Les dix dates qui ont fait la légende de Marcel Rozier

Crédit : Scoopdyga

Mardi 22 mars - 16h01 | Johanna Zilberstein

Les dix dates qui ont fait la légende de Marcel Rozier

Brillant cavalier sacré champion olympique, entraîneur hors-pair qui a mené plus d’un cavalier au plus haut niveau, organisateur d’événements, dont le grand manège de Bois-le-Roi accueille chaque année les ventes Fences, Marcel Rozier est l’une des figures les plus éminentes des sports équestres en France et dans le monde. À l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, GrandPrix-Replay revient sur les moments qui ont contribué à le faire entrer dans la légende.

22 mars 1936 : Marcel Rozier naît à Saint-Étienne-sur-Chalaronne dans l’Ain, à une vingtaine de kilomètres au sud de Mâcon, il y a tout juste quatre-vingts ans! Issu d’une fratrie de sept enfants, il découvre l’équitation très jeune sur les chevaux de son père, marchand de bestiaux. Dans son village natal, un espace de loisirs comprenant une salle polyvalente et un complexe sportif porte son nom depuis 2009.
 
1968 : dix ans après son arrivée à Fontainebleau, et quelques saisons seulement après être passé du statut de palefrenier à celui de cavalier de concours hippique, Marcel Rozier décroche sa première médaille olympique, une médaille d’argent obtenue avec l’équipe de France aux Jeux olympiques de Mexico. En selle sur Quo Vadis, il faisait équipe avec Janou Lefèbvre sur Rocket et Pierre Jonquères d’Oriola sur Nagir.
 
1974 : il obtient son troisième titre de champion de France après avoir déjà brillé en 1972 et 1973.
 
1975 : il décroche la médaille de bronze par équipes aux championnats d’Europe aux côtés de Gilles Bertran de Balanda, Michel Roche et Hubert Parot, à Munich en Allemagne.
 
1976 : aux Jeux olympiques de Montréal, Marcel Rozier contribue à une fabuleuse médaille d’or par équipes. Associé à Bayard de Maupas, il faisait équipe avec Marc Roguet sur Belle de Mars, Michel Roche sur Un Espoir et son beau-frère Hubert Parot sur Rivage. Le champion termine également cinquième en individuel.
 
1977-1985 : désormais retiré des terrains de concours en tant que cavalier, Marcel Rozier prend la tête de l’équipe de France de saut d’obstacles, succédant à Jean d’Orgeix. Restés célèbres pour la chute de Pierre Durand et Jappeloup, les Jeux olympiques de 1984, à Los Angeles, voient le sélectionneur donner sa première chance à l’aîné de ses trois fils, Philippe, associé à Jiva. Il officie ensuite en tant que chef d’équipe de l’Italie, de 1986 à 1989, puis des Émirats arabes unis, de 1994 à 1995.
 
1989 : Création de l’Espace Marcel Rozier au haras des Grands-Champs, à Bois-le-Roi. Situé à quelques kilomètres de Fontainebleau, cette structure moderne de neuf hectares peut abriter une bonne centaine de chevaux. Haut lieu du commerce international, elle accueille chaque année les ventes Fences.
 
1999-2000 : Marcel Rozier reprend les rênes de l’équipe de France de saut d’obstacles, assurant une transition compliquée entre Patrick Caron et Jean-Maurice Bonneau.
 
1er septembre 2001 : un terrible incendie ravage 1000 m2 de bâtiments à Bois-le-Roi : un manège et une écurie abritant vingt-neuf pensionnaires. Vingt-huit chevaux périssent dans ce désastre dont Jiva, le champion de Philippe, et deux chevaux de Grand Prix de Marie Etter-Pellegrin. Les infrastructures seront reconstruites et l’espace Marcel Rozier continuera à accueillir les ventes Fences.
 
20 mars 2016 : Premier cavalier marocain qualifié pour les Jeux olympiques, Abdelkebir Ouaddar, jeune quinquagénaire placé sous la houlette de Marcel Rozier en 2011 par Mohammed VI, le roi du Maroc, remporte son premier Grand Prix CSI 5* en Europe à l’occasion du Saut Hermès au Grand Palais, en selle sur l’incroyable Quickly de Kreisker, acheté… aux ventes Fences. À Paris, Kebir et Quickly, déjà onzièmes de la finale de la Coupe du monde et treizièmes des Jeux équestres mondiaux de Normandie en 2014, portaient le numéro de têtière 36… comme l’année de naissance de leur protecteur. Un numéro gagnant!

À lire également...

Réagissez

  • JM03 - le 22/03

    Petite précision; Jiva n'était pas une championne mais UN grand champion ! Anglo arabe d' 1.76m, fils d'Amiral, il est arrivé dans l'écurie Rozier à l'âge de 5 ans.Mis à la retraite à l'âge de 16 ans, il vivait en liberté dans le haras. La nuit de l'incendie, Jiva avait était rentré à l'écurie car il venait de perdre son copain Gribouille, un poney de 37 ans. Jiva est mort à 26 ans.