Beatriz Ferrer-Salat, la grande dame espagnole de Lyon

Beatriz Ferrer-Salat a trouvé les boutons avec Delgado, frôlant les 80% dans le Grand Prix, ce matin.
Crédit : PSV/Morel

Jeudi 29 octobre - 12h07 | Johanna Zilberstein

Beatriz Ferrer-Salat, la grande dame espagnole de Lyon

Premier acte du CDI-W de Lyon, deuxième étape du circuit Coupe du monde d’Europe de l’Ouest, le Grand Prix a tracé les lignes en vue de la Reprise Libre en Musique de demain. L’Espagnole Beatriz Ferrer-Salat a ainsi pu montrer qu’elle était toujours présente après ses excellents championnats d’Europe, devançant le Suédois Patrik Kittel et l’Allemande Fabienne Lütkemeier. Encore une belle première pour Pierre Volla et Badinda Altena, septièmes avec une moyenne qui frôle les 71%.

Après de fantastiques championnats d’Europe, en août dernier, où elle avait créé la surprise, Beatriz Ferrer-Salat est toujours au top. Pour sa première participation sur le circuit Coupe du monde cette saison, l’Espagnole a une fois encore déjoué les pronostics avec Delgado, devançant le Suédois Patrik Kittel, qui doit se contenter de la deuxième place. Toujours performante sur la tournée indoor, l’Allemande Fabienne Lütkemeier n’a pas déçu, prenant la troisième place de cette épreuve dont le coup d’envoi a été donné à huit heures ce matin, sur la piste d’Equita’Lyon.
En ouverture, Silvia Rizzo a inscrit la moins bonne moyenne de ce Grand Prix, décrochant la note de 60.560% avec Sal. Malgré sa dernière place, l’Italienne pourra tout de même repartir dans la Reprise Libre en Musique de demain, bénéficiant du forfait du Néerlandais Hans-Peter Minderhoud, dont le cheval, Glock’s Flirt, souffre de fièvre, réduisant le nombre de partants à quinze. Quelques cavaliers plus loin, le Portugais Daniel Pinto fait à peine mieux, récoltant la moyenne de 64.180% avec Santurion de Massa.
Régulière d’année en année avec Vancouver K, l’Irlandaise Judy Reynolds puis le Portugais Goncalo Carvalho, immédiatement derrière dans l’ordre de passage sur Batuta, décrochent tous les deux la note finale de 71.040% et doivent se partager la cinquième place, derrière la Suissesse Marcela Krinke-Susmelj, qui enchaine les bonnes performances avec Smeyers Molberg. Petite déception du côté de l’Allemande Bernadette Brune, qui faute sur les changements de pied aux deux temps avec Spirit of the Age OLD. Elle doit alors se contenter de la neuvième place (70.240%).

Pierre et Badinda poursuivent leur montée en puissance

Pierre et Badinda poursuivent leur montée en puissance - Beatriz Ferrer-Salat, la grande dame espagnole de Lyon

Pierre Volla et Badinda Altena ont à nouveau fait forte impression.
Crédit : PSV/Morel

Si la composition du trio de tête était plutôt attendue, son ordre a pu quelque peu surprendre. Favori sur le papier, le Suédois Patrik Kittel, dernier cavalier à s’élancer, a décroché la belle moyenne de 76.400% avec son expressive Deja. Une note ni décevante ni surprenante puisqu’elle se situe tout à fait dans les capacités de la jument, mais malheureusement insuffisante aujourd’hui pour détrôner Beatriz Ferrer-Salat. Avec Delgado, le complice avec lequel elle a surpris l’Europe il y a quelques mois, l’Espagnole a poursuivi sa montée en puissance, décrochant l’impressionnante note finale de 79.260%. Fabienne Lütkemeier, passée un peu plus tôt avec D’Agostino FRH, a pris une méritée troisième place (74.400%).
Sixième sur les listes de départ, Pierre Volla a de nouveau fait forte impression avec sa belle Badinda Altena. Exceptionnel aux championnats d’Europe, le couple avait un peu déçu lors du CDI 3* de Saumur, où les notes avaient été quelque peu en-dessous de leurs capacités. Mais, ce matin, les reprises déroulées dans le Manège des écuyers semblaient bien loin. Quelques fautes encore, notamment au galop, pour le couple, mais fluidité et sérénité sont revenues, pour le plus grand bonheur du dresseur, qui est un peu chez lui à Lyon’’Il y a encore beaucoup de fautes mais la jument est exceptionnelle. C’était une première pour moi comme pour la jument. C’est encore une fois incroyable. Aix était magnifique et ici, à Lyon, ce sont encore d’autres sensations géniales. Je me suis régalé. On est en train de régler des choses sur la jument, mais c’est bien pour une première, surtout qu’elle n’a que neuf ans. Elle veut bien jouer avec moi : pourvu que cela dure !’’, s’est réjoui Pierre. Au final, une moyenne encore supérieure à celle, déjà très belle, établie à Aix-la-Chapelle, de 70.640% et une prometteuse septième place au classement final. ’’Badinda plaît beaucoup. Elle est très agréable. Elle ne regarde rien et reste attentive. Elle peut chauffer un peu dans le galop, mais ça reste une jument et il faut savoir lui parler de la bonne manière. Le but pour elle, comme pour moi, est de prendre de l’expérience, mais également de montrer un peu la jument aux juges : l’objectif est de participer aux Jeux olympiques de Rio et il faut donc prouver que nous sommes capables de faire des choses et qu’il y a une évolution. Pour l’instant, nous travaillons, mais il faut aussi savoir rester calmes car Badinda est encore un bébé.’’ Une chose est sûre, ces deux-là seront à surveiller demain, dans la Reprise Libre en Musique.
 
Les résultats du Grand Prix ici

À lire également...

Réagissez