La France impose ses couleurs aux Emirats arabes unis

Crédit : Richard Julliart/FEI

Jeudi 18 février - 15h22 | Johanna Zilberstein

La France impose ses couleurs aux Emirats arabes unis

Pour le premier CSIO 5* de la saison, l’équipe de France a fait fort en s’offrant la première Coupe des nations, à Al-Aïn, aux Emirats arabes unis. S’il n’a aucune valeur, la France ne pouvant engranger de points sur la ligue arabe, ce succès permet aux hommes de Philippe Guerdat de démarrer l’année sur un beau succès sportif, grâce notamment à une première manche quasi-parfaite. Le Qatar, qui remettait son titre en jeu, n’a rien pu faire, devant se contenter de la deuxième place, devant la Suisse, qui a manqué un peu de chance.

 - La France impose ses couleurs aux Emirats arabes unis

Après avoir offert le sans-faute salvateur à l'équipe en première manche, Jérôme Hurel et Ohm de Ponthual se sont offerts le luxe de ne pas prendre le départ en seconde manche.
Crédit : Richard Julliart/FEI

L’ESSENTIEL
En étant la seule équipe à sortir sans la moindre pénalité de l’une des deux manches, la France a d’emblée donné le tempo. Et ce ne sont pas ses seize points de pénalité en seconde manche qui y ont changé quelque chose, les Tricolores s’imposant avec deux points d’avance sur le Qatar, vainqueur de ce premier rendez-vous l’an passé. Si l’équipe a pu compter sur les deux sans-faute d’Ali bin Khalid al-Thani, le point de temps dépassé de Khalid al-Emadi sur Tamira IV en première manche (cinq points) et le score trop lourd de Bassem Hassan Mohammed et California en seconde manche (dix-neuf points) n’ont pas permis à l’équipe de s’imposer cette année encore. Quant à la Suisse, qui a également aligné un parcours sans-faute, signé de Christina Liebherr et LB Akteur, les petits points de temps dépassé de Werner Muff et Pollendr (première et seconde manche) et de Claudia Gisler et Cordel (seconde manche) ont également coûter cher à l’équipe, qui ne termine qu’à un point du Qatar.
 
LES BLEUS
Les hommes de Philippe Guerdat ont été quasiment parfaits sur la piste d’Al-Aïn, cet après-midi. Ouvreur pour l’équipe, Mathieu Billot a déroulé une partition sans reproche avec Shiva d’Amaury, signant le premier sans-faute de l’après-midi. Une bonne lancée pour les Vestes bleues puisqu’il est ensuite imité par Frédéric David, qui présentait le puissant Equador van’t Roosakker. Julien Gonin, lui, laisse tomber une barre avec Soleil du Cornu CH, mais le compteur tricolore n’en souffre pas puisque Jérôme Hurel, qui a endossé aujourd’hui le difficile rôle de numéro quatre, n’a pas tremblé. Avec un Ohm de Ponthual revenu au meilleur de sa forme, le Francilien a été parfait, offrant à l’équipe le troisième sans-faute qu’il lui fallait pour terminer cette première manche de manière parfaite.
De retour en seconde manche, Mathieu Billot écope cette fois d’une faute, là aussi imité par Frédéric David. Cette fois, le score est un peu plus lourd pour Julien Gonin, qui met deux barres à terre. Malgré tout, l’excellente performance collective de première manche permet à la France d’empocher cette première Coupe des nations en s’offrant le luxe de ne pas faire partir sa dernière cartouche. De quoi démarrer en beauté !
 
LES TOPS
Mention spéciale aujourd’hui pour le Qatari Ali Bon Khalid al-Thani et First Division, ainsi que pour l’Irlandais Anthony Condon sur Aristio. Ces deux couples sont les seuls à signer le double sans-faute. A l’heure d’attribuer les bonnes notes, on pensera aussi à l’Ukrainien Cassio Rivetti, sans-faute puis un point de temps dépassé avec Fine Fleur du Marais.
 
LES FLOPS
Du côté des équipes, les mauvais élèves étaient aujourd’hui l’Arabie Saoudite, la Grande-Bretagne et les Emirats arabes unis, recalés en première manche.
Individuellement, certains scores ont été plutôt lourds. L’Emirati Mohamed Ahmed al-Owais est ainsi sorti de piste avec trente points, associé à son vaillant Bastiaan. L’Egyptien Chadi Gharib a quant à lui écope de vingt-sept points avec Dollar van het Pordenhof. Score assez lourd également pour le patron ukrainien Oleksandr Onyshchenko, qui montait Valentino Velvet.
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez