Secret de mon Coeur, un amour de guerrier

Crédit : Scoopdyga

Lundi 21 décembre - 14h07

Secret de mon Coeur, un amour de guerrier

À neuf ans, Secret de Mon Cœur s’est déjà fait une place de choix dans l’endurance française avec trois médailles internationales récoltées en deux sélections avec Jean-Philippe Francès, l’an passé aux Jeux équestres mondiaux de Normandie, et cet été aux championnats d’Europe à Šamorín. Meilleur cheval tricolore de la discipline, l’Anglo-Arabe fait aussi la fierté de ses naisseurs, Nathalie Couty et Aurélien Rocchia, un cavalier avec lequel il a été sacré champion du monde des sept ans en 2013. Portrait.

nfatigable guerrier à la scène, véritable amour à la ville, Secret de Mon Cœur ne laisse personne indifférent. Sa gentillesse, l’Anglo-Arabe de croisement l’a dévoilée dès sa venue au monde, le 6 avril 2006 à Beaumont-de-Pertuis dans le Vaucluse. "Il a toujours été très placide et docile", se souvient son co-naisseur, Aurélien Rocchia, vingt-neuf ans, toujours très ému à l’évocation de ce rouan virant au gris d’1,57m. "Quand il est né, il dormait sur mes jambes. Si je m’asseyais près de lui, il se couchait. C’était un adorable poulain. Par la suite, il a révélé un peu plus de gnaque en extérieur, mais je dois bien avouer que nous avions un peu peur… Il avait un tempérament si tranquille que je l’imaginais devenir un peu rétif et lâcher prise en course… Heureusement, je me suis trompé sur toute la ligne !" "Il était vraiment merveilleux, adorable et bien fait, mais je le classais plutôt parmi les poulains ordinaires. Il s’est fait de plus en plus beau en grandissant et son charisme s’affirme avec le temps. Aujourd’hui, il est magnifique !", s’enthousiasme Nathalie Couty, sa co-naisseuse, propriétaire du centre équestre de Flicka, à Beaumont. "Il est vraiment très attachant avec un caractère très spécial, ce qui est sûrement dû à son passé. On sent que c’est un cheval de famille, très gentil et proche de l’homme. Comme un poney! On voit vite la différence entre les chevaux très manipulés et chouchoutés et ceux qui ont été élevés de manière purement sportive", ajoute Jean-Philippe Francès.

Retrouvez ce portrait en intégralité dans le numéro de décembre/janvier de Grand Prix Magazine, disponible en kiosques.

Achetez-le ici
Ou abonnez-vous ici

À lire également...

Réagissez