’’Punch de l’Esque peut rivaliser avec les meilleurs chevaux’’, Karim Laghouag

Crédit : Scoopdyga (Archives)

Mercredi 03 février - 17h20 | Léa Errigo

’’Punch de l’Esque peut rivaliser avec les meilleurs chevaux’’, Karim Laghouag

Après une belle saison puis des championnats d’Europe quelque peu décevants, Karim Laghouag est prêt à aborder la nouvelle année. Confiant en lui-même et en Punch de l’Esques, qu’il montera vendredi soir, il est bien décidé à doubler la mise dans le cross indoor, qu’il a remporté l’an passé. Mais c’est surtout sur Rio que le Tricolore a les yeux rivés, grâce à Punch, mais aussi à Entebbe de Hus.  De retour de son premier stage fédéral de l’année, Karim Laghouag présente à GrandPrix-Replay ses objectifs pour la saison à venir. 

GrandPrix-Replay : La semaine passée, vous étiez en stage fédéral. Quels ont été les axes de travail ?
Karim Laghouag : Nous avons passé deux jours avec Serge Cornut avant d’enchaîner le travail des chevaux de lundi à vendredi. Cinq chevaux m’accompagnaient. Ill y avait mes deux chevaux de tête, Punch de l’Esques et Entebbe de Hus, ainsi que deux sept ans et une jument de dressage avec ma cavalière, Marine Faust. Le but était de voir où en sont les chevaux et d’optimiser le travail sur le plat et à l’obstacle. Nous avons eu un hiver assez doux, les chevaux ont donc pu travailler correctement à l’extérieur, sans perdre de leur entraînement. Nous avons constaté que, sur le plat, les chevaux allaient très bien. Avec Thierry Pomel, nous avons travaillé l’obstacle, puisqu’ils n’ont pas sauté depuis les dernières épreuves de l’an dernier en principe.
 
GPR. : Vous serez à Bordeaux ce week-end pour le cross indoor. Comment abordez-vous cette étape et quels sont vos objectifs avec Punch de l’Esques ?
K. L. : Je l’aborde sérieusement. Actuellement, je suis tenant du titre, j’aimerais donc le défendre avec Punch. Je sais qu’il peut rivaliser avec les meilleurs chevaux sur ce type de parcours. C’est mon cheval pour les Jeux olympiques, il faut que je sois raisonnable sur ce que je vais lui demander. Bien entendu, le but est d’aller vite mais il ne faut pas non plus prendre tous les risques.
 
GPR. : Quel est votre piquet de chevaux pour la saison qui arrive ? Y a-t-il de nouvelles arrivées prévues dans les écuries ?
K. L. : Mes chevaux principaux sont Punch de l’Esques et Entebbe de Hus. J’ai également deux sept ans, cela tombe bien car dans le Grand National il y a également des épreuves pour les sept ans. Enfin, j’ai des chevaux qui font des CCI 1*. J’ai donc largement de quoi faire ! Cette année, Camille Lejeune et sa fiancée Sophie doivent normalement intégrer les écuries.
 
GPR. : Quelles sont vos projets pour la saison ? Comment allez-vous vous partager entre le Grand National et la préparation aux Jeux olympiques ?
K. L. : À long terme, il y a les Jeux olympiques et à plus court terme, les étapes du Grand National. Mes deux chevaux de tête auront les mêmes parcours durant la saison, ce sera donc plus facile à gérer car cela m’évite d’aller à droite et à gauche avec eux.
 
GPR. : Quelles sont vos prochaines échéances ?
K. L. : Je serai au Grand National de Saumur puis de Pompadour. Ensuite, je partirai en Angleterre pour le CCI 3* de Chatsworth. Nous terminerons sur le Grand National au Haras du Pin, avant la sélection définitive. Le programme sera confirmé lors du prochain stage mais à priori je serai engagé dans ces quatre étapes qui promettent d’être riche en émotion.
 

À lire également...

Réagissez