L'heure des grands rendez-vous a sonné à Wellington

Crédit : Sportfot

Mercredi 10 février - 14h14 | Léa Errigo

L'heure des grands rendez-vous a sonné à Wellington

Depuis cinq semaines, le Winter Equestrian Festival de Wellington bat son plein, accueillant des centaines de chevaux et cavaliers venus du monde entier. Et, pour cette cinquième semaine de compétition, les choses sérieuses démarrent avec la première semaine labellisée CSI 5*.

LES ENJEUX
Tous les ans, le Winter Equestrian Festival de Wellington attire de nombreux cavaliers. Cette semaine, les compétitions seront labellisées CSI 5*. L'occasion pour les pilotes qui n'ont pas quitté les États-Unis depuis le début de l'année de remettre leurs meilleures montures en route sur les grosses épreuves.

À NE PAS MANQUER
Bien entendu, un grand nombre de cavaliers américains et canadiens sont engagés dans les épreuves. Parmi eux, les Américains Beezie Madden, Kent Farrington et Jessica Springsteen. Le Canadien Éric Lamaze sera également présent, en selle sur Rosana du Park et Fine Lady. Sa compatriote Tiffany Foster entrera surement en piste avec Brighton. Le Brésilien Rodrigo Pessoa montera Citizenguard Cadjanine Z. Plusieurs cavaliers européens seront eux aussi de la partie. Le Britannique Ben Maher montera probablement Diva II tandis que Nick Skelton devrait lui aussi être de la partie, malgré la blessure de Big Star. L'Irlandais Cian O’Connor sera aussi présent, ainsi que l'Allemande Meredith Michaels-Beerbaum et son talentueux Fibonacci 17.

LES BLEUS
Du côté des Tricolores, ils seront quatre à s’élancer dans les épreuves de ce CSI 5*. La championne de France Alexandra Paillot, à Wellington depuis déjà plusieurs semaines, sera en selle sur Polias de Blondel*Val Henry et So Fun de la Roque. Edward Levy lui, montera Rebeca LS et Starlette de la Roque, tandis qu'Axelle Lagoubie et Adam Prudent entreront respectivement en piste sur Cesar VDB Z ainsi que Si Bella et Vasco.

LE GUIDE
Le Grand Prix 5* aura lieu samedi à 19h heure locale.

Toutes les informations ici 

À lire également...

Réagissez