''Ce serait trop simple si tout se déroulait de la même manière'', Roger-Yves Bost

Roger-Yves Bost peut-il réaliser le doublé à Lyon? Réponse dimanche après-midi.
Crédit : Scoopdyga

Jeudi 29 octobre - 15h34 | Marion Mauger

''Ce serait trop simple si tout se déroulait de la même manière'', Roger-Yves Bost

Vainqueur du Grand Prix de l’étape de la Coupe du monde de Lyon l’année dernière, Bosty semble parti pour réitérer cette superbe performance. Et pour cause, les choses prennent étrangement le même chemin qu’en 2014, où il avait remporté le CSI 3* de Saint-Lô le week-end précédent sa victoire de Lyon, sur Qoud'Coeur de la Loge. Cette année, associé à Quartz de la Lande, le pilote s’est une nouvelle fois offert le CSI de Saint-Lô dimanche dernier. Hier après-midi, à la veille de son départ pour Lyon, Bosty a accepté de se confier à GrandPrix-Replay.  

GrandPrix-Replay : À deux jours du début du CSI 5*-W, dans quel état d’esprit êtes-vous ?
Roger-Yves Bost : Pour le moment tout va bien, je suis encore chez moi ! Je pars avec mes chevaux seulement demain.

GPR : L’an dernier avec Qoud’Cœur de la Loge, vous avez remporté cette étape après avoir remporté le CSI 3* de Saint-Lô. Cette année, vous avez également été victorieux à Saint-Lô avec Quartz de la Lande que vous allez monter ce week-end. Pensez-vous que le scénario de 2014 puisse se rejouer cette année ?
R.-Y. B. : Cela va être très dur de faire comme l’année dernière. C’est un très beau concours et la concurrence sera vraiment rude. Il y a tellement de grands cavaliers engagés qui sont déterminés à gagner. J’ai déjà remporté le Grand Prix l’année dernière, les autres ne vont pas me laisser le gagner une seconde fois facilement. Ce serait trop simple si tout se déroulait de la même manière. Quartz était très bien à Saint-Lô et c’était son premier indoor. À Lyon, la piste sera plus grande, elle lui conviendra encore mieux je pense. Donc bon, tout reste possible !

GPR : Quel travail avez-vous fait avec Quartz depuis Saint-Lô ? Comment se sent le cheval ?
R.-Y. B. : Quartz va très bien ! Il a eu un travail assez léger cette semaine. C’est mon fils qui l’a monté sur le plat, c’est son cheval, il le connait très bien. Je l’ai fait sauter ce matin, pour vérifier si tout allez bien depuis dimanche dernier. Je ne lui ai fait faire que des petites combinaisons à 1,10m pour bien l’articuler et remettre les choses en ordre car nous sommes allés très vite sur le barrage à Saint-Lô.
 
GPR : Vous présentez également ce week-end Tenor de Lormay, pouvez-vous nous parler un peu plus de ce cheval ?
R.-Y. B. : Tenor a huit ans, c’est un fils de Clinton et d’une mère par Narcos. Il a été très régulier sur le circuit des Cycles classiques Jeunes Chevaux. Il a vraiment de gros moyens et de très grandes foulées. Cette année, il a fait de très bons parcours notamment à Aix-la-Chapelle et à Dublin (sans-faute dans le CSIYH 1* d’Aix-la-Chapelle et quatrième du CSIYH 1* de Dublin, ndlr). Je ne sais pas comment il va se comporter ce week-end, c’est son premier indoor.
 
GPR : Vous serez associé à Nippon d’Elle qui a été très performant à Calgary après un petit passage à vide. Le problème des combinaisons est-il définitivement réglé ?
R.-Y. B. : En réalité, cela dépend des moments. Quand il est à 100% physiquement, il n’y a aucun souci, il peut sauter n’importe quoi. Par contre dès qu’il y a le moindre problème, c’est plus compliqué. C’est un cheval exceptionnel qui a presque trop de qualité. Il est tellement respectueux qu’il va préférer s’arrêter que de faire douze points. Il est tellement grand en plus que les combinaisons sont toujours trop courtes pour lui. Donc, quand il ne va pas bien physiquement cela lui demande un gros effort et comme il ne veut pas faire de faute, il s’arrête. Je l’ai monté également ce matin, il m’a l’air très en forme, voir même un peu trop frais !
 
GRP : Quel cheval allez-vous monter dans le Grand Prix de dimanche ?
R.-Y. B. : En principe, ce sera Quartz. Bien sûr, les choses peuvent changer au cours du week-end. En arrivant, je vais déjà essayer de savoir ce que nous réserve le chef de piste sur les différentes épreuves pour savoir à quel genre de difficultés je vais devoir m’attendre. En fonction de ces informations et de la forme de mes chevaux, je fixerai mes choix. Si Nippon est en forme, je l’engagerais peut-être dans les Masters samedi soir.
 
GPR : Le circuit Coupe du monde est-il un objectif pour vous ?
R.-Y. B. : Cela va dépendre de la forme de mes chevaux et des sélections bien sûr. Mais bon, l’objectif principal pour le moment, c’est les JO. Je vais essayer de tout faire pour être de la partie !

À lire également...

Réagissez