Vendredi 28 août - 17h16

Au sommaire de Grand Prix Magazine de septembre

Dans le numéro de septembre de Grand Prix Magazine, retrouvez en couverture Steve Guerdat et Nino des Buissonnets. Avec un couple champion olympique suspendu pour une contamination alimentaire, des conditions de sécurité défaillantes en concours et des décisions de moins en moins clair, il est légitime de se demander si la FEI ne naviguerait pas en eaux troubles. Le dossier du mois est donc consacré à la lutte anti-dopage. Grand Prix Magazine est également parti à la rencontre de trois cavaliers : Philippe Rozier, Vladimir Vinchon et le jeune Victor Levecque. Enfin, l’étalon du mois est, en septembre, l’incroyable Toulon.

Antidopage, l’impossible lutte ?
La condamnation de Maxime Livio par le Tribunal de la FEI, à la suite du contrôle positif à l’acépromazine de Qalao des Mers, les suspensions de deux ans infligées au cavalier qatarien d’endurance Ali Yousef J U al-Kabaisi et au cavalier émirati de saut d’obstacles Moh’d Shafi H al-Rumaithi, ou encore les contrôles positifs de Nino des Buissonnets et Nasa, les chevaux de Steve Guerdat, lors du CSIO 5* de La Baule, sans oublier celui de Charivari KG, monture de la Suissesse Alexandra Bischel, lors du CSIO Jeunes de Deauville, ont replacé le dopage au cœur de l’actualité équestre. Compte tenu des intérêts sportifs et économiques en jeu, et face aux tentations du sport-spectacle, les règles antidopage doivent être suffisamment dissuasives pour être efficaces.
Affichant comme priorités absolues le respect de l’équité et du bien-être des chevaux, la Fédération équestre internationale se veut intransigeante, ce qui n’a pas toujours été le cas. Pour autant, sa politique antidopage semble parfois manquer de lisibilité et de garanties.
Prix dans ses fourches caudines depuis un an, Maxime Livio regrette notamment que la parole de la défense ne pèse pas plus lourd dans les procédures disciplinaire. S’estimant condamné à tort, il livre un témoignage fort invitant à la rélfexion.
À distance, Mikael Rentsch, directeur du département légal de la FEI, maintient le bienfondé de l’action fédérale, tout en annonçant des mesures qui semblent aller dans le bon sens.
 
’’C’est comme si l’hiver avait duré un an’’, Maxime Livio
Bien qu’il conserve un mince espoir de pouvoir reprendre la compétition en septembre, il est fort probable que Maxime Livio ne recouvre sa liberté de concourir qu’en novembre. Dans ces conditions, il risque de boucler une année 2015 quasiment blanche. Très loin de l’insolente réussite qu’il a connue en 2013 et 2014, un succès expliquant, selon lui, l’acte de malveillance qui aurait entrainé le contrôle positif à l’acépromazine de Qalao des Mers au Jeux équestres mondiaux de Normandie. Le Bourguignon installé à Dénezé-sous-Doué, non loin de Saumur, vit d’autant plus mal cette situation qu’il s’estime également innocent, à raison, dans le cas de Bingo S, monté l’an dernier au pied levé dans un CSI 1* en Thaïlande. En effet, pour ce dernier, une contre-expertise était venue infirmer un contrôle positif à la testostérone. Au total, ces deux affaires lui auront coûté pas moins de huit mois de suspension, et un énorme manque à gagner sportif et financier. Elles ont surtout terni l’image d’un homme qui se dit plus que jamais prêt à tout pour que justice soit faites. Un témoignage invitant à la réflexion quant aux différentes problématiques soulevées par la lutte antidopage menée par la FEI.
 
Chantilly dans les pas de Philippe Rozier
Tous les weeks-ends, la caravane du saut d’obstacles mondial pose ses valises et ses camions dans un lieu différent. Depuis 2010, les meilleurs athlètes de la planète se retrouvent chaque mois de juillet à Chantilly pour l’un des plus beaux CSI 5* de la saison extérieure. Sportivement déjà chargé d’histoire, ce concours est surtout l’un des plus appréciés des cavaliers pour son cadre somptueux, son accueil fabuleux et ses activités uniques. Pendant quatre jours, Grand Prix Magazine a suivi Philippe Rozier, un habitué des lieux, dans les coulisses de l’événement cantilien.
 
Vladimir Vinchon, parcours d’un combattant
Après avoir monté en courses et en saut d’obstacles, Vladimir Vinchon s’épanouit aujourd’hui en para-dressage même si une récente blessure l’empêchera de défendre les couleurs de la France aux championnats d’Europe de Deauville, du 17 au 20 septembre. Avant de devenir le champion qu’il est aujourd’hui, ce Picard installé en Mayenne a alterné années difficiles et années de bonheur. Passionné, opiniâtre et humble, Vladimir Vinchon a encore des rêves et des ambitions plein la tête. Portrait.
 
La fantastique trajectoire de Victor Levecque
Talentueux et appliqué, Victor Levecque a remporté, en juillet, son premier titre de champion de France à cheval, chez les Juniors, avant de glaner, mi-août, deux médailles d’argent aux championnats d’Europe de Bialy Bor, en Pologne. Avant cela, il avait déjà collecté de nombreuses médailles à poney, dont deux d’or européennes. Des objectifs sportifs et professionnels bien réfléchis, un encadrement de premier choix et un supplément de talent sont les ingrédients clés d’une réussite insolente.
 
Toulon, une histoire internationale
Après avoir gagné au plus haut niveau avec Hubert Bourdy, Toulon est en passe de démontrer qu’il est l’un des meilleurs étalons mondiaux. Né en Belgique, il a vécu une partie de sa jeunesse aux Payx-Bas puis en France avant de rejoindre le Plat Pays pour son approbation. Une histoire internationale également passée par Sao Paulo, Calgary et l’Italie, et qui se poursuit désormais en Belgique. La boucle est bouclée !
 
Et comme chaque mois, vous pourrez également retrouver vos rubriques 'technique jumping', qui traite de la concentration à l’obstacle, 'vétérinaire', qui vous donne toutes les clés pour comprendre les suros, ainsi que les pages Jeunes Chevaux ou encore l’actualité des régions.

Le numéro de septembre de Grand Prix Magazine est disponible en kiosques.

Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici
Ou achetez le numéro de septembre ici

À lire également...

Réagissez