Le saut d'obstacles tricolore regarde vers le Brésil

''Toutes les statistiques sont démontées par les sports équestres'', a rappelé Philippe Guerdat.
Crédit : Johanna Zilberstein

Samedi 19 mars - 10h36 | Johanna Zilberstein

Le saut d'obstacles tricolore regarde vers le Brésil

À cent quarante jours du coup d'envoi des Jeux olympiques de Rio, l'équipe de France de saut d'obstacles est en ordre de marche. Après des Jeux manqués en 2012, les Tricolores, qui semblent plus en forme que jamais, ont à coeur de briller à Rio. Et si peu osent se prononcer sur les objectifs, tous rêvent de médailles olympiques.

La Fédération française d’équitation a profité de l’ouverture du Saut Hermès au Grand Palais, cet après-midi, pour convier la presse afin de faire le point sur les Jeux olympiques, à cent quarante jours du coup d’envoi. C’est Serge Lecomte, président de la FFE, qui a ouvert la conférence de presse : ’’Nous en sommes au dernier départ avant la dernière ligne droite. C’est le moment où les performances de chacun sont posées sur la table. Ce sont grâce aux médailles olympiques que les sportifs sont les plus considérés. C’est elles qui assurent la visibilité du sport. Après les Jeux olympiques de 2012, nous avons mis en place un projet sportif dans le but de bien figurer à Rio et de se préparer dans les meilleures conditions. Notre première réussite est déjà d’avoir été sélectionnés dans les trois disciplines par équipes. Ce n’était pas arrivé depuis très longtemps (depuis les Jeux olympiques d’Atlanta, en 1996, ndlr).’’
Le décors planté, Sophie Dubourg, Directrice technique nationale, est revenue sur l’organisation mise en place par le staff fédéral. Objectif : permettre aux cavaliers et à leurs chevaux d’arriver à Rio dans les meilleures conditions. ’’Il s’agit de mener à bien les couples, car nous parlons bien de deux athlètes à chaque fois. Il y a les performances du cavalier, mais aussi de son cheval.’’ Sans oublier la saveur particulière des Jeux olympiques, Graal de tous sportifs, cavaliers compris. ’’Les Jeux olympiques est la compétition qui rythme la vie des fédérations olympiques’’, a rappelé Sophie Dubourg. ’’C’est le seul championnat pour lequel on ne choisit pas tout. Il y a beaucoup de règles, le staff accrédité est deux fois moins important que pour les championnats d’Europe ou du monde. Nous essayons de penser au mieux pour nos cavaliers.’’

’’Nous avons rarement eu une équipe aussi forte’’

’’Nous avons rarement eu une équipe aussi forte’’ - Le saut d'obstacles tricolore regarde vers le Brésil

La conférence s'est déroulée en présence de sept cavaliers, tous pressentis pour aller à Rio.
Crédit : Johanna Zilberstein

Mais la grande question reste bien sûr celle de la sélection. Alors que la saison extérieure n’a pas encore commencé, tout reste à faire pour les sept cavaliers présents, Patrice Delaveau, Pénélope Leprevost, Timothée Anciaume, Philippe Rozier, Kevin Staut, Simon Delestre et Roger-Yves Bost, ainsi que pour quelques autres. ’’Le chemin est encore long, il y a beaucoup d’impondérables avec les chevaux’’, a mis en garde Philippe Guerdat, sélectionneur national. ’’Tout va se jouer sur les Coupes des nations de La Baule, Rome et Rotterdam. J’espère qu’après cela, nous aurons un quinté le plus performant possible. Aujourd’hui sur le papier, huit équipes peuvent être championnes olympiques et tous nos cavaliers sont susceptibles d’être champion olympique. Nous sommes déterminés, et nous protégeons les chevaux au maximum.’’
Mais comment aborder cette nouvelle édition des Jeux olympiques, quatre ans après l’échec de Londres ? ’’Aujourd’hui, il ne doit pas y avoir de tabou quant à la préparation mentale des sportifs’’, a martelé Sophie Dubourg. ’’Aujourd’hui, nos cavaliers sont plus matures et nous allons nous servir de l’expérience de 2012.’’  ’’Si nous flanchons à Rio, ce que je n’espère pas, ce ne sera pas à cause du mental’’, a précisé Philippe Guerdat. ’’Le caractère des cavaliers comptera dans la sélection, où leur aptitude à se sublimer dans les grandes occasions aura son importance.’’
Quant au jeu des pronostics, peu osent s’y risquer. ’’ Nous allons essayer de décrocher une médaille par équipes’’, a avoué Philippe Guerdat. ’’Après, certains cavaliers rêvent d’or et doivent se contenter de la sixième place. Cela ne sert à rien de faire des pronostics maintenant, toutes les statistiques sont démontées par les sports équestres.’’ Finalement, seul Roger-Yves Bost s’est lancé. ’’L’état d’esprit qui règne dans l’équipe est bon et les chevaux vont bien. Je pense que nous avons tout pour aller chercher une médaille d’or. Nous avons rarement eu une équipe aussi forte ces dernières années. Maintenant, il faut bien préparer les chevaux.’’ Que la saison extérieure démarre !

À lire également...

Réagissez