Mercredi 02 mars - 16h39

Au sommaire de Grand Prix Magazine de mars

Dans le numéro de mars de Grand Prix Magazine, retrouvez en couverture Christian Ahlmann. Vainqueur de cinq Grands Prix en trois mois, fidèle à lui-même, le colosse allemand avance sans se poser de question. À cinq mois des Jeux olympiques de Rio, il fait figure d’épouvantail. Portrait d’un accro aux sensations fortes ! Grand Prix Magazine a également parti à la rencontre de trois hommes de cheval : Nicolas Touzaint, Ludovic Henry et Sébastien Mourier. Le dossier, lui, est consacré à l’avenir du Haras National des Bréviaires. Enfin, l’étalon du mois est Balou du Rouet. Le fils de Baloubet du Rouet est-il un digne successeur de son père ?

Christian Ahlmann, le pilote qui ne freine jamais
Élevé dans une écurie de Trotteurs, Christian Ahlmann aurait sûrement fait un bon driver, s’il n’avait pas choisi de s’exprimer à l’allure supérieure. Menant sa vie comme ses chevaux au grand galop, ce colosse de quarante et un ans éblouit la planète saut d’obstacles depuis un quart de siècle. Aussi inspiré par l’efficacité équestre de Ludger Beerbaum que par l’incroyable sens de pilotage de Michael Schumacher, ce champion précoce a toujours préféré l’accélérateur au frein, quitte à essuyer quelques sorties de route. Champion d’Europe en 2003 et vainqueur de la Coupe du monde en 2011, l’Allemand a déjà brillé sur tous les terrains. Profitant d’une armée de cracks et d’une solide équipe entièrement dévouée à sa cause, l’heureux père de famille, vainqueur de cinq Grands Prix depuis novembre, semble bien parti pour redevenir numéro un mondial. Finale de la Coupe du monde, Jeux olympiques, Christian Ahlmann pourrait bien tout rafler en 2016. Portrait.
 
’’À trente-cinq ans, je ne me sens pas vieux’’, Nicolas Touzaint
Absent des Jeux équestres mondiaux de Normandie, Nicolas Touzaint a signé un retour remarqué aux championnats d’Europe de Blair Castle, dont il a pris la onzième place avec Radijague, l’été dernier en Écosse. Grâce à l’appui d’un groupe de propriétaires élargi, le plus beau palmarès du complet français se reconstruit un piquet digne des meilleurs cavaliers du monde. Soucieux d’assurer l’équilibre financier de son écurie, l’Angevin continue à miser sur la valorisation et le commerce de chevaux. Même si sa suprématie en équipe de France est remise en cause oar l’émergence d’une nouvelle génération dorée, à quelques mois des Jeux olympiques de Rio, le trentenaire semble prêt à rugir de nouveau.
 
Ludovic Henry, un colosse au cœur joyeux
Dans une discipline où la patience est d’or, Ludovic Henry a dû attendre quarante-six ans pour participer à ses premiers grands championnats, l’été dernier à Aix-la-Chapelle. Associé à After You, le dresseur installé près de Bruxelles y a contribué à la sixième place de la France, synonyme de qualification pour les Jeux olympiques de Rio. Avant de trouver sa place à ahtu niveau, cet homme au grand esprit d’ouverture a roulé sa bosse et persévéré. Rencontre avec une personnalité à l’enthousiasme contagieux.
 
Sébastien Mourier à la poursuite des étoiles
Les 6 et 7 février, le Parc des expositions de Bordeaux a accueilli sa cinquième finale de Coupe du monde d’attelage. Invité à ce bel événement en tant que Français, Sébastien Mourier ne s’est pas laissé décontenancer par la présence des meilleurs meneurs de la planète, défendant le drapeau tricolore avec hargne. À trente-six ans, l’Auvergnat de naissance rêve de bousculer la hiérarchie dans une discipline où la France reste un pays en voie de développement.
 
Haras National des Bréviaires, le défi de la transition
Au fil du temps, le prestige et la grandeur des Haras nationaux se sont quelque peu érodés. Au cœur de la forêt de Rambouillet, le Haras des Bréviaires dévoile un charme suranné : écuries, manège et grandes allées arborées laissent le visiteur songeur quant à une effervescence qui n’est plus.
Le Haras des Bréviaires, propriété du conseil départemental des Yvelines depuis 1973, se trouve à la croisée des chemins : de nombreuses interrogations flottent sur cet îlot verdoyant, au cœur de la campagne yvelinoise. Vente ou location ? Quel rôle peut jouer le Hras des Bréviaires en Île-de-France ? Est-il le symbole de la mutation d’une filière ? Depuis le lancement d’un appel à prjets pour la reprise de la gestion du site, fin 2014, son avenir semble plus qu’incertain.
 
Balou du Rouet, une alliance franco-allemande
Fruit du croisemet avec une jument Oldenbourg, Balou du Rouet est le meilleur fils étalon du Selle Français Baloubet du Rouet, qu’il a rejoint en 2015 dans le top dix du classement mondial établi par la WBFSH. Paul Schockemöhle ayant privilégié sa carrière de reproducteur, le bai brille surtout à travers ses produits, en Allemagne, mais aussi en France où sa production reste limitée.
 
Et comme chaque mois, vous pourrez également retrouver vos rubriques ‘technique dressage’, qui traite de la diversité des entraînements, ‘recherche’, dans lesquelles il est question de l’optimisation de l’interaction cavalier-cheval par le son, ainsi que les pages Jeunes Chevaux ou encore l’actualité des régions.
 
Le numéro de mars de Grand Prix Magazine est disponible en kiosques.

Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici
Ou achetez le numéro de mars ici

À lire également...

Réagissez