Beatriz Ferrer-Salat avec l’art et la manière à Lyon

Crédit : PSV Morel

Vendredi 30 octobre - 19h03 | Johanna Zilberstein

Beatriz Ferrer-Salat avec l’art et la manière à Lyon

Gagnante incontestable du Grand Prix, Beatriz Ferrer-Salat s’est offert cet après-midi la Reprise Libre en Musique du CDI-W de Lyon. Avec son délicat et expressif Delgado, l’Espagnole a marqué les esprits et les juges, décrochant la belle moyenne de 82.875%. Elle a ainsi pu devancer le même duo qu’hier, le Suédois Patrik Kittel et l’Allemande Fabienne Lütkemeier. Encore une belle performance signée Pierre Volla, sixième avec Badinda Altena.

 - Beatriz Ferrer-Salat avec l’art et la manière à Lyon

Plus rien ne semble pouvoir arrêter Beatriz Ferrer-Salat et Delgado
Crédit : PSV Morel

Elle était attendue et elle a répondu présente. Gagnante du Grand Prix hier, Beatriz Ferrer-Salat a réédité cet après-midi, dans la Reprise Libre en Musique. L’Espagnole semble définitivement avoir trouvé les boutons avec le délicat Delgado. Malgré une petite faute dans le changement de pied au temps, l’Espagnole a à nouveau su tirer son épingle du jeu, en décrochant la moyenne de 82.875%. ’’Delgado était très bien, il y a eu une petite faute dans les changements de pied au temps, mais je ne sais pas trop pourquoi. Après, évidemment, on pourrait toujours faire mieux.’’ Une sacrée montée en puissance pour l’amazone espagnole. Surprenante et même plutôt épatante aux derniers championnats d’Europe, elle est devenu, en à peine deux mois, une figure incontestable de la discipline. ’’Nous avons travaillé, évidemment. Mais je crois que mes bons résultats à Aix-la-Chapelle m’ont donné beaucoup de confiance’’, analyse l’Espagnole.’’ Je me sens mieux avec Delgado, et cela nous permet de réaliser de meilleures reprises et de briller en compétitions.’’
Une fois encore, Patrik Kittel a dû se contenter de la deuxième place avec sa bonne Déjà, totalisant la moyenne de 81.175%. Un résultat qui remplit tout de même le Suédois de joie, lui qui vient tous ans et qui n’avait jusqu’alors jamais réussi à se glisser dans le top trois. ‘’Très bon d’être ici, j’adore ce concours et son ambiance. C’est un rendez-vous que j’essaie de ne pas manquer et finir parmi les trois premiers est vraiment une bonne chose.’’ L’Allemande Fabienne Lütkemeier continue quant à elle sur sa lancée avec D’Agostino FRH et prend la troisième place de cette deuxième étape du circuit Coupe du monde d’Europe de l’Ouest avec la note finale de 79.850%. Elle s’affirme ainsi un peu plus comme l’une des figures du dressage allemand, alors qu’elle est toujours bien présente sur le circuit indoor. ’’J’aime beaucoup monter ici, l’ambiance est bonne. Une petite faute dans les changements de pieds au temps, mais je suis tout de même très contente de D’Agostino. ‘’
On retiendra également la quatrième place de la Suissesse Marcela Krinke Susmelj, toujours régulière avec Smeyers Molberg. Elle qui avait dû renoncer à la finale de la Coupe du monde l’an passé ne semble pas avoir l’intention de faire de la figuration cette année, à l’instar de l’Irlandaise Judy Reynold, cinquième avec Vancouver K (77.425%).

Pierre Volla et Badinda Altena confirment

Pierre Volla et Badinda Altena confirment - Beatriz Ferrer-Salat avec l’art et la manière à Lyon

Encore une belle première pour Pierre Volla et Badinda Altena
Crédit : PSV/Morel

Outre Beatriz Ferrer-Salat, l’autre héros de la soirée s’appelle Pierre Volla. Convaincant hier dans le premier test, il l’a été encore plus aujourd’hui, pulvérisant les records établis par le couple qu’il forme avec Badinda Altena et décrochant la moyenne finale de 74.150%. Une sacrée performance qui lui offre la sixième place, alors qu’il prend aujourd’hui l’avantage sur le Portugais Goncalo Carvalho et Batuta (74.125%). ’’C’est vraiment super ! Badinda a vraiment fait une belle reprise avec encore plein de choses à mûrir. Mais cette note est vraiment incroyable, je ne vais pas me plaindre !’’, s’est réjoui le dresseur.  ’’C’est le résultat d’un long travail. C’est une chance de faire ces épreuves-là alors que Badinda a seulement neuf ans. Elle revient de loin. Elle a un passé, un vécu mais je crois que tous les grands chevaux ont une histoire et c’est ce qui fait leur motivation. Maintenant, notre  trou est encore à faire.’’ 
Une première réussie donc pour le Tricolore, qui ne s’attardera néanmoins pas sur le circuit Coupe du monde cet hiver, gardant bien en vue son seul objectif, les Jeux olympiques. ’’Nous sommes obligés de songer aux Jeux olympiques. Tous les cavaliers pensent aux Jeux. Il faut mettre des idées et des circuits de travail en place. Il faut essayer d’organiser son année pour aller à Rio. Pour le moment, c’est encore un rêve. Les musiques de mes RLM sont brésiliennes, c’est un message !’’
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez