Les Allemands se jouent des difficultés à Blair Castle

Michael Jung est en route pour un nouveau titre, associé à Fischer Takinou d'Hulm.
Crédit : Pauline Chevalier

Dimanche 13 septembre - 00h11 | Pauline Chevalier

Les Allemands se jouent des difficultés à Blair Castle

Comme attendu et craint, la pluie s’est malheureusement mêlée à la fête pour cette troisième journée des championnats d’Europe de concours complet à Blair Castle. Une météo exécrable dès le début du cross a encore renforcé la difficulté du parcours. Si toutes les autres équipes ont vécu des surprises, les Allemands ont semblé se balader avec style. La France reste plus que jamais dans la course aux médailles et aux qualifications olympiques!  

De nombreux dégâts et une mannschaft imbattable

De nombreux dégâts et une mannschaft imbattable - Les Allemands se jouent des difficultés à Blair Castle

Thibaut Vallette a réalisé une démonstration pour la France aux rênes de Qing du Briot*ENE-HN.
Crédit : Pauline Chevalier

Le dénivelé et les obstacles massifs étaient déjà des paramètres bien assez difficiles nécessitant une véritable préparation physique des montures. La pluie qui est tombée en continu avec, par moments, de violentes rafales de vent a vraiment rajouté de la difficulté, et beaucoup de couples l’ont vécu. Si les premières rotations pour les équipes ont été plutôt bonnes avec notamment un formidable Thibault Vallette en ouvreur pour la France, la pluie a rendu le terrain glissant, déréglant les appuis des chevaux et usant les organismes humains et équins.
Tandis que presque toutes les équipes ont vu un coéquipier avoir un refus et ou une chute, seuls les Allemands ont fait preuve d’une maîtrise presque insolente. Dirk Schrade a ouvert la partie avec un style très aérien. Malgré une frayeur sur le troisième gué, il s'est facilement approché du temps idéal. Michael Jung, lui, l'a atteint avec le tout jeune mais fantastique Fisher Takinou d'Hulm :" Cela a semblé facile, mais en fait, Takinou est un cheval vraiment talentueux. Je dois parfois compenser son inexpérience en l’aidant un peu, mais il a été très concentré avec une bonne vitesse de galop et d’exécution. Nous nous comprenons très bien." Le double champion d'Europe en titre s'est installé à la première place avec son jeune Anglo-Arabe en réalisant donc l'un des trois maxis (avec Izzy Taylor, troisième, et Gemma Tattersal ,septième), surpris lui même de sa réalisation si rapide.
Sa compatriote Sandra Auffarth a subi un arrêt sur le parcours à cause de la chute d’une cavalière suisse, mais n’a pas été dérangée plus que cel,a si ce n’est dans la gestion de son chronomètre. Alors qu’elle pensait galoper plus vite, elle a écopé de onze points de temps, la reléguant à la deuxièle place. "Opgun était en pleine forme. Cet interruption ne l’a heureusement pas perturbé, car c’est un excellent cheval de cross. Il m’a seulement semblé avoir été beaucoup plus vite que le temps que l’on m’a attribué ensuite. La Mannschaft a terminé sa journée en beauté avec un très beau tour d’Ingrid Klimke et Hale Bob, ce qui lui a permis de presque fêter le titre dès ce soir. Avec quatre membres dans les dix premiers au classement individuel, son avance (plus de quarante-cinq points) est très confortable avant demain.
Côté britannique, Nicola Wilson a subi une dérobade de One Two Many sur le double de pointes, et pour terminer la journée, l’équipe a perdu son pilier avec l’abandon de William Fox-Pitt et Bay my Hero. La nation hôte a perdu pas mal de bonnes cartouches du dressage avec des refus pour la toute jeune Holly Woodhead, Oliver Townend, Sarah Bullimore ou encore l’abandon de Francis Wittington.
Si la Suède a subi des dégâts avec la chute de Johan Lundin et le refus de Niklas Lindback, perdant la quatrième place au profit des Pays-Bas (qui a aussi perdu une cartouche), c’est la Suisse et surtout l’Irlande et la Belgique qui perdent la possibilité de classer leur équipe et donc de se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio.
 

La France contrainte de jouer la prudence

La France contrainte de jouer la prudence - Les Allemands se jouent des difficultés à Blair Castle

Nicolas Touzaint et Radijague sont bien remontés au classement.
Crédit : Pauline Chevalier

Côté français, le passage du deuxième équipier, Karim Laghouag, ne s'est pas passé comme prévu avec Entebbe de Hus. Le terrain devenu boueux a attaché l’étalon au sol et lui a fait perdre ses appuis. Après un malheureux dérobé sur la pointe dans l’arène, ce qui a entraîné la consigne de passer en option longue pour le reste de l'équipe), le cheval et le cavalier ont glissé dans la dernière grosse combinaison. La glissade n'a pris fin que sur l’obstacle suivant, l’élan faisant basculer le couple. À la suite de cette chute impressionnante, mais heureusement sans gravité pour le cheval et le cavalier, Ian Stark, le concepteur du parcours, a commencé à réfléchir à une modification du parcours. Une nouvelle chute au même endroit quelques minutes plus tard l'a poussé à supprimer le deuxième élément de cet obstacle.
Si Romantic Love et Gwendolen Fer, courant en individuels, ont, eux aussi, essuyé un refus sur les pointes de l’arène, le couple est ensuite rentré sans encombre. À mi-épreuve, pour le staff français, les calculs étaient faits et une nouvelle stratégie adaptée. "Nous avions calculé que même avec du temps, nous pouvions assurer notre place sur le podium", axplique Michel Asseray, directeur technique national adjoint en charge du complet. "Thomas Carlile et Mathieu Lemoine ont alors parfaitement assuré leur rôle d’équipier et ont pris toutes les options longues. Ils ont été extra, et aujourd’hui, leur application paie." Cela n'a pas été facile pour les deux jeunes qui ont vraiment couru une épreuve tendue à l’extrême, contrôlant chaque appui et réception pour assurer l’objectif de l’équipe. Seuls Nicolas Touzaint et Radijague, courant aussi en individuels, ont pu jouer le jeu sans aucune autre pression que leur propre classement (onzième au provisoire) et le sourire de Nicolas à l’arrivée en disait long sur le plaisir qu’il a réussi à prendre avec un Radijague rapide, réactif et aérien. La France a donc conservé donc sa troisième place provisoire, pas loin derrière la Grande Bretagne, mais avec trente points d’avance sur les Pays-Bas, qui l'avaient devancé à la surprise générale, l'an passé en Normandie. Le podium demeure donc à portée de main.

Le classement individuel
Le classement par équipes

À lire également...

Réagissez