Les gagnants et les perdants dans la course olympique

Auteurs du magnifique remontée dans le classements, les Suisses ont été la bonne surprise des ces championnats d'Europe, décrochant la médaille de bronze.
Crédit : Scoopdyga

Samedi 22 août - 14h18 | Johanna Zilberstein

Les gagnants et les perdants dans la course olympique

Outre les médailles, trois qualifications olympiques étaient en jeu dans la finale par équipes qui s’est déroulée hier. Trois places pour sept équipes sur les rangs. Si Grande-Bretagne, Suisse et Espagne sont les grandes gagnantes de ces championnats d’Europe, la douche est un peu plus froide pour l’Irlande et la Belgique, mais aussi pour l’Italie et le Danemark, qui voulaient croire en leurs chances.

L’adage selon lequel le malheur des uns fait le bonheur des autres n’a jamais été aussi vrai qu’hier, à l’issue de la finale par équipes des championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle. Seules trois places offrant un aller simple pour Rio, l’année prochaine, étaient en jeu dans une course où Espagne, Grande-Bretagne, Suisse, Danemark, Italie et Irlande ont donné le meilleur pour arriver parmi les trois premiers. Pari réussi pour les trois premières nations, cuisante déception pour les quatre autres qui ne pourront désormais plus compter sur le classement individuel pour espérer voir flotter leur drapeau au bord de la carrière olympique.

Certains gagnent…

Certains gagnent… - Les gagnants et les perdants dans la course olympique

La Grande-Bretagne n'avait pas le droit à l'erreur si elle voulait remettre son titre en jeu à Rio, l'année prochaine.
Crédit : Scoopdyga

En acceptant le rôle de chef d’équipe pour la Grande-Bretagne, Di Lampard savait que sa tâche serait immense. Après de mauvaises performances en Coupe des nations l’an passé puis le fiasco des Jeux équestres mondiaux de Caen, l’ancienne cavalière devait trouver la formule pour remotiver ses troupes afin qu’elles soient au mieux pour l’échéance européenne. Après des débuts tonitruants en Coupe des nations, où les Britanniques se sont emparés des étapes de La Baule, Rome et Rotterdam, les cavaliers de Lady Di pouvaient arriver plutôt confiants en Allemagne, malgré une petite baisse de régime sur certains CSIO. Mais l’avant Aix-la-Chapelle n’a pas été des plus faciles pour les Britanniques, qui ont dû faire sans Scott Brash, qui a préféré garder son crack Hello Sanctos pour courir après le million promis au vainqueur du Rolex Grand Slam, et sans Cella, la jument de tête de Ben Maher, blessée quelques jours avant l’échéance. La quatrième place de l’équipe britannique composée de Jessica Mendoza sur Spirit T, Joe Clee sur Utamaro d’Ecaussinnes, Ben Maher sur Diva II et Michael Whitaker sur Cassionato est donc une belle revanche, que peut pleinement savourée Di Lampard. ’’Cette qualification était mon objectif prioritaire en prenant mes fonctions et c’était notre but à tous’’, a-t-elle expliquée hier, après la compétition. ’’Cette équipe avec de jeunes espoirs, comme Jessica, et des cavaliers expérimentés, comme Michael, a fait un travail d’équipe absolument fabuleux.’’ Bonne pioche donc pour la reine mère des cavaliers britanniques, qui n’a pas hésité à se passer du numéro un mondial.
 
Magnifique compétition également du côté des Suisses. Privés de son couple star Steve Guerdat et Nino des Buissonnets, la délégation helvétique était remontée à bloc, voulant arracher sa qualification pour accompagner son champion, qui devrait remettre son titre individuel en jeu. ’’Je pense que les cavaliers qui font partie de l’équipe vont justement se battre encore plus à cause de ce qu’il se passe actuellement’’, avait confié Charles Trolliet, président de la fédération suisse, avant le début des championnats d’Europe. D’abord treizièmes puis sixièmes, les pilotes suisses ont fait preuve d’une exceptionnelle détermination et sont allé décrocher la tant espérée qualification en attrapant du même coup la médaille de bronze. Un sacré tour de force grâce aux sans-faute de Romain Duguet sur Quorida de Trého et Paul Estermann sur Castlefield Eclipse, associés aux quatre points de Janika Sprunger sur Bonne Chance CW. ’’Nous avions tellement de pression aujourd’hui’’, soufflait Andy Kistler, chef d\'équipe, hier soir. ’’Nous avons réussi cela pour Steve et pour tous les autres cavaliers suisses restés à la maison. Nous sommes absolument ravis de cette qualification. Quant à la médaille, nous n’y pensions même pas !’’
 
Également qualifiée après un début de compétition plutôt moyen, l’Espagne a pu compter sur un ultime sans-faute de Sergio Alvarez Moya sur Carlo 273 qui lui a permis d’arracher le dernier billet pour le Brésil, grillant la priorité à l’Irlande pour 0.380 points.

…D’autres perdent

…D’autres perdent - Les gagnants et les perdants dans la course olympique

La pilule est difficile à avaler côté irlandais, où Cian O'Connor s'estime victime d'un membre du personnel de piste.
Crédit : Scoopdyga

Une pilule qui a du mal à passer côté irlandais. Soutenu par Robert Splaine, le chef d’équipe, Cian O’Connor a ainsi déposé une réclamation hier soir, après qu’un membre du personnel de piste se soit trouvé sur sa trajectoire alors qu’il allait sauter le numéro onze, le seul obstacle où l’excellent Good Luck ait fauté. Mais la réclamation a été rejetée par le jury puis par le comité d’appel, vidéo à l’appui, expliquant que l’Irlandais aurait tout à fait eu le droit de s’arrêter puis de repartir, comme l’autorise le règlement de la FEI en cas de ’’circonstances imprévues indépendantes de [sa] volonté’’. Mais la fédération irlandaise a déclaré qu’elle aura recours à tous les moyens existants pour déposer sa plainte. ’’Je suis absolument anéanti par la finale d’hier’’, s’est exprimé Cian O’Connor ce matin. ’’Je ne commenterai plus cet incident. Good Luck a incroyablement bien sauté toute la semaine et il s’est imposé comme l’un des meilleurs chevaux de ce championnat. Je veux aussi saluer Denis Lynch pour ses deux incroyables parcours dans la finale par équipes, particulièrement dans la seconde manche, où un sans-faute était crucial.’’ Si l’Irlande n’ira donc pas défendre ses chances par équipes, elle pourra en revanche surement compter sur un cavalier individuel. À l’heure actuelle, les Britanniques étant qualifiés, ce sont trois couples irlandais qui tiennent la tête du classement olympique pour les qualifications : Bertram Allen sur Romanov et Molly Malone V ainsi que Denis Lynch sur Abbervail van Dingeshof.
 
Douche froide également pour les Belges, qui ne seront pas non plus de la partie brésilienne, éliminés dès la première manche de la finale par équipes. ’’Nous arrivions confiants et concentrés mais nous avons été malchanceux, c\'est comme ça. Nous avons raté les JEM de Caen, nous avons raté les championnats d’Europe d’Aix… Il faut se remettre en question sur nos performances en championnats. Il y a du travail à faire’’, analysait Jérôme Guery, cavalier belge n’ayant pas pris part à ces championnats, jeudi soir. ‘’’Ça ne tient pas à grand-chose cette année, ce ne sont pas des gros scores avec lesquelles nous sortons de piste.’’
 
Enfin, déception pour les Italiens, qui n’ont pas non plus passés la première manche, et les Danois, qui se seront tout de même bien battus grâce notamment à Peder Sörensen sur Tailormade Chaloubet et Andreas Schou sur Leonardo der Kleine. Tout n’est pas perdu pour les Italiens puisqu’Emanuele Gaudiano tient pour le moment la tête de la liste olympique pour le Groupe B avec Admara 2. Attention toutefois puisqu’il devra conserver la tête, malgré la présence dans le même groupe de la Portugaise Luciana Diniz et des Belges, Jerome Guery et Gregory Wathelet en tête. Si les dés sont bien jetés pour les équipes, tout reste encore à faire du côté des individuels.

À lire également...

Réagissez