partir avec les faveurs des pronostics, Remco Been et Holland van de Bisschop ont livré une belle prestation, cet après-midi dans le Pas-de-Calais.
Crédit : Samouraï communication

Dimanche 03 avril - 18h01 | À Neufchâtel-Hardelot, Sébastien Roullier

Remco Been crée la surprise à Neufchâtel-Hardelot

Remco Been s’est adjugé le Grand Prix du CSI 3* de Neufchâtel-Hardelot, cet après-midi dans le Pas-de-Calais. Aux rênes d’Holland van de Bisschop, le jeune Néerlandais y a remporté le plus belle victoire de sa carrière, devançant au barrage le Français Nicolas Deseuzes, deuxième sur Quilane de Lezeaux, et son compatriote Michael Greeve, troisième sur Eurohill’s Africa.

 - Remco Been crée la surprise à Neufchâtel-Hardelot

Belle performance de Nicolas Deseuzes, deuxième avec Quilane de Lezeaux.
Crédit : Samouraï communication

Alors qu’on attendait un Français prometteur ou l’une des grandes cravaches étrangères qui avaient fait le déplacement dans le Pas-de-Calais, le Grand Prix du CSI 3* de Neufchâtel-Hardelot est revenu à Remco Been, un Néerlandais de vingt-huit ans inconnu en France et guère plus célèbre dans son pays où il évolue en CSI 2 et 3* depuis quelques années sans résultats très probants. Il faut dire que le scénario de ce Grand Prix a plutôt joué en sa faveur dans la mesure où, juste avant lui, ses deux seuls adversaires au barrage, le Français Nicolas Deseuzes, deuxième avec Quilane de Lezeaux, et le Néerlandais Michael Greeve, troisième avec Eurohill’s Africa, ont renversé les deux premiers obstacles du parcours…
Après avoir arraché un beau sans-faute au tour initial, le jeune homme a tout de même eu le mérite de ne pas rien lâcher et de réitérer sa performance devant un public nombreux et conquis, même si lui aussi a touché le premier oxer de ce barrage. "Je suis très heureux. J’ai eu un peu de chance au barrage, au premier tour aussi. C’est notre première victoire à ce niveau. Le terrain était un peu lourd, mais mon cheval a très bien sauté. Que demander de plus?!" De fait, Holland van den Bisschop (BWP, Heartbreaker x Libero H), son jeune étalon de neuf ans, a laissé une très belle impression sur la piste en herbe des internationaux du Pas-de-Calais. Avec une telle exposition, les écuries VDL ne devraient pas tarder à la vendre.
 

Mention bien pour Clément Boulanger

Si la plupart des meilleurs Français engagés à Hardelot étaient au rendez-vous de ce Grand Prix dominical à 1,50 m, conforme aux cotes et relativement technique, quelques étrangers, jugeant le terrain trop abîmé, ont préféré plier bagages dès hier soir ou ce matin, à l’image du Belge Jos Lansink, des Néerlandais Willem Greve, Leopold van Asten et Frank Schuttert, des Suisses Paul Estermann et Werner Muff, ou encore de l’Allemand Felix Hassmann. Pourtant, à défaut d’être parfaite, la piste, guère épargnée par les précipitations qui ont frappé le Pas-de-Calais ces derniers jours et semaines, était tout à fait praticable.
Disputée sous un franc soleil, cette épreuve s’est avérée très sélective, seuls trois des quarante-trois couples étant parvenus à boucler sans faute le tour initial. La rivière et le vertical bleu placé après celle-ci ont fait leur travail, tout comme le triple oxer-vertical-oxer et le traditionnel double de verticaux sur bidets. Mention bien pour Clément Boulanger ainsi que pour les Britanniques Jamie Wingrove et Guy Williams, piégés uniquement par le chronomètre et respectivement quatrième, cinquième et sixième sur Sweet Phir, Cardigan Z et Carlson. Parmi les neuf couples à quatre points, on notera les tours rapides de Jérôme Hurel, septième sur Urano de Cour au Bois (fautif sur le vertical cinq placé après la rivière), Alexis Borrin, huitième sur Ruby de la Fosse (rivière), Éric Dewulf, neuvième sur Norton d’Éole (milieu du triple), Julien Anquetin, onzième sur Pompon Rouge (entrée du triple), et Christophe Escande, douzième sur Sirène de la Motte (oxer numéro huit). La dixième place est revenue au Britannique Michael Whitaker, lui aussi battu sur l’entrée du triple avec Valentin R.
Parmi les autres couples français en lice, aucun prétendant au CSIO 5* de La Baule n’a commis plus de deux fautes. Il leur reste du travail pour prétendre à une sélection pour l’Officiel de France ou pour les CSIO de Division 2 européenne, mais ils ont encore quelques concours pour peaufiner leurs réglages.
 
Les résultats du Grand Prix ici

À lire également...

Réagissez