’’Après une déception, c’est encourageant d’être compétitive’’, Pénélope Leprevost

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 21 octobre - 18h37 | Marion Mauger et Johanna Zilberstein

’’Après une déception, c’est encourageant d’être compétitive’’, Pénélope Leprevost

Impressionnante de maîtrise lors du barrage de l’étape Coupe du monde d’Oslo, le week-end dernier, Pénélope Leprevost, gagnante de ce premier rendez-vous hivernal avec Flora de Mariposa, semble bien partie pour rééditer ses bonnes performances de l’année dernière, qui s’étaient conclues sur une deuxième place lors de la finale de Las Vegas. Armée d’un solide piquet, la Normande a toutes les cartes en main pour briller cet hiver sur les pistes d’Europe de l’Ouest. Avant de s’envoler pour Pékin, où elle a été invitée à se produire, elle fait le point pour GrandPrix-Replay.

GrandPrix-Replay : Vous venez tout juste de remporter une superbe victoire dans le Grand Prix Coupe du monde du CSI 5*-W d’Oslo. Pouvez-vous revenir sur cette performance ? 
Pénélope Leprevost : Flora de Mariposa a très bien commencé dès la première manche, mais la distance s’est avérée beaucoup trop longue sur la spa et elle a dû faire un gros effort. Je l’ai ensuite un peu perdue… Du coup, au barrage, j’ai pris l’option longue pour aller sauter le double, plutôt que de casser le galop en faisant un zig-zag. Je ne pense pas avoir gagné du temps, mais je ne pense pas en avoir perdu non plus. En revanche, j’ai pris un bon virage qui m’a donné une très bonne distance sur l’avant-dernier obstacle et j’ai pu faire huit foulées en avançant.
 
GPR : Simon Delestre, qui tenait la tête jusqu’à votre passage a fait un barrage extrêmement rapide. Pensiez-vous pouvoir rivaliser ? 
P. L. : En rentrant en piste, je ne savais même pas si Simon était encore en tête, et mon seul objectif était de faire un bon barrage, adapté à Flora. Alors être la plus rapide, c'était plutôt la bonne surprise !
 
GPR : Avec Flora, les choses ne sont pas très bien passées à Barcelone, dans la finale de la Coupe des nations mais tout a été extrêmement bien à Oslo. Quel a été votre sentiment ? 
P. L. : Flora manquait de compétition à Barcelone, j'ai regretté ma stratégie de ne pas l'avoir fait sauter en compétition depuis les championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle. Après une déception, c'est vraiment encourageant de la voir aussi compétitive pour le premier concours indoor de la saison.
 
GPR : Le circuit Coupe du monde est-il un réel objectif pour vous ? Sur quels chevaux allez-vous miser tout au long du circuit ? 
P. L. : Grâce à la famille Mégret, j'ai la grande chance d'avoir plusieurs chevaux compétitifs au plus haut niveau et donc de pouvoir suivre le circuit. Si tout se passe comme prévu - ce qui n'est pas toujours le cas avec les chevaux - Flora devrait sauter le CSI 5*-W de Lyon et Vagabond les CSI 5*-W de Vérone et Stuttgart.
 
GPR : La deuxième étape a lieu ce week-end, à Helsinki, mais vous participerez au CSI 3* de Pékin. Pourquoi avez-vous choisi d’aller en Chine plutôt qu’en Finlande ?
P. L. : Je n'avais de toute façon pas prévu d'aller sauter à Helsinki et n'avais rien organisé de particulier pour ce  week-end-là. Alors lorsque j'ai reçu l'invitation pour le concours de Pékin, la question ne s'est pas posée.
 
GPR : Quel sera la suite du programme pour vous ?
P. L. : C'est difficile à dire mais pour le moment je vais suivre le circuit Coupe du monde bien et donc sauter à Lyon, à Vérone, à Stuttgart et, bien sûr, à Paris.

À lire également...

Réagissez