Patrice Delaveau termine en apothéose aux Longines Paris Masters

Crédit : Sportfot

Dimanche 06 décembre - 18h45 | Johanna Zilberstein

Patrice Delaveau termine en apothéose aux Longines Paris Masters

Patrice Delaveau s'est à nouveau illustré dans l'édition 2015 des Longines Paris Masters en remportant le Grand Prix avec Lacrimoso 3*HDC. Derner barragiste à s'élancer, il a réussi à détrôner Simon Delestre, deuxième avec Hermès Ryan des Hayettes, et l'Irlandais Billy Twomey, sur l'expérimentée Tinka's Serenade.

 - Patrice Delaveau termine en apothéose aux Longines Paris Masters

Bon week-end également pour Simon Delestre, vainqueur de la Gold Cup samedi et deuxième du Grand Prix, avec Hermès Ryan des Hayettes.
Crédit : Sportfot

Ils étaient quarante-cinq couples engagés dans ce difficile Grand Prix. Au menu de cette épreuve concoctée par le chef de piste belge Luc Musette, un parcours de treize obstacles avec une barre de spa en numéro un, deux doubles, un triple et un très fautif oxer à palanque. Pourtant, le premier sans-faute ne se fait pas attendre puisqu'immédiatement après lui, la Suissesse Jane Richard Philips rentre sans problème avec Dieudonne de Guldenboom. Alors que les cavaliers se succèdent, beaucoup écopant d'un petit quatre points, le couple champion de France Pro Élite, Alexandra Paillot et Polias de Blondel, assure le barrage en sortant un parcours parfait. Les deux sont ensuite imités par Roger-Yves Bost, qui semble définitivement avoir trouvé les boutons sur le très bon Pégase du Murier. Ça ne passe pas en revanche pour le Britannique Joe Clee et son bon Utamaro d'Ecaussinnes, ainsi que pour le Canadien Eric Lamaze, sur Fine Lady 5. À la surprise générale, le Brésilien Stephan de Freitas Barcha est le quatrième cavalier à rejoindre le barrage, avec Landpeter Do Feroleto. Son compatriote Pedro Veniss manque de le rejoindre, mais faute sur l'ultime vertical, qui a bien failli coûter le barrage à l'Irlandais Billy Twomey, avec la toujours très en forme Tinka's Serenade, et au Suisse Martin Fuchs, associé à Clooney 51. Au barrage également, le Qatari Ali Bin Khalid al-Thani, avec le bon First Devision, et le Néerlandais Harrie Smolders, qui mène parfaitement son Don VHP Z. Vainqueur du Grand Prix de Hong Kong, John Whitaker venait quant à lui jouer un coquet bonus de 125.000 euros. Mais la faute d'Argento sur la sortie du premier double a vite mis fin aux espoirs du Britannique. L'Espagnol Sergio Alvarez Moya, lui, peut garder ses rêves de victoire, après avoir signé un très beau sans-faute avec Carlo 273. L'Allemand Marco Kutscher, qui s'était illustré dans le Grand Prix des Masters de Los Angeles, vient quant à lui jouer une seconde victoire consécutive et donc une partie du Grand Chelem avec Van Gogh mais écope d'une malheureuse petite faute. Juste après, les sans-faute se succèdent à une vitesse affolante puisque l'Américain Kent Farrington sur Voyeur, l'Américaine Lauren Hough sur Ohlala, le Néerlandais Maikel van der Vleuten sur VDL Groep Arera C et la Tricolore Pénélope Leprevost sur Flora de Mariposa réalisent coup sur coup le parcours parfait. Simon Delestre et Hermès Ryan des Hayettes les rejoignent ensuite, suivis de l'Allemand Christian Ahlmann, sur Codex One, puis de Patrice Delaveau, qui sera le dernier finaliste avec Lacrimoso 3*HDC. Derniers en piste, l'Italien Emanuele Gaudiano écrase Caspar 232 dans un oxer tandis que l'Irlandais Bertram Allen préfère abandonner après une grosse faute de Quiet Easy sur la sortie du deuxième double.

Seize finalistes venus pour gagner

Seize finalistes venus pour gagner - Patrice Delaveau termine en apothéose aux Longines Paris Masters

Patrice Delaveau et Simon Delestre ont savouré leur podium.
Crédit : Sportfot

Dans ce barrage à seize, tous étaient venus pour emporter la mise. Ouvreuse de cette finale composée de demi-tours et d'un ultime oxer que certains maudiront longtemps, Jane Richard Philips signe là encore le premier sans-faute, établissant du même coup le premier temps de référence à 40''35. Alexandra Paillot, quant à elle, préfère jouer la prudence, surtout après sa faute, et rentre avec quatre points en 42''44. On retiendra tout de même la jolie performance du couple, qui semble progresser à chacune de ses sorties. Roger-Yves Bost retenu au paddock pour un referrage express de son beau gris, c'est Stephan de Freitas Barcha qui a ensuite pris le départ. Il sort un chronomètre honorable de 40''80, mais laisse la barre du dernier oxer à terre. Bosty fait finalement son entrée en piste. Fidèle à lui-même, il avale les obstacles à une vitesse impressionnante, et ne se laisse pas avoir par Pégase, qui esquisse une défense à l'abord d'un obstacle. Mais tout se passe sans encombre pour le couple, du moins jusqu'au dernier oxer, qu'il renverse. Billy Twomey, lui aussi, est venu pour en découdre. Ses virages sont impressionnants, tellement que sa jument tape son postérieur droit sur le chandelier de l'avant-dernier oxer. Le couple poursuit malgré tout sa route de manière parfaite et signe le meilleur temps du moment avec ses 38''00. Martin Fuchs prend des risques incontestables mais cela ne suffit pas à détrôner l'Irlandais. Ali bin Khalid al-Thani, lui, est plus rapide mais faute sur le dernier. Harrie Smolders aussi met une barre à terre, mais sur l'avant-dernier, où il ne trouve pas de bonne place. Sergio Alvarez Moya se rate quant à lui sur l'entrée du double, alors que Kent Farrington renverse la sortie. Lauren Hough, elle, trouve parfaitement la route du sans-faute, mais rentre avec quarante-sept centièmes de retard sur le leader. Maikel van der Vleuten s'en rapproche avec son très beau tour mais il manque encore treize centièmes. Après une faute postérieure sur un oxer, Pénélope Leprevost calme très légèrement le jeu, mais rentre tout de même avec le deuxième meilleur temps de l'épreuve (36''85).
Avant-dernier Tricolore à tenter sa chance, Simon Delestre, l'air de rien, abaisse finalement le chronomètre irlandais. Il va vite, dessine parfaitement et réussit à prendre huit centièmes à Billy Twomey. 37''90, temps à battre pour Christian Ahlmann. Il l'a encore montré ces dernières semaines, l'Allemand est un redoutable barragiste. Mais il laisse en chemin un oxer, malgré son joli temps de 38''02. La victoire sera donc française, puisque seul Patrice Delaveau peut encore barrer la route au numéro quatre mondial. Le Normand part fort, il tourne court. Lacrimoso, lui, rase les barres. La technique est gagnante et le couple, très performant en indoor depuis le début de l'hiver, rentre en seulement 36''08. Le chronomètre lorrain est tombé, mais ils seront bien deux Tricolores sur le podium.
Un podium aux couleurs du week-end, qui a souri de bout en bout aux pilotes Français, et en particulier à ces deux-là. Patrice Delaveau, qui s'imposait déjà avec le même Lacrimoso vendredi, a donc renoué deux jours plus tard devant Simon Delestre, vainqueur avec Chesall de la Gold Cup et auteur d'une saison remarquable. Aucun doute, l'avenir tricolore a tout l'air d'être radieux.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez