Scott Brash reste numéro un, mais ça bouge dans le top dix !

Scott Brash reste solidement accroché à son fauteuil de numéro un mondial.
Crédit : Scoopdyga

Vendredi 04 septembre - 18h53 | Sébastien Roullier

Scott Brash reste numéro un, mais ça bouge dans le top dix !

En dépit de son absence aux championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle, Scott Brash reste numéro un mondial du classement de saut d’obstacles de la FEI et du Club des cavaliers. En revanche, cette grande échéance a assez largement rebattu les cartes pour la suite du classement. À noter les retours dans le top dix de Simon Delestre et Gregory Wathelet.

Le mois dernier, Scott Brash comptait une solide avance de cent soixante-dix-huit points sur Beezie Madden. En septembre, le Britannique reste numéro un, et dispose désormais d’un matelas de cent soixante-cinq points d’avance sur… Daniel Deusser. Autrement dit, le patron du jumping mondial ne pâtit nullement de son absence aux championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle, auxquels il a préféré, pour rappel, le CSIO 5* de Calgary, où il pourrait devenir le premier homme à réussir le Grand Chelem de saut d’obstacles créé en 2013 par les CSIO 5* de Aix-la-Chapelle et Calgary et le CHI 5* de Genève.
Daniel Deusser n’a pas retrouvé cette deuxième place au mérite d’un gain de points – il en a même perdu seize – mais d’une baisse générale de tous ses adversaires directs. Ainsi, l’Américaine Beezie Madden, deuxième en août, perd une place et près de cent points. Avec seulement treize unités de plus, Ludger Beerbaum remonte de la septième à la quatrième place. L’Allemand devance deux ex æquo : un autre Américain, Kent Farrington, en hausse de trois rangs malgré la perte de trente points, et un Suisse, Steve Guerdat, qui accuse une baisse de deux rangs et une perte de plus de cent points en raison de sa non-participation aux championnats d’Europe liée, pour rappel, à la suspension de deux mois de Nino des Buissonnets, contrôlé positif à un test antidopage pratiqué à La Baule.
 

Pénélope Leprevost aux portes du top dix

 
À la septième place on retrouve Bertram Allen, moins deux rangs et moins quatre-vingt-dix-huit points – il en avait inscrit près de deux cents au CSIO 5* de Dublin l’an passé. Le jeune prodige irlandais est talonné à quatre unités par le numéro un français, Simon Delestre, qui signe ainsi son grand retour dans le top dix (plus trois places), au mérite de sa deuxième place dans le Grand Prix CSI 5* de Valkenswaard et surtout de ses magnifiques championnats d’Europe, dont il est rentré avec la médaille de bronze autour du cou. Le Lorrain devance le troisième américain, McLain Ward, en baisse de trois rangs (moins cent vingt points). Enfin, ce top dix est complété par le médaillé d’argent des championnats d’Europe, le Belge Gregory Wathelet, en hausse de six places, signant lui aussi son grand retour dans ce top dix.
Avec un gain de cent vingt-trois points, Pénélope Leprevost, désormais onzième, ne gagne qu’une place, mais se rapproche grandement du top dix. Moins deux places pour le Néerlandais Maikel van der Vleuten, douzième ; plus deux et plus soixante-dix points pour Kevin Staut, treizième. La Portugaise Luciana Diniz, transparente à Aix, reste quatorzième. Présent à la Soers, mais seulement à pied, au coaching de Gregory Wathelet, le Suédois Rolf-Göran Bengtsson, quatrième à Herning deux ans plus tôt, subit logiquement une forte chute de six places, au quinzième rang. À noter le bond de vingt et une places de l’Espagnol Sergio Alvarez Moya, désormais vingt-troisième au mérite de ses très bons championnats d’Europe, notamment les trois premières épreuves.
Côté français, Patrice Delaveau et Roger-Yves Bost, qui perdent tous leurs points engrangés en 2013 à Herning sans avoir pris part au rendez-vous continental d’Aix, reculent logiquement au classement. En baisse respectivement de sept et cinq rangs, ils sont désormais vingt-septième et quarantième. En légère baisse également, Julien Épaillard, Jérôme Hurel et Philippe Rozier restent dans le top cent. Neuf autres Tricolores figurent entre la centième et la deux centième places.
À noter que le champion du monde et d’Europe en titre, Jeroen Dubbeldam, maître incontesté des grands rendez-vous, ne pointe qu’au soixante-cinquième rang, à des années lumière du top dix…

À lire également...

Réagissez