’’Mettre tout en œuvre pour arriver en forme à Rio’’, Jerome Guery

Crédit : Scoopdyga

Jeudi 25 février - 10h51 | Léa Errigo

’’Mettre tout en œuvre pour arriver en forme à Rio’’, Jerome Guery

Vainqueur du Grand Prix CSI 5* de Knokke et du Grand Prix CSIO 5* de Lummen avec le parfois délicat Papillon Z, Jerome Guery a déroulé une belle saison 2015 qui l’a propulsé sur le devant de la scène internationale. Une belle partition qui semble se répéter en ce début d’année, où le pilote et son gris ont effectué une belle performance lors du CSI 5*-W de Bordeaux. Pour GrandPrix-Replay, le cavalier revient sur ces magnifiques derniers mois et expose ses plans en vue des Jeux olympiques de Rio. 

 - ’’Mettre tout en œuvre pour arriver en forme à Rio’’, Jerome Guery

Papillon Z profite de ses vacances en Normandie.
Crédit : Collection privée

GrandPrix-replay : La saison a bien commencé notamment avec Papillon Z qui vous a offert de beaux résultats, dont une dixième place dans l’étape Coupe du monde du CSI 5*-W de Bordeaux. Quel est votre ressenti sur ce début d’année ? 
Jerome Guery :
La saison a bien commencé. Nous étions au CSI 5* de Bâle début janvier où tout s’est bien passé, Papillon est cinquième dans le Grand Prix. La grande surprise depuis le début de l’année, c’est Grand Cru van de Rozenberg. Il s’est classé deuxième dans le Grand Prix CSI 5*-W de Malines et troisième du Grand Prix dominical au CSI 5*-W de Bordeaux. Je suis vraiment content car mes chevaux sont en forme. J’espère que tout se passera aussi bien durant les mois qui viennent. Depuis un mois, je suis parmi les trente meilleurs cavaliers mondiaux, le circuit du Global Champions Tour s’offre à moi. Il va donc falloir organiser le programme de chaque cheval de façon méthodique. 

GPR. : Avec Papillon Z, la saison 2015 a été exceptionnelle et la 2016 semble suivre la même voie. Comment va-t-il ? Quel est son programme pour les semaines à venir ? 
J. G. :
Papillon est en grande forme ! Il est actuellement au centre Rollon en Normandie, c’est un centre de thalasso pour les chevaux. Nous avons pris la décision de lui accorder deux mois de vacances bien méritées. Ensuite, il reprendra gentiment les concours, il ira à Lanaken, en Belgique, pour un CSI 3*, avant de courir la Coupe de nations de Lummen et sûrement La Baule. Papillon a fait presque toutes les épreuves l’année passée donc nous allons lui organiser un programme pour qu’il arrive en forme à chaque concours.  

GPR. : Vous devriez sans doute pouvoir sur Grand Cru van Rosenberg, qui a montré de belles choses. Pensez-vous qu’il puisse épauler Papillon jusqu’aux Grands Prix 5* ? 
J. G. :
Tout à fait, Grand Cru s’est très bien comporté depuis le début de la saison, il s’est classé plusieurs fois dans des Grands Prix. C’est un cheval qui doit prendre encore un peu d’expérience, il aura donc un programme différent, je pense qu’il participera aux épreuves du Global Champions Tour tandis que Papillon fera les Coupes de nations. 

GPR. : Il y a souvent beaucoup de mouvements dans vos écuries ! Sur quels chevaux pourrez-vous compter cette année en plus de ces deux-là ? 
J. G. :
J’ai de très bons chevaux. Actuellement je suis au Sunshine Tour pour le CSI 3* en Espagne, j’ai deux fantastiques chevaux de huit ans que je prépare pour l’avenir, Curby du Seigneur et Instit de Jucaso. Bien entendu, mes chevaux de tête sont Papillon et Grand Cru mais j’ai également une très bonne jument, Ginnis van’t Geyzeven, classée troisième dans une épreuve intermédiaire lors du CSI 5*-W de Bordeaux. Elle est très compétitive, je compte sur elle pour épauler mes deux chevaux de Grand Prix. J’ai également des jeunes chevaux et un très bon étalon de onze ans, Alicante, qui a participé à son première CSI 4* fin janvier, à Amsterdam.  

GPR. : Vous êtes en bonne voie pour décrocher votre place pour les Jeux olympiques. Est-ce un objectif ? Si oui, comment allez-vous vous organiser ? 
J. G. :
Bien entendu, j’espère pouvoir participer aux Jeux olympiques, c’est un objectif pour la saison. Le 6 mars, nous saurons si je suis sélectionné. Normalement, il y a de grandes chances pour que je sois sélectionné en individuel, puisque la Belgique n’est pas qualifiée par équipes. Néanmoins, c’est une place qui est donnée à la Belgique même si c’est moi qui la remporte, j’espère donc pouvoir y aller avec mes chevaux qui sont en grande forme. Si nous sommes sélectionnés, nous mettrons tout en œuvre avec le chef d’équipe (Dirk Demeersman, ndlr), pour arriver en forme à Rio. Pour l’instant, nous attendons et nous espérons !

À lire également...

Réagissez