L’audace et le talent de Romain Duguet l’ont sacré à Helsinki

Romain Duguet et Quorida de Treho n'ont fait qu'une bouchée des treize barragiste et se sont ainsi imposés dans l'étape finlandaise du circuit Coupe du monde.
Crédit : Crédit Satu Pirinen

Dimanche 25 octobre - 18h40 | Marie de Pellegars-Malhortie

L’audace et le talent de Romain Duguet l’ont sacré à Helsinki

La deuxième étape du circuit Coupe du monde qui s’est tenue aujourd’hui à Helsinki a tenu en haleine tous les aficionados. Romain Duguet et Quorida de Treho se sont envolés vers la victoire doublant de peu une amazone très en forme actuellement, Jessica Mendoza aux commandes de sa bondissante Spirit T.   

Si ce n’est que le début du circuit, tous ont à cœur de marquer des précieux points en vue de la finale leur permettant ainsi d’optimiser la forme de leurs chevaux avant de se rendre à Göteborg. Trente-huit couples ont aujourd’hui tenté leur chance au cœur de la menue arène d’Helsinki qui, comme chaque année, est sévère avec les couples et sanctionne les moindres détails techniques.
Il aura fallu attendre le cinquième parcours pour voir le premier sans-faute signé par la Suédoise Helena Persson associée à un fils de Baloubet du Rouet, Bonzai H. Les parcours se suivent mais ne se ressemblent pas puisque Philipp Wheishaupt écope de huit points avec son gris de neuf ans, Cordess. Même score pour Mathieu Billot et Shiva d’Amaury. Le jeune fils de For Pleasure se laisse piéger par le premier plan de l’oxer situé en milieu de triple puis par la palanque, deuxième élément du double numéro onze. Une performance néanmoins très encourageante pour le Normand.
 
Eduardo Alvarez Aznar, quant à lui, réitère sa performance suédoise en sortant de piste avec un score vierge de toute pénalité. Son Rockfeller de Pléville, pourtant imposant, ne semble en rien gêné par la piste exigüe. Il est imité par Malin Baryard-Johnsson qui déroule une belle partition avec son Tornesh. Les choses ne se déroulent pas comme prévues pour Niels Bruynseels. Pommeau du Heup semble déstabilisé par la faute qu’il commet en début de parcours et pousse ainsi deux autres barres à terre. Steve Guerdat et Jessica Mendoza, respectivement portés par Nino des Buissonets et Spirit T, ne laissent rien au hasard et décrochent ainsi leur billet pour la finale. Malheureusement le champion bleu, Patrice Delaveau doit faire face à un refus de son Carinjo*HDC à l’entrée du triple sans raison réellement apparente. Le cavalier du haras des Coudrettes fait alors le choix de se retirer.
 
Si les Allemands Mario Stevens, Patrick Stühlmeyer ou encore Marcus Ehning répètent leur gamme avec aisance, l’ultime chance tricolore échoue elle aussi. Kevin Staut avait sellé sa partenaire Silvana*HDC. La grise se retrouve quelques centimètres trop près de l’oxer numéro huit et en renverse le premier plan. C’est ensuite un quinté gagnant qui se présente puisque Henk van de Pol, Hans-Dieter Dreher, Romain Duguet, Martin Fuchs et Daniel Deusser se déjouent des pièges. 
 

Un barrage haletant

Treize couples se sont alors élancés à la poursuite de la coupe dans ce Grand Prix du CSI 5*-W d’Helsinki. Composé de huit efforts, le barrage présentait des virages très serrés pour débuter avant de finir sur une longue galopade de sept foulées permettant d’imposer un véritable cadence. Helen Persson a eu la difficile tâche d’ouvrir cette finale. En selle sur Bonzai H, la Suédoise renverse le premier élément du double devenu triple et arrête le chronomètre sur 41’47.
Elle est imitée par Eduardo Alvarez Aznar et Rockfeller de Pléville Bois Margot. L’Espagnol sollicite énormément son fils de L’Arc de Triomphe dans le virage précédant la troisième difficulté et celui-ci se laisse prendre dans les épaules. Le temps est néanmoins abaissé de deux centièmes. Entre alors en piste la Nordique Malin Baryard Johnson sur son magnifique H&M Tornesch. La Suédoise présente un barrage plein de fluidité et d’aisance lui permettant de prendre le leadership en laissant l’intégralité des barres sur les taquets. Le temps de référence est fixé, pour s’imposer il faudra être plus rapide que 41’26.
Steve Guerdat l’a bien compris et plus déterminé que jamais après avoir retrouvé son Nino des Buissonets, le Suisse s’envole et franchit la ligne d’arrivée en 37’61. Le ton est donné mais la talentueuse Jessica Mendoza n’a peur de rien. Sur sa bondissante Spirit T, la Britannique détrône le champion olympique en abaissant son chronomètre de cinquante dixièmes grâce à une option audacieuse prise pour aborder la combinaison. 
Mario Stevens aux commandes de Brooklyn tente sa chance et si les barres ne tremblent pas il ne parvient pas à abaisser le chronomètre. Patrick Stühlmeyer lui n’inquiète pas la gagnante fictive actuelle puisqu’il pousse à terre le dernier oxer.
Aucun de Marcus Ehning, qui réalise une nouvelle démonstration d’équitation porté par Comme il Faut, Henk van de Pol ou encore Hans-Dieter Dreher, sur son impressionnant Embassy, ne parviennent à doubler Jessica Mendoza. Mais rien n’est joué !
Romain Duguet sent qu’il peut solliciter sa bondissante Querida de Treho qui a réalisé un premier tour étonnant de facilité. Le Suisse prend des risques et sa fille de Kannan répond présente lorsqu’il lui demande une foulée longue sur l'antépénultième obstacle lui permettant de continuer dans un rythme soutenu jusqu’au dernier. Il l’a fait, le chronomètre est descendu et le nouveau temps à battre est de 36’85. Un Suisse pouvant en cacher un autre, Martin Fuchs fait son entrée. Dès le premier virage le cavalier rencontre une réticence de son Clooney 51 et décide alors de termine son barrage tranquillement.
Daniel Deusser est le dernier à s’élancer. Cornet d’Amour tourne parfaitement mais cela ne suffit pas pour remporter la mise. L’Allemand doit se contenter de la troisième place et fait ainsi chuter du podium Steve Guerdat.
 
Les résultats ici.
 

À lire également...

Réagissez