Emanuele Gaudiano s'impose devant Ben Maher et Michael Whitaker à Londres

Emanuele Gaudiano et Admara 2 vers la victoire.
Crédit : Olympia Horse Show

Dimanche 20 décembre - 17h47 | Yeelen Ravier

Emanuele Gaudiano s'impose devant Ben Maher et Michael Whitaker à Londres

Le Grand Prix phare du CSI 5* de Londres aura déjoué bien des pronostics cette année. Le trophée de la septième étape de Coupe du monde a été décerné à l'Italien Emanuele Gaudiano, qui n'a devancé pas moins que Ben Maher et Michael Whitaker, les vedettes britanniques. Retour sur le temps fort du week-end londonien.

Dix-sept sans-faute en trente-six candidats

C'est à 14h40, heure locale, que le Grand Prix 5* de Londres a lancé son coup d'envoi, tribunes pleines. Trente-six partants, William Funnell étant non-partant avec son Billy Onslow, se sont succédé. Parti en éclaireur, le Bordelais Olivier Robert a déroulé un très joli tour aux rênes d'une Quenelle du Py fraiche et disponible. Le duo sort sans-faute. Les deux suivants, Guy Williams et Peder Fredricson, l'ont imité, laissant présager un nombre important de scores vierges. En effet, excepté le double numéro huit, placé en sortie de tournant à côté de l'entrée de piste, et la dernière ligne, le parcours a semblé, toute proportion gardée, relativement facile. Après deux passages fautifs, Max Kühner et Cian O'Connor ont présenté leurs deux montures Cornet Kalua et Super Sox, et ont créé la surprise en signant deux superbes sans-faute. 

Deuxième Français à se présenter, Philippe Léoni courait sa première étape de Coupe du monde depuis quelques temps déjà. Malgré une belle prestation sur Carriere, l'ancienne complice de Daniel Deusser qui était d'ailleurs deuxième ici l'an passé, le Français a laissé deux barres à terre. Aucun des autres tricolores ne se qualifiera pour le barrage, Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise*HDC pêchant sur le numéro un et Simon Delestsre écopant de huit points avec Chesall. Malin Baryard-Johnsson, elle, a rejoint son compatriote Peder Fredricson en seconde manche, franchissant la ligne d'arrivée sans encombre avec H&M Tornesch. Ils ne seront finalement que deux Suédois à poursuivre, Henrik von Eckermann écopant d'une légère faute sur l'entrée du double huit avec Sansibar. Malheureux quatre points également pour Jessica Mendoza et Anna-Julia Kontio, qui ont monté deux bons tours mais fauté à la fin. Les deux stars nationales, Ben Maher et Scott Brash, ont ravivé le coeur du public en se qualifiant pour le tour final, associés à Diva II et Hello M'Lady. Ils seront plus tard imités par Laura Renwick et Michael Whitaker. Après les sublimes démonstrations de Jur Vrieling et Marcus Ehning, accompagnés de leurs VDL Zirocco Blue et Comme Il Faut, Emanuele Gaudiano s'est également offert un sans-faute avec le généreux Admara. Marco Kutscher, Hans-Dieter Dreher, Steve Guerdat et Bertram Allen ont ensuite complété ce groupe de dix-sept barragistes.

L'Italie grille la priorité à la Grande-Bretagne

Tout comme au parcours initial, Olivier Robert a ouvert le barrage. Quenelle du Py, vainqueur fin août du Grand Prix 3* de Valence, n'a pas réitéré sa performance, laissant deux barres au sol. Chapeau levé néanmoins pour le couple qui aura prouvé beaucoup de maîtrise. Parti juste après, Guy Williams aurait pu laisser croire son chronomètre imprenable avec une dernière ligne incroyable de Titus, mais il sera devancé quelques cavaliers après par le Britannique Ben Maher, qui a déroulé une partition en 37"15 avec Diva II. Tandis que Max Kühner et Cian O'Connor ont confirmé l'étendue du talent de leurs montures, Peder Fredricson, Laura Renwick, Malin Baryard-Johnsson, Bertram Allen et Jur Vrieling n'ont pas réussi à sortir avec moins de deux barres, ce dernier essuyant malheureusement un refus devant le bouble huit de l'excellent VDL Zirocco Blue. En quête de podiums depuis quelques semaines, Scott Brash a tenté mais n'est parvenu à abaisser le chronomètre associé à Hello M'Lady, sans-faute en 37"49. Déroulant un début de barrage exceptionnel avec un tracé parfait, Marcus Ehning n'a pu éviter une faute sur l'avant-dernier oxer avec le prometeur Comme Il Faut.
Il a été alors le tour d'Emanuele Gaudiano de s'élancer. Osant prendre des risques, comme il fait si souvent, l'Italien a bouclé un score vierge en 36"20 sur le très bon Admara, prenant alors la tête du Grand Prix. À ses talons, Marco Kutscher a préféré assurer la propreté du sans-faute aux commandes de sa jeune et étonnante Chaccorina. Laura Renwick avec Bintang II, Hans-Dieter Dreher sur Cool And Easy, Steve Guerdat et Corbinian, et Bertram Allen avec son Quiet Easy, aucun n'a réussi à signer un sans-faute plus rapidement. Ultime partant, Michael Whitaker a essayé de s'imposer, en dessinant notamment un virage très serré sur le vertical numéro trois, mais Viking s'est révélé plus lent qu'Admara. Le Britannique a dû céder la victoire à l'Italien et se contenter d'une troisième place derrière Ben Maher.

La tête du classement de Coupe du monde est encore détenu, après sept étapes, par Christian Ahlmann, devant Simon Delestre et Pénélope Leprevost. Marco Kutscher remonte à la sixième place, Max Kühner à la dixième, tandis qu'Emanuele Gaudiano fait un bond à la treizième place.

Les résultats ici.
Le classement général de Coupe du monde.

À lire également...

Réagissez