Le cheval sur les terres du roi soleil en 2024

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 28 octobre - 10h09 | Justine Mattioli

Le cheval sur les terres du roi soleil en 2024

François Lucas, président du CREIF, a annoncé hier, lors d’une conférence de presse organisée au haras des Bréviaires, dans les Yvelines, que les épreuves équestres des Jeux olympiques de 2024 auraient lieu à Versailles si la capitale française venait à l’emporter.

Accompagné d’Evelyne Ciriegi, présidente du Comité régional olympique et sportif, François Lucas ont présenté le volet équitation, pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. ’’Avec comme objectif pour que cela soit pérenne, d’être candidat en 2026 pour les Jeux équestres mondiaux’’, a expliqué le président du CREIF.

Accueillant l’ensemble des disciplines équestres, du complet au dressage, le site serait aménagé à l’extrémité du Grand Canal, dans la perspective du château. Cette idée, issue de l’esprit fécond de François Lucas, suscite un engouement unanime et partagé par la directrice du château de Versailles, Catherine Pégard, par la Fédération française d’équitation, par Gérard Larcher, président du Sénat et Sénateur des Yvelines, et par nombre de cavaliers et touristes. Il s’agit d’une mise en valeur d’un terrain peu exploité.

’’Louis XIV a bien pensé les choses !’’

Le Château de Versailles présente de nombreux atouts : un terrain de neuf cents hectares, une renommée internationale qui peut favoriser le sponsoring et le mécénat, une esthétique grandiose qui parera l’équitation de ses plus beaux atours. In fine, pour rendre l’équitation visible et attractive.
 
François Lucas a ainsi présenté les plans du stade construit dans la prolongation du Grand Canal et du château et décrit le parcours de cross élaboré avec le concours de Pierre Michelet, chef de piste pour les JO de Rio. Un gué sera même aménagé sur le Grand Canal tandis que le public pourra profiter des grandes allées arborées qui ’’permettent le déplacement des spectateurs et l’installation de voies de sécurité. Louis XIV a bien pensé les choses !’’, s’est réjoui François Lucas.

’’La candidature française se démarque par une volonté d’associer les Jeux olympiques aux Jeux paralympiques et de les organiser d’une manière financièrement raisonnable. La candidature de Paris concerne toute l’Île-de-France puisque c’est la Seine-Saint-Denis qui accueillera les nouvelles infrastructures (village olympique, bassins nécessaires aux disciplines aquatiques) si besoin est. Enfin, les derniers jeux organisés par Paris remontent à 1924, ce sera donc le centenaire !’’, a commenté Evelyne Ciriegi. La décision finale sera prononcée à Lima le 15 septembre 2017.

À lire également...

Réagissez