Denis Lynch impose Abbervail à Bâle

Denis Lynch et Abbervail van het Digenshof, grands vainqueurs à Bâle ce soir.
Crédit : Katja Stuppia / CSI Basel

Samedi 09 janvier - 22h13 | Yeelen Ravier

Denis Lynch impose Abbervail à Bâle

Ce week-end, la planète sport vibre essentiellement à l'heure suisse, à Bâle, où se déroule le premier CSI 5* de l'année. Aujourd'hui, l'épreuve majeure du jour, à 1,50m en deux manches, est tombée dans les filets de l'Irlandais Denis Lynch, qui a livré un barrage époustouflant avec Abbervail van het Digenshof. Romain Duguet et Jérome Guéry ont complété ce podium international.

Un Français sur six qualifié

C'est à 19h30 que la cloche a sonné le top départ de l'épreuve phare de la journée à Bâle. Ils étaient quarante-huit au total à vouloir en découdre avec une belle victoire. Le tour, dessiné par le réputé Frank Rothenberger, n'a pas été facile. La triple combinaison ainsi que le chronomètre imparti en aura fait déchanté quelques-uns.
Le premier sans-faute a été signé par l'excellent Marco Kutsher, associé à l'alezan Balermo, ce dernier se ressaisissant d'un week-end assez moyen au CSI 5* de Londres fin décembre. A contrario, l'incroyable Bonne Chance CW, qui avait déjà écopé de douze points hier, en a ici accusé cinq, pilotée par la Suissesse Janika Sprunger. Le premier Tricolore, Roger-Yves Bost, a montré la marche à suivre à ses camarades. Associé au puissant Pégase du Murier, le champion d'Europe, a déroulé un superbe et rapide tour. Après le joli sans-faute de Sergio Alvarez Moya et le gris Carlo, Pénélope Leprevost n'est parvenue à rejoindre son coéquipier au barrage, Nice Stephanie pêchant sur le vertical en milieu de triple. L'Irlandais Denis Lynch a lui trouvé la clé du parcours et a bouclé un score vierge, aux rênes du tonique Abbervail van het Dingeshof.
Rolf-Göran Bengtsson ne connaitra malheureusement pas la même issue puisqu'il a abandonné, sa jument Oak Grove's Heartfelt, dont Bâle avait été son tout premier CSI 5* l'an dernier d'ailleurs, étant très excitée. Même résultat pour Julien Epaillard, après seize points de Cristallo A LM. Star helvétique de 2015, Romain Duguet a rempli son contrat en sortant de piste sans encombre, associé à Twentytwo des Biches. Excellente surprise ensuite de la part de Grand Cru van de Rozenberg, hongre de Jérome Guéry ; le démonstratif fils de Malito de Reves a réalisé un très beau tour sans pénalité. Troisième Français à se présenter, Simon Delestre montait son deuxième parcours avec sa nouvelle recrue, Quechua d'Emeraude. Auparavant piloté par Luis Ferreira, le Selle Français a écopé d'une petite barre et d'un point de temps. Le Kaiser Ludger Beerbaum a été le sixième qualifié pour le barrage, auteur d'un bon passage très rythmé avec le prometteur Colestus. Après une chute du Sheikh Ali Bin Khalid Al Thani, suite à un refus de la bonne Vienna Olympic, Philippe Rozier s'est élancé. Après une forte entrée dans le triple, le Francilien a malheureusement fauté au milieu, et essuyé un refus d'Unpulsion de la Hart sur le mur successif. Dérobade et quatre points également pour Kevin Staut et Elky van het Indihof*HDC, vainqueurs hier. Emanuele Gaudiano et Paul Estermann ont alors élevé ce taux de barragistes à neuf, associés à Admara et Castlefield Eclipse.

Un barrage sans merci pour Denis Lynch

Ouvreur du barrage, Marco Kutscher a réitéré sa performance précédente sur Balermo, avec un temps de référence de 35''09. Seul Français qualifié, Roger-Yves Bost est parvenu à descendre le chronomètre de l'Allemand d'un peu plus d'une seconde sans problème, aux commandes d'un Pégase du Murier appliqué. Après un quatre points en début de tour pour Sergio Alvarez Moya et Carlo, Denis Lynch a alors ouvert les doigts et serré les jambes sur Abbervail van het Dingeshof, franchissant la ligne d'arrivée avec un excellent chronomètre de 33''17. 
Malgré aucune barre tombée, ni Romain Duguet ni Jérome Guéry ne sont parvenus à le devancer, s'installant tout de même aux deuxième et troisième places provisoires. Assurant comme souvent avec son fils de Cornet Obolensky, Ludger Beerbaum a bouclé un bon sans-faute de Colestus. En dépit d'un tempo plus rapide de quelques dixièmes de seconde, Emanuele Gaudiano a lui terminé septième, fautant sur un vertical, associé à Admara. Dernier à partir, Paul Estermann n'est pas non plus parvenu à se désigner vainqueur, écopant de quatre points aux rênes de sa fidèle Castlefield Eclipse.

C'est donc l'hymne irlandais qui a résonné ce soir dans l'enceinte du CSI 5* de Bâle, en l'honneur de Denis Lynch. La meilleure performance française est signée Roger-Yves Bost, quatrième.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez