Luciana Diniz arrache son sacre à Doha

Crédit : Stefano Grasso/LGCT

Samedi 14 novembre - 19h15 | Johanna Zilberstein

Luciana Diniz arrache son sacre à Doha

Ils étaient trois à se battre pour le titre de Champion des Champions ce soir, sur la piste de Doha. Scott Brash en déroute, seul Rolf-Göran Bengtsson pouvait encore barrer la route à Luciana Diniz. Mais le sport a ce soir donné raison à la Portugaise, qui s’est offert le titre de la plus belle des manières : en remportant le Grand Prix.

Ils étaient quarante-six à se retrouver sur la magnifique piste qatarie de Doha pour la quinzième et ultime étape de l’édition 2015 du Global Champions Tour. Le parcours dessiné par Uliano Vezzani s’est avéré plutôt  classique bien qu’assez gros. Débutant sur un premier gros vertical, le tracé a ensuite conduit les couples sur un triple oxer/oxer/vertical puis sur un double vertical/une foulée/oxer avant d’enchaîner sur une ligne de quatre foulées composée d’un oxer puis d’un vertical sur bidet.
Premier couple à s’élancer, la Suissesse Jane Richard Philips et son Pablo de Virton se fait piéger sur le dernier oxer. Le Brésilien Doda de Miranda, lui, ne touche pas une barre, mais se retrouve pénalisé d’un point de temps dépassé. On retiendra tout de même ce parcours, l’un des plus convaincants qu’il ait signé avec AD Living The Dream. Ça manque de passer de peu pour le Qatari Hamad Ali Mohamed al-Attiyah puis pour l’Ukrainien Rene Tebbel, associé à Forlap, qui écopent de la même punition que Doda de Miranda.
 Alors que les parcours se suivent et qu’aucun couple ne trouve la solution pour sortir de ce parcours sans faute et dans le temps, l’Allemande Meredith Michaels-Beerbaum déploie son magnifique Fibonacci 17 et signe enfin le premier sans-faute. Un tour qui donne visiblement des idées au Qatari Bassem Hassan Mohammed, qui n’écope d’aucun sursis avec sa toute bonne California.
Les sans-fautes se font rares, et Kevin Staut ne parvient pas à ajouter son nom parmi les parcours parfaits. Avec Qurack de Falaise*HDC, le Normand essuie une touchette sur l’entrée du triple avant de finalement fauter sur un vertical. Dommage pour le Tricolore, qui sort avec un très beau chronomètre… Mais en dessous de celui de l’Irlandais Bertram Allen, qui sert ses courbes au maximum avec Molly Malone V, qui laisse tomber la sortie du double.
En lice pour la victoire, le Britannique Scott Brash fait monter le suspense d’un cran lorsqu’il fait chuter la sortie du double. Le Qatari Ali ben Khalid al-Thani, qui a aussi une jolie carte à jouer pour le classement général,  signe un magnifique sans-faute avec First Devision. Également plutôt bien placé avant cette ultime étape, le Britannique John Whitaker loupe le coche en sortant de piste avec cinq points sur Ornellaia. Jour sans aussi pour Gregory Wathelet, qui préfère jeter l’éponge avec Eldorado van het Vijverhof.
Pour remporter le circuit, il doit remporter ce Grand Prix. C’est bien parti pour Rolf-Göran Bengtsson, qui signe un magnifique sans-faute avec son fabuleux Casall Ask. Alors qu’il ne peut pas espérer faire mieux que quatrième sur le circuit, Simon Delestre commet une faute avec Qlassic Bois Margot. En selle sur Flora de Mariposa, Pénélope Leprevost, elle, fait tomber deux barres et doit renoncer à la seconde manche. C’est tout le contraire de Luciana Diniz, qui n’a pas le droit à l’erreur et met en très bonne place pour s’emparer du titre, grâce à un nouveau sans-faute de Fit For Fun 13. Le duel Bengtsson/Diniz est lancé.

Rolf vs. Luciana

Tout juste repêché, Scott Brash, pas franchement bien parti pour s’offrir une quatrième étape, a ouvert cette deuxième manche au tracé plutôt aéré composé d’un triple vertical/vertical/oxer puis d’un double oxer/vertical qui se termine sur une ligne vertical/oxer. Hello Sanctos, un peu couché dans le virage menant vers l’avant-dernier obstacle, renverse finalement le vertical, ce qui laisse le champ libre à Rolf-Göran Bengtsson et Luciana Diniz, qui devront savoir tirer parti de cette avance.
Sans forcément pousser, Kevin Staut, quatrième à s’élancer, ne lésine pas sur le chronomètre et serre ses courbes au maximum mais il faute finalement sur l’entrée du double et termine avec un total de huit points. Finalement, après sept couples à quatre points ou plus dans cette seconde manche, l’Allemand Ludger Beerbaum, quatre points en première manche avec Chiara, signe enfin le premier sans-faute de cette seconde manche. Il est ensuite imité par Bertram Allen, qui sort cette fois le sans-faute, tout en étant à nouveau très rapide. Les cavaliers à un point, qui entrent désormais en piste, passeront donc tous derrières le jeune Irlandais en cas de faute. Ce qui fut notamment le cas du Qatari Ali Mohamed al-Attiyah et de Doda de Miranda. Puis la tête est passée aux mains de René Tebbel, qui signe un nouveau sans-faute, en rentrant cette fois à l’heure. Satisfaction également du côté de Ali ben Khalid al-Thani, qui signe le premier double sans-faute de l’épreuve, suivi par Meredith Michaels-Beerbaum, qui assure le barrage. Barrage où se produiront également Rolf-Göran Bengtsson, qui poursuit sa démonstration avec son bel étalon, et Luciana Diniz, qui ne compte pas laisser la victoire lui échapper.
Le Qatari ouvre donc le bal, mais commet deux fautes. Meredith Michaels-Beerbaum sort quant à elle le sans-faute. Nouveau temps à battre : 36’’55. Juste après, Rolf-Göran Bengtsson sort un troisième sans-faute, mais pas assez rapide. Et, pour quelques centièmes, le Suédois se retrouve privé de Grand Prix… Et de titre sur le circuit ! Qu’il offre sur un plateau à Luciana Diniz, qui, non contente, accroche également ce Grand Prix grâce à un barrage en 36’’10.
 
Il y avait deux hommes et une femme en piste pour le titre de Champion des Champions, ce soir. Scott Brash, vainqueur en 2013 et 2014, a manqué son rendez-vous avec l’histoire tandis que Rolf-Göran Bengtsson, habitué du podium, n’a toujours pas accroché ce titre, qu’il aurait pourtant mérité. Mais ce soir, rien n’a pu empêcher le sacre de Luciana Diniz qui accroche deux beaux podiums.

Les résultats :
Les résultats du Grand Prix ici
Le classement du Global Champions Tour ici

À lire également...

Réagissez