Niklas Krieg montre le talent de la relève allemande à Leipzig

Crédit : Karl-Heinz Frieler/FEI

Dimanche 17 janvier - 19h27 | Johanna Zilberstein

Niklas Krieg montre le talent de la relève allemande à Leipzig

À Leipzig, le Grand Prix Coupe du monde est tombé dans l’escarcelle de la relève allemande puisque le jeune Niklas Krieg, vingt-deux ans, a réussi à sortir victorieux d’un barrage où seuls trois des quatorze couples ont réussi à signer le double sans-faute, en selle sur Carella. Une victoire d’autant plus belle qu’il a devancé les expérimentés Denis Lynch, sur All Star 5, et Harrie Smolders, sur Don VHP Z.

Comme chaque semaine, quarante prétendants à la victoire étaient en piste pour le neuvième Grand Prix Coupe du monde de la saison, celui de Leipzig. Parmi eux, des pilotes expérimentés, habitués du circuit, et des pilotes plus novices à ce niveau d’épreuves, venus faire leurs preuves. Dans le lot, seul l’Allemand Felix Hassmann, associé cet après-midi à Horse Gym’s Balzaci, n’a pas pu terminer le parcours, préférant jeter l’éponge. Un chiffre à l’image de celui des couples qualifiés pour le barrage, au nombre de quatorze. Bref, un parcours pas forcément compliqué, où certains pilotes se sont toutefois laisser piéger. Ainsi, le Britannique Michael Whitaker, avec Viking, laisse tomber une toute petite barre, à l’instar du Suédois Rolf-Göran Bengtsson, avec l’excellent Casall Ask, de l’Irlandais Billy Twomey sur sa généreuse Tinka’s Serenade, de l’Allemand Christian Ahlmann, vainqueur du Grand Prix CSI 5* de Bâle la semaine passée, ou encore de l’Italien Emanuele Gaudiano, associé à son éventuelle monture olympique Caspar 232. Pour l’Allemand Marcus Ehning, avec le talentueux Cornado NRW, le résultat a été un peu plus amer après deux fautes. Même punition pour son compatriote Hans-Dieter Dreher, qui remettait son titre en jeu avec le bel Embassy II, et pour Patrice Delaveau, qui montait cette fois Lacrimoso 3*HDC.
Finalement, quatorze couples ont validé leur ticket pour un barrage composé de belles galopades pouvant pousser à la faute. C’est ainsi que la Britannique Jessica Mendoza, ouvreuse de la finale au chronomètre, écope de deux fautes avec Spirit T. L’Allemand Guido Klatte, avec Quinghai, un fils de Quidam de Revel, tente alors sa chance mais ne parvient pas non plus à signer le sans-faute. En revanche, son compatriote, Niklas Krieg, n’a aucun problème pour trouver la voie du sans-faute avec sa bondissante fille de Clearway, Carella. Avec un chronomètre de 38’’04, le jeune Allemand prend la tête pour ne plus la lâcher. Le Suisse Paul Estermann et sa Castelfield Eclipse écopent ensuite de quatre points, tout comme l’Allemand Philipp Weishaupt, sur Liberty Son, Gregory Wathelet, sur Eldorado van het Vijverhof, Kevin Staut sur Rêveur de Hurtebise*HDC, Simon Delestre sur Chesall, Olivier Philippaerts sur H&M Legend of Love et Sergio Alvarez Moya sur Carlo 273. C’est un peu plus dur pour Pius Schwizer, huit points avec Léonard de la Ferme CH. Il semble tout de même évident que le jeune cheval de dix ans progresse un peu plus à chaque sortie. La victoire est toute proche pour le Néerlandais Harrie Smolders, sur Don VHP Z, et l’Irlandais Denis Lynch, sur All Star 5, qui, avec leurs chronomètres respectifs de 46’’85 et 41’’04, restent derrière le jeune Allemand.
Voilà donc un joli coup pour Niklas Krieg, qui a fêté ses vingt-deux il y a trois jours, dix-huitième des championnats d’Europe Jeunes Cavaliers de Wiener-Neudstadt l’été dernier, qui fait une belle entrée dans le très haut niveau, alors qu’il ne courrait que son deuxième CSI 5*. Une chose est sûre, la relève allemande est assurée.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez