Leon Melchior, disparition d'un visionnaire

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 11 novembre - 16h00 | Johanna Zilberstein (avec communiqué R&B Presse)

Leon Melchior, disparition d'un visionnaire

Leon Melchior, le père du stud-book Zangersheide, est décédé cette nuit à l'âge de quatre-vingt-huit ans. Il laisse derrière lui un jeune mais performant stud-book à l'origine de certains des meilleurs chevaux du monde, ainsi que sa vision personnelle et avant-gardiste de l'élevage de chevaux de sport.

C'est une figure emblématique de l'élevage qui s'en est allée. Âgé de quatre-vingt-huit ans, Leon Melchior s'est éteint cette nuit. En mauvaise santé depuis plusieurs années, il a vu son état se dégrader rapidement ces derniers-mois. Il y a un peu plus d'un an, il avait passé les rênes de Zangersheide à sa fille, Judy-Ann.

Né le 25 décembre 1926 à Maastricht, aux Pays-Bas, Leon Melchior était avant tout homme d'affaires. Intéressé par les chevaux, il commence par la chasse à courre avant de se tourner vers le saut d'obstacles, une passion qui ne le quittera plus. 
C'est ainsi qu'il lance, dans les années 70, le haras de Zangersheide, où il monte notamment Heureka, une très bonne jument de compétition, sous la houlette de l'Allemand Hermann Schride, qu'il prend comme entraineur. Puis, au début des années 80, il vend aux enchères la plupart de son effectif pour se tourner vers l'élevage. Pour lui, un bon cheval ne peut être issu que de deux bons chevaux, peu importe la race. Cette idée, déjà pionnière à l'époque, n'est que la première puisque Leon Melchior a également été l'un des premiers à utiliser l'insémination artificielle, dans les années 70. Dans les années 90, Leon Melchior poursuit sur sa lancée visionnaire et fait appel au transfert d'embryons.
En 1993, il fonde le Stud-book Zangersheide, dans lequel il approuve ses produits. Apparaissent les premiers chevaux Z qui, en plus de vingt ans, ne cessent d'être plus nombreux et se glissent parmi les meilleurs du monde, faisant de ce Z une marque représentée sur les plus beaux terrains de concours.
Dernier coup révolutionnaire de Leon Melchior, les clones de ses meilleurs chevaux, Ratina Z, Levisto Z ou encore Air Jordan Z, qui débutent en compétition pour certains et dont les saillies sont proposées par le Stud-book. 

Les Z à l'honneur dans le sport

Car les idées de Leon Melchior portent rapidement leurs fruits puisque naît, en 1982, une certaine Ratina Z, fille de Ramiro Z et d'Argentina Z, issue du croisement d'Almé avec... Heureka. Dix ans plus tard, la puissante baie est sacrée championne olympique sous la selle du Néerlandais Piet Raymakers, à Barcelone, avant de poursuivre sa brillante carrière sous la selle de Ludger Beerbaum.
Mais l'illustre jument n'est pas la seule à faire parler d'elle sur les plus beaux terrains du monde. Sous la selle de Judy-Ann, la fille de Leon Melchior, le si charismatique Levisto Z a ainsi remporté, entre autres, deux victoires consécutives dans les Sires of the World, le championnat du monde des étalons qui a lieu chaque année, à Lanaken, sur les terres de Zangersheide.
Aujourd'hui, les Z sont encore bien représentés, notamment grâce à l'Allemand Christian Ahlmann, dont la cavalerie est essentiellement composée de chevaux approuvés au Z, ou encore grâce à Judy-Ann Melchior, qui a récemment brillé en finale de Coupe des nations avec As Cold As Ice Z.
En France aussi, la production Zangersheide semble bien se porter puisqu'en 2015, Et Caetera Z, Carpediem Edm Z et Cherisma Z ont respectivement été sacrés champions de France des quatre, cinq et six ans chez les Stud-books autres que Selle Français et Anglo-arabes.

Ses obsèques auront lieu mardi 17 novembre, au haras de Zangersheide, à Lanaken.

À lire également...

Réagissez