Simon Delestre fait sonner une nouvelle Marseillaise aux Longines Paris Masters

Crédit : Sportfot

Samedi 05 décembre - 21h52 | Johanna Zilberstein

Simon Delestre fait sonner une nouvelle Marseillaise aux Longines Paris Masters

Premier temps fort de cette soirée de samedi, la Gold Cup a été brillamment remportée par Simon Delestre. Bien en selle sur Chesall, le Lorrain a su faire oublier ses quatre points de première manche, triomphant devant Patrice Delaveau, deuxième avec Léontine Lédimar Z*HDC, et Maikel van der Vleuten, associé à VDL Groep Quatro.

Premier temps fort de cette deuxième soirée des Longines Paris Masters, la Gold Cup a vu s'affronter trente cavaliers prêts à en découdre, d'abord sur une première manche, puis sur un tour final, où les dix meilleurs ont joué des coudes pour être le plus rapide d'une seconde manche aérée et pleine de possibilités où les amateurs de barrages s'en sont donnés à cœur joie.
Il faut dire que le niveau était au rendez-vous ce soir. Le premier sans-faute ne s'est d'ailleurs pas fait attendre, offert par le Belge Rik Hemeryck, associé à Carlitto van't Zorgvliet, avec lequel il semble définitivement bien s'entendre puisque le couple était déjà sans-faute dans la grosse épreuve d'hier. Avant lui, l'Allemand Christian Ahlmann, avec Cornado II, et le Normand Patrice Delaveau, sur Léontine Lédimar Z*HDC, avaient tous deux concédé une faute, le premier sur la palanque et le second sur un vertical blanc placé en sortie de virage. Palanque où se fait également piéger Edwina Tops-Alexander, sur la pourtant rodée Lintea Tequila. Simon Delestre, avec Chesall, faute quant à lui sur un oxer, où la place est venue un peu longue. Le Néerlandais Maikel van der Vleuten, lui, se fait avoir sur l'entrée du premier double avec VDL Groep Quatro. Malgré plusieurs sursis, Pénélope Leprevost, huitième cavalière en piste, signe le deuxième sans-faute de la soirée avec Nice Stéphanie. Ca ne passe pas pour Bertram Allen, qui se laisse avoir par l'obstacle le plus fautif du parcours. Avec Ohm de Ponthual, Jérôme Hurel, lui, laisse l'oxer numéro deux à terre avant de signer un parcours parfait. Fautes également du côté de Julien Epaillard, qui rentre avec douze points au compteur sur Quatrin de la Roque.
Dix cavaliers restent encore à prendre le départ. Avec seulement deux parcours parfaits, les meilleurs quatre points ont de grandes chances de repartir en seconde manche. Le Néerlandais Harrie Smolders met donc les gaz, mais, avec deux fautes, il se prive de toute chance de repartir avec Apollonia 23. Pas de soucis en revanche pour l'Allemand Marco Kutscher, qui ajoute un sans-faute de plus avec le tout bon Balermo. Le Britannique Joe Clee enclenche alors Diablesse de Muze, qui s'emballe un peu et commet quatre fautes dans les combinaisons. Avec C&G Quitador Rochelais, l'Espagnol Sergio Alvarez Moya ne concède qu'une faute dans un temps assez rapide pour lui permettre d'espérer un second tour. Timothée Anciaume, lui, concède une faute sur l'entrée du premier double puis une autre sur le milieu de triple avec le délicat Kiamon. Dernier Tricolore à défendre ses chances, Kevin Staut prend tous les risques possibles pour sortir un chronomètre parfait, qui lui assurerait la manche finale, même en cas de faute, sur Ayade de Septon*HDC. Tactique payante pour le Normand, qui faute sur l'oxer bleu après avoir fait fortement avancer la palanque sur ses taquets, un peu plus tôt sur le parcours.

Vite et bien

Retour en seconde manche pour Maikel van der Vleuten, Patrice Delaveau, Sergio Alvarez Moya, Edwina Tops-Alexander, Bertram Allen et Kevin St aut, quatre points en première manche, ainsi que pour Rik Hemeryck, Marco Kutscher et Pénélope Leprevost, tous sans-faute. Mais les compteurs de tous les couples sont remis à zéro, et tous peuvent encore espérer emporter la victoire finale. Premier à tenter sa chance, Maikel van der Vleuten prend beaucoup de risques, surtout vu sa position de numéro un, et, malgré une place un peu longue sur le dernier vertical, rentre sans la moindre pénalité avec un chronomètre de 42''56. Un temps de référence qui ne va pas le rester longtemps puisque Patrice Delaveau lance sa jeune partenaire à toute allure, et n'hésite pas à aborder le premier oxer très fort. Au final, il réussit à retirer deux secondes au chronomètre néerlandais. Le rêve tourne court pour Sergio Alvarez Moya, qui faute dès le deuxième obstacle. C'est à Simon Delestre de tenter d'aller accrocher le temps de son coéquipier. Le Lorrain prend des risques et enlève même une foulée sur l'entrée du double. Chesall est attentif et répond présent. Résultats : 39''98 et un nouveau temps à battre, qui ne va plus bouger.
Pour Edwina Tops, les choses se passent nettement moins bien puisqu'elle doit essuyer un refus de sa jument sur le deuxième vertical. Bertram Allen, lui, est à nouveau époustouflant et sort le parcours le plus rapide de la soirée, avec ses 38''22. Mais une faute sur l'oxer, où l'Irlandais a été un peu trop gourmand, le prive de victoire. Malgré la jeunesse d'Ayade, le Normand n'hésite pas à aller vite mais essuie une faute sur l'avant-dernier oxer, où la jolie jument retape une foulée. Rik Hemeryck sort de course en mettant deux barres à terre, tandis que Marco Kutscher faute en sortie de double. Dernière en piste, Pénélope Leprevost, avec son très bon chronomètre de 38''80, faute sur le même oxer que Kevin Staut, et laisse le champ libre à Simon Delestre.
Le Lorrain a d'ailleurs pu prendre le temps de savourer sa victoire, du haut de son podium, où les milliers de spectateurs présents ont entonné une Marseillaise en l'honneur du numéro quatre mondial.

À lire également...

Réagissez